Accueil » Actualité judiciaire » L’acharnement de la « Justice » de Ouattara contre ses adversaires politiques

L’acharnement de la « Justice » de Ouattara contre ses adversaires politiques

Publicités

Abidjan, le 10 juillet 2013 : la Chambre d’Accusation veut faire passer en Cour d’Assises 84 personnes détenues pour la plupart depuis le 11 avril 2011, date de la prise du pouvoir d’Alassane Ouattara. Parmi elles, des membres de la famille du Président Laurent Gbagbo (son épouse Simone et son fils Michel), le Président du Front Populaire Ivoirien, Pascal Affi N’Guessan, ainsi que des partisans ou supposés tels du Président Gbagbo.

Une première réaction, celle de Nicoleg (http://www.mediapart.fr/blog/181602) :
« Ouattara et la loi des vainqueurs : charges confirmées contre 84 pro-Gbagbo
Alors que les auteurs des massacres de Duékoué et de Nahibly n’ont à ce jour fait l’objet d’aucune poursuite, et que la Chambre Préliminaire de la CPI n’a pas jugé avoir suffisamment de preuves pour confirmer les charges contre Laurent Gbagbo, 84 pro Gbagbo voient les charges retenues contre eux confirmées. Le régime Ouattara voudrait confirmer qu’il n’est susceptible de s’inscrire que dans une loi des vainqueurs comme ça lui fut reproché, il ne s’y prendrait pas autrement. »

Cette décision de confirmation des charges signifie, s’il en était encore besoin, que le régime de Ouattara ne cherche que l’affrontement et qu’il vise à l’écrasement et à la disparition de toute opposition.

Publicités
juillet 2013
L M M J V S D
« Juin   Août »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031