Accueil » Michel Gbagbo » Cérémonie en l’honneur du retour de Michel Gbagbo

Cérémonie en l’honneur du retour de Michel Gbagbo

Par Coulibaly Zié Oumar
(Notre Voie)

Recevant la fédération Fpi de Yopougon, Michel Gbagbo : «C’est par les élections que nous les ferons partir»

L’Appatame de la résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan-Riviera Golf est en train de retrouver son animation d’antan. Samedi, de 10h à 12h, Michel Gbagbo, le fils du fondateur du Fpi, fraîchement sorti des geôles d’Alassane Ouattara, a reçu près de 200 militants du Fpi venus de la fédération Fpi d’Abidjan-Banco de Yopougon. Zaba Zadi, le fédéral de Yopougon, pouvait être heureux d’avoir rempli comme un œuf le célébrissime Appatame. «Nous sommes heureux d’être ici ce matin (samedi, ndlr)», s’est-il exprimé. En fait, Zaba Zadi et sa délégation sont allés témoigner au fils de Laurent Gbagbo, militant de base de cette fédération, leur joie de le voir enfin libre. Ce qui a donné lieu à une ambiance de fête. Avec des chants en chœur, des danses, une mini cérémonie de purification de l’ex-prisonnier. «Chez nous, la prison est considérée comme un lieu de saleté, d’ordures. Quand un enfant sort de prison, ses parents font une cérémonie pour le laver et le rendre propre. Chez les Akan, c’est le kaolin qui est utilisé. Mais, chez Michel à Mama, on prend un coq blanc, on récupère la salive du bec du coq qu’on pose sur le front de l’ex-prisonnier», a expliqué le fédéral de Yopougon en accomplissant ces gestes. Il était ainsi purifié selon ce rite traditionnel. Alors Diabaté Bêh, ex-prisonnier également de Bouna et porte-parole pour la circonstance de Michel Gbagbo, peut maintenant donner les nouvelles. «Comme le même produit le même, Michel Gbagbo a le moral», a-t-il affirmé, faisant allusion au courage que Michel a hérité de son père, le président Laurent Gbagbo. Et de poursuivre : «Michel est sorti pour annoncer le retour de Simone et de Laurent Gbagbo». Une annonce que les militants accueillent avec un tonnerre d’applaudissements et de cris de joie.

C’est dans cette ambiance surchauffée que Michel Gbagbo va prendre la parole. Comme un sage moine, il appelle au pardon et à l’union d’une Côte d’Ivoire qui, malheureusement selon lui, a basculé dans l’ethnisme du fait du pouvoir en place. «Vos cœurs ne doivent pas devenir comme ceux de ceux qui nous ont fait du tort», a-t-il conseillé.

S’adressant au pouvoir en place avec un ton plus offensif, Michel Gbagbo lance : «Je suis le fils de Laurent Gbagbo, je suis Bété, je suis Fpi, je supporte l’Africa et j’en suis fier». «Si vous voulez me faire souffrir pour que je change, sachez que je ne changerai pas», a-t-il poursuivi à la grande joie des militants de Zaba Zadi.

Selon Michel Gbagbo, «ils (les partisans du pouvoir, ndlr) ont peur qu’on se venge (…) Eh bien, qu’ils sachent que nous ne nous vengerons pas. La vengeance est l’affaire de Dieu», a-t-il clamé à ses camarades militants. Avant d’annoncer : «Inch’Allah, ce sera par les élections que nous les ferons partir du pouvoir», à la grande joie des militants qu’il a, par ailleurs, invité à se préparer à aller accueillir son père à l’aéroport, car ce que Dieu a commencé, Il le terminera.

In : Notre Voie, n° 4519, 16 sept. 2013

Publicités
septembre 2013
L M M J V S D
« Août   Oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30