Accueil » Droits de l'homme » Les femmes des détenus politiques dénoncent de nouvelles arrestations et le mauvais traitement infligé aux détenus

Les femmes des détenus politiques dénoncent de nouvelles arrestations et le mauvais traitement infligé aux détenus

Publicités

MESDAMES ET MESSIEURS,
ORGANISATIONS DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME,
TRES CHERS AMIS DE LA PRESSE,
IVOIRIENS, IVOIRIENNES,

Moins d’un mois après la libération provisoire des 13 détenus politiques, le collectif des femmes (épouses, mères, enfants, sœurs et amies) des détenus de la crise postélectorale enregistre l’incarcération arbitraire de dix-neuf (19) nouvelles personnes dont 6 à la MAMA et 13 à la MACA accusées encore une fois d’avoir porté atteinte à la sûreté de l’Etat …

Ainsi ces nouvelles arrestations non seulement portent à 726 le nombre de détenus politiques [mais] nous ramènent à la situation qui prévalait avant le SIX AOUT date de la libération de 13 personnalités.

A cet effet le collectif demande la fin de ces arrestations, source de détresse et de meurtrissures de nombreuses familles. Il demande également la libération de l’ensemble des détenus politique (civils et militaires) pour assurer une vie harmonieuse dans les foyers concernés.

C’est aussi le lieu d’attirer l’attention des autorités nationales, des organisations des droits de l’homme et toutes les bonnes volontés sur l’état de santé dégradant de nombreux prisonniers politiques. Dans ce registre, nous sommes particulièrement préoccupées par le cas du MDL DAMOUE HASSAN transféré – recensement de la prison – de MAN à la MACA d’où il avait été déporté le 30 OCTOBRE 2012. Le MDL DAMOUE HASSAN souffre d’une dépression grave mettant sa vie en danger. Outre  ce cas particulièrement préoccupant, l’on enregistre 39 personnes sérieusement malades et ne bénéficiant que des soins sommaires.

Par ailleurs, l’administration pénitentiaire de la MACA vient de prendre des mesures rendant très complexes les visites aux détenus politiques et surtout l’entrée de la nourriture dans la prison. Ceci aggrave les conditions de vie des détenus politiques qui sont amenés à se trouver de la nourriture adéquate car le repas servi par l’administration pénitentiaire a provoqué de nombreux cas de beriberi ayant causé un décès les mois antérieurs. A cela, nous ajoutons le fait fort regrettable que les prisons des villes de l’intérieur comme Korhogo, Séguéla pour ne citer que celles-là, n’autorisent pas de visite aux prisonniers politiques dont certains sont coupés de leurs familles depuis le 11 AVRIL 2011.

Enfin, il faut stigmatiser la douleur des familles des détenus ayant perdu les [leurs], lors de l’émeute qui a eu lieu à la MACA le 23 Juillet 2013. Il est demandé à ces familles de prendre en charge les frais d’obsèques des personnes tuées alors qu’elles étaient sous la responsabilité de l’état. Parmi ces personnes figure un prisonnier politique dénommé Koffi N’Dri Boniface dont la famille démunie se trouve actuellement dans un état de détresse indescriptible, ne sachant à quel saint se vouer.

Ici, nous nous demandons, pourquoi le gouvernement IVOIRIEN s’évertue-t-il à imposer aux familles des personnes tuées lors des évènements la prise en charge des obsèques sachant bien qu’elles sont déjà éprouvées par cette situation ?

Face à la détresse des populations et à la meurtrissure des parents, nous lançons un cri d[u] cœur aux autorités Ivoiriennes afin qu’elles fassent preuve d’humanisme en prenant en charge les obsèques des personnes décédées.

Au regard de tout ce qui précède, nous, épouses, mères, enfants, sœurs et amies exigeons :

– la prise en charge par l’état de Côte d’Ivoire des frais d’obsèques de détenus ayant trouvé la mort lors de l’émeute du 23 Juillet 2013

– la libération sans délai des personnes détenues sur tout l’ensemble du territoire.

Que le bon Dieu continue de fortifier nos parents et touche le cœur de nos Autorités

Je vous remercie

Fait à Abidjan, le 1 Septembre 2013

POUR [LE] COLLECTIF DES FEMMES
(épouses, mères, enfants, sœurs et amies)
DES DETENUS DE LA CRISE POST-ELECTORALE

MLLE DOUATI
CHARGEE DE COMMUNICATION

(Source : Abidjandirect.net)

Publicités
septembre 2013
L M M J V S D
« Août   Oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30