Accueil » Actualités » Nouvelles 2013-07-06

Nouvelles 2013-07-06

Levée de suspension pour plusieurs entreprises de presse ivoiriennes.
Le Nouveau Courrier de nouveau dans les kiosques : 

« NOUS SOMMES DE RETOUR, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS
Comme vous nous avez manqué ! Pendant presque un mois, votre quotidien préféré, Le Nouveau Courrier, a été tenu éloigné des kiosques, et donc de vous, par une décision de suspension du Conseil national de la presse (CNP), organe de régulation de la profession. Pour des raisons essentiellement administratives. Notre ligne de conduite a été de ne pas polémiquer dès l’annonce de cette suspension, et les rejets de nos premiers recours ne nous ont pas poussés à prononcer des paroles de rébellion contre le «gendarme» de notre profession. Cela dit, il faut que nous insistions sur le fait que nous ne sommes pas un journal flibustier mais une vraie entreprise de presse, une communauté de professionnels vivant notre métier comme un sacerdoce et endurant les souffrances auxquelles notre positionnement éditorial – un quotidien engagé, mais pas contrôlé par une «firme» politique – nous expose. Nous aimerions toutefois affirmer très clairement que la mésaventure que nous venons de vivre nous a conduits à un certain nombre de constats et d’interrogations sur l’environnement normatif qui encadre le journalisme en Côte d’Ivoire.
– Nous devons continuer de nous battre pour la liberté d’expression et la pluralité des opinions, qui sont très clairement en danger aujourd’hui. Si l’on n’y prend garde, des dispositions qui semblent s’appuyer sur la nécessité de donner un certain confort de vie aux journalistes peuvent finir par tirer vers le haut le «ticket d’entrée », à tel point que seules les entreprises de presse qui s’appuient sur le gouvernement, des partis politiques importants, des entreprises locales et demain des multinationales conquérantes auront les moyens de «rencontrer» le grand public.
– Il apparaît comme une évidence pour beaucoup que la professionnalisation du métier soit d’abord et avant tout une question de règles bureaucratiques imposées aux entreprises de presse. Mais on ne doit pas oublier que la fragilité de ces entreprises et de leurs dirigeants – qui sont loin d’être de richissimes exploiteurs du peuple pour la plupart – est indissociable d’un contexte général. (…) »
Par Théophile Kouamouo
Suite de l’article dans Le Nouveau Courrier n°821, 6-7 juillet 2013, p. 2.
Abonnements : http://nouveaucourrier.net/abonnez-vous/

Publicités
juillet 2013
L M M J V S D
« Juin   Août »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031