Accueil » Actualité judiciaire » Les voix qui s’élèvent…

Les voix qui s’élèvent…

La libération des prisonniers politiques sans exception, condition indispensable pour retrouver, et la PAIX, et la DEMOCRATIE en Côte d’Ivoire.

Le COJEP et le FPI militent en faveur d’une loi d’amnistie générale (cf. article du 11 fév. 2013) :
« Côte d’Ivoire : plusieurs organisations politiques militent en faveur d’une loi d’amnistie »

D’autres personnalités politiques, telles que Danièle Boni Claverie ou Christian Vabé réclament avec force la libération de tous les détenus politiques, comme acte indispensable pour un véritable dialogue.

Danièle Boni Claverie, ancienne ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, présidente de l’Urd (Union républicaine pour la démocratie) et porte-parole d’APN (Agir pour la paix et la nation) :

« Vous posez le problème du contenu que l’on veut donner à la réconciliation. Nous ne cesserons de dire qu’il revient aux autorités de démontrer leur volonté de réconcilier les Ivoiriens et de panser les blessures provoquées par la crise. Nous devons sortir de ce cercle infernal d’arrestations qui ne concerne que les pro- Gbagbo et d’inculpations lourdes, je pense en particulier aux accusations de génocide qui pèsent sur certains d’entre nous. Il faut décrisper le climat délétère qui prévaut. Apn plaide pour que les décisions politiques prennent le pas sur les procédures judiciaires ; tant que la justice ne s’abattra que sur un seul camp, il sera difficile de la considérer comme impartiale. C’est pourquoi, j’exhorte le Président de la République à amnistier tous les détenus et à dégeler les avoirs bloqués. Imaginez le calvaire des familles, des enfants à scolariser et des parents à soigner. » [Extrait d’un entretien du 29 nov. 2012 avec Kisselminan Coulibaly, publ. sur Soir info].

Christian Vabé, Président du RPCI-AC (Rassemblement du Peuple de Côte d’Ivoire Alternative crédible) :

« (…) la traque aveugle des opposants n’est pas ce qui va remplir le panier de la ménagère ou scolariser les enfants de cette dernière. Ce n’est absolument pas de cela que les ivoiriennes et les ivoiriens ont besoin. Le gouvernement Ouattara se trompe de politique. Le peuple ivoirien veut savoir si son gouvernement peut résoudre ses problèmes quotidiens et non qui le chef de l’Etat a vengé ou extradé, arrêté ou condamné.
(…)
Le RPCI exige que cessent les arrestations d’opposants politiques, car ce n’est pas de ça dont les ivoiriens ont besoin.
Le RPCI exige la libération de tous les prisonniers politiques sans exception, afin qu’ils participent à la reconstruction nationale.
Le RPCI-AC exige le retour de tous les exilés politiques où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent car la nation a besoin d’être de nouveau rassemblée. (…) » [Extrait de la déclaration du 11 fév. 2013 publ. par Ivoirebusiness.net le 12 fév. 2013].

Publicités
février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728