Accueil » Droits de l'homme » Détention arbitraire : le frère aîné de Damana Pickass à la Maca depuis 1 an sans jugement

Détention arbitraire : le frère aîné de Damana Pickass à la Maca depuis 1 an sans jugement

Par Myriam Bakayoko

Adou Akesse André Damana, frère aîné de Damana Adia Pickass, arrêté le 20 août 2012, à Noé (Aboisso), et déféré à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), après un passage d’un mois à la DST, est toujours en détention sans aucun jugement. Injustement incarcéré depuis plus d’un an, il est accusé officiellement par le régime Ouattara de la même rhétorique : ‘’atteinte à la sûreté de l’Etat’’.

Mais officieusement son crime est d’être simplement le frère aîné de Damana Adia Pickass, le représentant du président Laurent Gbagbo à la très controversée Commission électorale indépendante (CEI), qui avait empêché Bamba Yacouba de publier, lors de la présidentielle de 2010, des résultats non encore consolidés. Cette façon d’agir du régime est un moyen malsain de pression et de chantage pour espérer contraindre à l’allégeance et neutraliser le président des patriotes ivoiriens en exil Damana Adia Pickass. L’on se souvient encore du chantage fait à Mme Simone Gbagbo alors internée à la Polyclinique Sainte Anne Marie (Pisam) de Cocody, lui demandant de signer un document dans lequel elle devait reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara au 2ème tour de la présidentielle de 2010. Et, pour avoir refusé de para[ph]er ce document, elle avait été reconduite dans les conditions inhumaines dans le goulag d’Odienné où elle séjourne depuis plus de deux ans. Après donc plus de 30 jours d’interrogatoire à la DST portant essentiellement sur son frère en exil, le juge reconnaît finalement le caractère arbitraire de l’interpellation d’André Damana. Malheureusement, pour confirmer que la Côte d’Ivoire vit désormais sous un régime d’exception, le juge avait décidé contre toute attente de le maintenir en détention et à la disposition d’un certain ‘’service d’enquêtes’’. Depuis lors, il croupit à la Maca à l’instar de nombreux prisonniers proches du président Laurent Gbagbo et qui sont détenus dans cet établissement pénitentiaire abritant essentiellement les Pro-Gbagbo et leurs familles ayant survécu aux bombes françaises qui ont aidé à l’installation du pouvoir actuel. Notons qu’à sa suite et comme lui, plusieurs autres membres de cette famille feront les frais de ce nouveau ‘’ délit de patronyme’’.

Leurs domiciles saccagés ou habités par des FRCI comme c’est le cas avec celui du leader de la COPIE en ce moment. En ce jour anniversaire de sa détention (hier), de nombreuses personnes notamment son frère cadet Damana Adia Pickass qui vit en exil au Ghana, ont tenu à lui (..) exprimer leur soutien et ont organisé des séances de prières [à] son intention, et lui demander de tenir bon et de rester moralement fort. Car tout comme lui, le président Laurent GBAGBO et son épouse et même d’autres Ivoiriens ont été humiliés et croupissent injustement dans diverses prisons à travers le monde.

In : Notre Voie

Source : La Dépêche d’Abidjan, 21 août 2013

Publicités
août 2013
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031