Accueil » Droits de l'homme » Menaces sur les prisonniers politiques à Abidjan

Menaces sur les prisonniers politiques à Abidjan

Mise à jour le 25/02/2013

Depuis plusieurs jours, l’information avait circulé à Abidjan : les prisonniers politiques enfermés à la MACA (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan) allaient faire l’objet d’un transfert de masse vers un des centres de détention contrôlés par les anciens chefs de guerre ayant intégré l’armée officielle (FRCI).
Ce matin, il nous a été communiqué que :
– des dizaines de détenus sont violemment extraits de la prison ;
– leurs familles arrivent en nombre sur les lieux afin d’empêcher cette opération. Elle aurait en effet pour conséquence d’isoler ces personnes, de fragiliser leur défense et de dégrader leurs conditions de détention.
Depuis le 11 avril 2011, date de la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, plusieurs centaines de détenus politiques ont été dispersés dans des centres de détention, en majorité dans le Nord du pays (anciennement sous contrôle des armées de la rébellion).

Notons que ce projet de transfert a lieu au moment où :
– la retransmission publique des audiences de la Cour pénale internationale permet de montrer à l’ensemble de l’opinion où se situent les vraies responsabilités des actes de violence commis pendant le conflit postélectoral ;
– la Cour de Justice de la CEDEAO a déclaré le 22 février 2013 la détention de Michel Gbagbo « illégale » et « arbitraire » ;
– le rapport intégral d’Amnesty international sur la situation des droits humains deux ans après la crise postélectorale va être présenté le 26 février à Paris, le 27 à Abidjan ; il décrit et dénonce les actes inhumains et de torture perpétrés contre des partisans réels ou supposés du Président Laurent Gbagbo ;
– l’intervention du Président Laurent Gbagbo aux derniers jours de l’audience de la CPI, très attendue, aura inévitablement des répercussions politiques.

Dans ce conteste, un tel transfert peut être compris comme une action de représailles du régime de Ouattara à l’encontre de personnes sans défense.

Selon les dernières informations, 23 détenus auraient été ainsi extraits de force et emmenés dans des centres de détention éloignés d’Abidjan. 

  

Publicités
février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728