Accueil » 2013 » mars » 27

Daily Archives: 27/03/2013

Devant le silence de l’Eglise, des catholiques ivoiriens s’adressent au nouveau pape François

LETTRE OUVERTE AU PAPE FRANCOIS [Extraits]

Habemus Papam

Merci Seigneur d’avoir donné un pasteur à ton troupeau. Que Ton Saint Nom soit béni !
(…)
Au moment où vous arrivez à la tête de l’Eglise catholique, vos enfants de Côte d’Ivoire voudraient vous informer des souffrances et des humiliations qu’ils subissent depuis plusieurs années : arrestations et détentions arbitraires, tortures, menaces de mort ou assassinats de tous ceux qui refusent de plier l’échine devant ce pouvoir mis en place par une soi-disant communauté internationale après le bombardement du Palais du Président élu Monsieur Laurent Gbagbo et reconnu par le Conseil Constitutionnel, seul organe habilité à entériner les résultats des élections en Côte d’Ivoire.  (suite…)

Publicités

Laurent Akoun libre : « la gaieté a remplacé la tristesse »

APRES SA SORTIE DE PRISON, LAURENT AKOUN RECOIT LA CHALEUR DES FEMMES DU FPI

Par Benjamin Koré

Emotion, accolades, embrassades, longues étreintes. Il y en avait un peu de tout cela, le samedi 23 mars, à la résidence de Laurent Akoun aux Deux-Plateaux. La gaieté a remplacé la tristesse semée dans les cœurs par 6 pénibles mois passés à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). Le secrétaire général du Front populaire ivoirien (Fpi), Laurent Akoun, était tout joyeux de se jeter dans les bras de ses «mamans et soeurs» du Fpi.

Source : Notre Voie

Source : Notre Voie

En effet, ce jour-là, Marie Odette Lorougnon, secrétaire nationale de l’Offpi, a conduit une délégation de 30 femmes de sa structure pour couvrir Laurent Akoun de la chaleur maternelle.
L’honneur est revenu à Juliette Assouma de dire les raisons de cette visite de l’Offpi. «Les femmes que nous sommes prions toujours. Nous n’oublierons jamais ceux qui souffrent dans le sous-sol pour la démocratie. Mais quand un seul a la chance d’en sortir, nous devons le saluer et le célébrer tout en pensant aux autres», a-t-elle déclaré au nom de la délégation de l’Offpi. Pour elle, tous les combattants de la liberté et de la démocratie sont des prisonniers en sursis. «Le chemin est long et nous sommes toutes de futures prisonnières».
Au terme de son allocution, l’Offpi a remis des présents à son hôte. Juliette Assouma, membre du bureau national, et la fédérale Offpi, Laure Anidier, ont remis deux complets de pagne au couple Akoun et un poulet pour sacrifier à la tradition.
A son tour, Marie Odette Lorougnon a rappelé les circonstances dans lesquelles le pouvoir liberticide de Ouattara a procédé à l’enlèvement du secrétaire général du Fpi.
Dans la matinée, le secrétaire général du Fpi a reçu le réconfort du Congrès national pour la résistance et la démocratie (Cnrd) conduit par le célèbre écrivain Bernard B. Dadié.

Benjamin Koré
In : Notrevoie.com, 26 mars 2013
(Surtitre de la Rédaction)