Accueil » Actualité judiciaire » Le harcèlement judiciaire d’un exilé politique

Le harcèlement judiciaire d’un exilé politique

Exilé au Ghana, JUSTIN KATINAN KONE, ancien ministre du Budget du Gouvernement Ake N’Gbo, devenu ensuite porte-parole du Président Laurent Gbagbo, connaît depuis la fin du mois d’août 2012 les affres de tracasseries judiciaires sans fin. Suite aux actions menées par les autorités ivoiriennes pour obtenir son extradition en Côte d’Ivoire, Koné Katinan a été successivement interpellé, puis remis en liberté sous caution, avant d’être de nouveau interpellé et incarcéré, puis remis en liberté sous caution. Ses auditions ont été reportées à de multiples reprises, la dernière en date étant celle du 29 janvier 2013  reportée au 13 février.

Le contexte :
Pour mémoire, Koné Katinan était ministre du Budget lorsque la Côte d’Ivoire a subi les mesures d’asphyxie financière (entre autres la fermeture sans préavis des banques) et économiques prises à l’encontre du pays au cours du premier trimestre 2011 par les états et institutions internationales qui contestaient la victoire de Laurent Gbagbo à l’élection présidentielle de 2010.
L’un des plus grands scandales liés à ces mesures fut sans doute l’embargo – décrété par l’Union européenne – qui contraignit des bateaux chargés de médicaments à faire demi-tour, entraînant des ruptures de stock aux conséquences dramatiques pour la population.

Publicités
janvier 2013
L M M J V S D
    Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031