Accueil » Actualités » Jacques Vergès, celui qui ne s’en laissait pas compter

Jacques Vergès, celui qui ne s’en laissait pas compter

Décembre 2010, en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara refuse la décision du Conseil Constitutionnel qui a déclaré Laurent Gbagbo vainqueur de l’élection présidentielle après l’invalidation des résultats dans plusieurs régions où des fraudes s’étaient déroulées à une échelle massive, dans un climat de violence et d’intimidation à l’encontre des partisans de Laurent Gbagbo.
Alors que la plupart des pays et institutions de la Communauté internationale, relayés par les grands médias, minimisaient l’ampleur des fraudes et des actes de terreur qui ont accompagné le scrutin, Jacques Vergès a pris la parole, avec Roland Dumas – qui fut président du Conseil Constitutionnel français, et ministre des Affaires étrangères – sur les radios et télévisions, documents et photos à l’appui, pour montrer l’ampleur des fraudes et tenter de rétablir la vérité sur les résultats de l’élection.

Leur enquête est publiée dans :
Crimes et fraudes en Côte d’Ivoire. Roland Dumas et Jacques Vergès. Paris : Edite, 2011

En apprenant la nouvelle de son décès, de nombreux Ivoiriens et amis de la Côte d’Ivoire lui ont rendu hommage. Parmi eux :

Bernard Houdin

 » (…) J’ai connu Jacques Vergès au début de ce que le magma « bien-pensant » a appelé la « crise postélectorale » ivoirienne, présentée, dans la Doxa « officielle » ( ?!) comme l’affrontement entre le Bien (le démocrate « élu », Alassane Ouattara) et le Mal (le dictateur « déchu », accroché au pouvoir, Laurent Gbagbo).

Dès les premières heures de cette « crise », Jacques Vergès a « senti » la réalité du dossier, en fait un nouveau mauvais coup porté au Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, en violation de des principes fondateurs de la Charte des Nations-Unies, et au nom, comble de la perversité, de ces mêmes Nations-Unies, sous le couvert de la fameuse « Communauté Internationale » à propos de laquelle l’éditorialiste Jean Claude Guillebaud se demandait récemment si elle existait réellement et si quelqu’un l’avait une fois rencontrée…(…)  »

Lire le texte complet :
http://nouveaucourrier.net/bernard-houdin-rend-hommage-a-verges-salut-jacques/

Eric Kahé

 » (…) Maître Vergès n’était pas mon ami au sens d’une intimité partagée, ni mon avocat. Mais ce soir, je suis gagné par la tristesse de la perte de celui qui m’a honoré de sa visite en 2005, dans les décombres de Guitrozon, dans la commune de Duékoué, à l’ouest de la Côte d’Ivoire, et qui a cru devoir consigner par écrit, ses aversions pour les horreurs qu’il y a vues. Son soutien n’était pas celui d’un professionnel du droit mais de quelqu’un qui comprenait ma peine solitaire. Je me souviens encore de son calme, de sa détermination et de sa méthodologie de collecte des faits pour la recherche de la vérité. Il avait tenu à interroger le maximum de victimes et de témoins, y compris parmi les membres des communautés mises en cause dans ce drame ! (…)  »

Lire le texte complet :
http://re.ivoire-blog.com/archive/2013/08/16/jacques-verges-et-guitrozon-427867.html

Publicités
août 2013
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031