Accueil » Mobilisation » Pascal Affi N’Guessan : « Le FPI n’acceptera pas que son fondateur soit en prison pour avoir respecté la Constitution de son pays »

Pascal Affi N’Guessan : « Le FPI n’acceptera pas que son fondateur soit en prison pour avoir respecté la Constitution de son pays »

Pascal Affi N’Guessan, extraits du discours du 7 septembre 2013

(…) A cette cérémonie de rassemblement et de réengagement, de braves militants anonymes, d’illustres camarades et des milliers de nos compatriotes manquent à l’appel ; certains, victimes innocentes de la folie meurtrières qui s’était emparée de ceux qui nous gouvernent malheureusement à l’heure actuelle, et pour qui la vie humaine n’a aucune valeur dans la balance de leurs ambitions. Nos cœurs saignent quand nous viennent en mémoire les souvenirs de Bohoun Bouabré, Désiré Tagro, Diagou Gomont Jean-Baptiste, Gnan Raymond pour ne citer que ceux-là. Les douloureux évènements de Doukoué, de Nahibly mais aussi tous les foyers de massacres et d’exactions à travers le pays, interpellent notre compassion, notre solidarité et notre fraternité. Le week end dernier, nous avions observé une minute de silence pour honorer les mémoires des disparus, toutes les mémoires. Aujourd’hui, j’adresse à mon tour mes condoléances les plus attristées à leurs enfants, à leurs familles et à tous ceux qui leurs sont chers, et à travers eux à la nation toute entière. A tous nos compatriotes, ces milliers de femmes et de jeunes qui croupissent en prison ou vivent un exil forcé, nous disons qu’ils sont une part de nous-mêmes, que leur sort afflige nos âmes, et que nos cœurs et nos esprits ne seront en paix qu’avec leur libération. Je pense tout particulièrement au Président Laurent Gbagbo, celui à qui je dois d’être aujourd’hui, au plan politique, ce que je suis, et de mériter votre sympathie et votre attachement. Le Camarade Sangaré Aboudrahamane, le plus intime parmi ses fidèles compagnons, à éloquemment dépeint la semaine dernière, le caractère odieux de la situation qui lui est faite et l’urgence de sa libération, au nom de la vérité, de la justice, de la paix et de la réconciliation nationale.
Qui peut raisonnablement penser que la Côte d’Ivoire peut se passer de Laurent Gbagbo et de ses compagnons en détention ou en exil, de Simone Gbagbo, de Blé Goudé Charles, du Général Dogbo Blé, du Conte Amiral Vagba Faussignaux, pour ne citer que les plus illustres, pour guérir de ses blessures et poursuivre sa marche en avant. C’est ne pas comprendre que leur situation est justement la manifestation violente des pathologies dont souffre le pays. C’est ne pas avoir conscience que la qualité des personnalités incarcérées ou en exil, leurs origines, leurs places et leurs rôles dans la vie nationale sont tels qu’elles ne peuvent pas être ignorées dans le processus de réconciliation nationale.
Solennellement, je voudrais dire ici, que la lutte pour la libération de Laurent Gbagbo est pour le FPI une obligation politique et un impératif catégorique. Le FPI n’acceptera pas que son fondateur soit en prison pour avoir respecté la Constitution de son pays. (…)

J’appelle le Chef de l’Etat, le Président Alassane Ouattara, une fois qu’il aura libéré tous les prisonniers politiques (civils et militaires) et ouvert les frontières aux exilés, à convoquer les Etats Généraux de la République qui seront l’instrument opérationnel de la réconciliation, instrument pour fonder un nouveau contrat social, un consensus sur toutes les questions qui nous divisent aujourd’hui. (…)

A nos Frères et Sœurs de la diaspora qui battent chaque jour le pavé afin que la cause de Laurent Gbagbo et de la Côte d’Ivoire progresse dans les consciences, je dis un grand merci et souhaite beaucoup de courage et de réussite. Notre victoire est inéluctable, Gbagbo reviendra. Que nos Représentations à l’Etranger se mettent au travail pour appuyer la diaspora et accélérer le processus de libération de Notre pays.
Aux Frères et Sœurs exilés au Ghana, au Togo, au Bénin et à travers le monde, je dis de tenir bon et de garder confiance. Bientôt vous serez avec nous. C’est dans le rassemblement et l’unité d’action que nous vaincrons. (…)

Lire le texte intégral du discours dans Le Nouveau Courrier (en ligne), 8 sept. 2013 :
Passation des charges à la tête du FPI : l’intégralité du discours du président Pascal Affi N’Guessan

Publicités
septembre 2013
L M M J V S D
« Août   Oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30