Accueil » 2013 » mars » 21

Daily Archives: 21/03/2013

Qui est Alphonse Douati, prisonnier du régime de Ouattara ?

Par Eventnews TV
Zoom sur les pro-Gbagbo, victimes directes du pouvoir Ouattara

1. PRESENTATION

Depuis le 11 avril 2011, c’est par milliers voire millions que les partisans de Laurent Gbagbo subissent les pires atrocités du pouvoir Ouattara imposé à la Côte d’Ivoire par les bombes de la France Sarkozienne et de l’ONUCI. L’on y compte d’éminentes figures à commencer par le président Gbagbo lui-même, son épouse Simone EHIVET Gbagbo, Sangaré Aboudramane, AFFI N’guessan, le président du FPI. Plus nombreux sont les personnes plus ou moins connues et surtout des inconnus notoires qui n’en demeurent pas moins des symboles de la résistance démocratique en côte d’ivoire.
Dans cette rubrique intitulée zoom sur les pro-Gbagbo victimes du pouvoir Ouattara, nous avons décidé de présenter pêle-mêle des hommes et des femmes anonymes ou non, populaires ou non, connus ou inconnus. Il s’agit d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur l’immense vivier de ressources humaines que constituent les pro-Gbagbo que Ouattara s’applique à « tuer » au nom d’une politique clanique de « rattrapage ».
Pour ce premier numéro, nous nous intéressons à un compagnon discret mais redouté du président Gbagbo : Docteur DOUATI ALPHONSE.  (suite…)

Publicités

Côte d’Ivoire : Naissance du Collectif des Femmes des Détenus de la Crise Post Electorale COFED

Par P. Kouhon

Ils sont incarcérés pour la plupart depuis le 11 avril 2011, date de la chute du régime de Laurent Gbagbo. Ils étaient dans l’administration publique, dans l’armée régulière, étudiants, Ministre ou simple civils. Ils ont eu pour seul crime, leur collaboration avec le pouvoir du président Laurent Gbagbo. Si quelques uns ont été déjà présentés devant un juge, nombreux sont ceux qui n’ont toujours pas été entendus par la justice ivoirienne.

Ils subissent les humeurs de leurs geôliers. De la Maca, à la Mama en passant par les résidences surveillées ou protégées dans le nord du pays, ce sont plus de 500 proches de Laurent Gbagbo qui sont toujours privés de liberté en Côte d’Ivoire. Ils sont pères de familles et plus qu’une détention arbitraire, c’est une misère pour leurs familles respectives. Et si leurs progénitures ne peuvent plus aller à l’école par manque de moyen, elles sont plusieurs femmes et filles de ces détenus politiques qui souffrent de cette incarcération de leurs époux.

Quand vont-ils sortir ? Où sont-ils emprisonnés pour certains ? Comment subvenir aux besoins de la famille en absence de son époux ? Voilà autant de préoccupations qui ont retenu l’attention des femmes des détenus de la crise postélectorale. Et pour mieux faire connaître leur cri de cœur, elles viennent de se constituer en collectif. Dans un communiqué adressé à Eventnews Tv, le collectif des femmes des détenus de la crise postélectorale (COFED) animera une conférence de presse dans le but de se faire entendre et porter leur message à la connaissance de l’opinion nationale et internationale. C’est pour ce Vendredi 22 Mars 2013 à 10h à la maison de la presse à Abidjan-Plateau (Côte d’Ivoire).

Notons que le Collectif des Femmes des Détenus de la Crise Postélectorale (COFED) se bat depuis près de 5 mois pour la libération de leurs Parents et époux.

Pour tout contact :

CHARGEE DE COMMUNICATION : MLLE DOUATI

CONTACT : (+225) 04 70 66 21

De p.kouhon/ Eventnews Tv (pkouhon@gmail.com), mars 2013