Accueil » Droits de l'homme » Maca : un grand mouroir pour les prisonniers politiques

Maca : un grand mouroir pour les prisonniers politiques

Dans un dossier documenté, le « Nouveau courrier » du 26 novembre 2013 fait, à partir des travaux de professionnels de la santé, l’inventaire détaillé, sur une période donnée, des pathologies dont sont atteints en masse les prisonniers de la MACA (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan), plus spécifiquement le bâtiment C où sont enfermés plus de 400 « politiques ».

Par Saint-Claver Oula

Depuis son avènement au pouvoir, Alassane Ouattara a entrepris de décapiter son opposition par l’enlèvement et l’emprisonnement de ses leaders politiques. La majorité des militants qui ont transité par la Direction de la surveillance du territoire (Dst), le camp Génie de l’ex-chef rebelle Koné Zakaria et bien d’autres prisons non conventionnelles y sont arbitrairement détenus au péril de leur vie. Incursion dans l’univers de la plus célèbre prison du pays.

La Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) abrite la majorité des prisonniers de Côte d’Ivoire et comprend les Bâtiments A, B, C, le Bâtiment des Assimilés, le Bâtiment des femmes, le Bâtiment des mineurs, le Bâtiment qui fait office d’atelier de formation ( ?), une chapelle pour les fidèles chrétiens, une mosquée pour les fidèles musulmans et un centre de santé tenu par deux médecins (un généraliste et un spécialiste), un infirmier, des aides-soignantes et des infirmiers bénévoles issus de la population carcérale. Cette population carcérale est estimée à plus de 5.000 pensionnaires dont 1.200 au Bâtiment C où résident 400 détenus politiques.

Les problèmes de santé
Le Bâtiment C dispose de 18 grandes cellules mesurant chacune 10m de long et 5m de large, soit une superficie de 50m2 et neuf cellules de petites dimension. La grande cellule reçoit en moyenne 60 personnes. A titre d’exemple, la cellule 106 compte 74 personnes, soit 0,71m2 par personne. La cellule 103 regroupe 54 personnes, soit 0,90m2 par personne. Au sein de la cellule de grande dimension, se trouvent une douche-WC, un robinet non fonctionnel. De larges fenêtres barricadées de 1,5m sur 1m servent d’aération.

Problème d’eau
L’approvisionnement en eau s’effectue dans la cour du Bâtiment C qui dispose de canaux d’eau dont 7 sont fonctionnels sur 11. Ce sont des trous muraux exposés à l’air libre sans robinet d’arrêt. La durée d’approvisionnement est de 25 à 30mn une fois par jour. Ce qui occasionne une insuffisance d’approvisionnement en eau, d’où les problèmes liés à l’eau qui sont entre autres les maladies hydriques, les dermatoses surinfectées. Les salles ne sont pas régulièrement lavées dans le but de prévenir les maladies. On assiste à des envahissements de moustiques, cafards et souris qui sont des vecteurs de maladies.

Problèmes environnementaux
Initialement prévues pour 15 personnes, les salles abritent entre 50 et 70 personnes. Ce qui provoque le surchauffement des salles lors des fermetures. Le surchauffement est aussi dû aux fours électriques servant à faire la cuisine, à cela s’ajoute la fumée de cigarette qui constitue un casse-tête pour le mieux-être dans les cellules. L’incidence, ce sont les insomnies et les réveils précoces qui concourent à la survenue des maladies cardio- vasculaires et respiratoires. Des agents allergisants provoquent des rhinites allergiques, asthme et urticaires.

Bilan partiel des activités de santé
Le Nouveau Courrier a réussi à se procurer du bilan partiel des travaux de professionnels de santé allant du 10 février au 10 novembre 2013.

Au titre des pathologies

Maladie diarrhéique :
Consultants : 20
Consultations : 48
Diarrhées infestieuses
Dysenterie amibienne : 34 consultations
Diarrhée bactérienne : 8 consultations
Parasitose intestinale : 6 consultations
Coups et blessures volontaires (CBV)
Consultants : 26
Consultations : 26
Affection de l’appareil locco-moteur
Consultants : 25
Consultations : 100
Les maladies infestieuses
Consultants : 36
Consultations : 53
Paludisme
Consultants : 18
Consultations : 25
Grippe
Consultants : 18
Consultations : 28
Carences nutritionnelles
Consultants : 12
Consultations : 25
Maladies cardio-vasculaires
Hypertension artérielle (HTA)
Consultants : 13
Consultations : 428
Infection de la peau
Consultants : 17
Consultations : 33
Furonculose
Consultants : 15
Consultations : 25
Panaris
Consultants : 2
Consultations : 8
Affections respiratoires
Consultants : 6
Consultations : 10
Affections circulatoires
Consultants : 9
Consultations : 18
Crises hémorroïdaires
Consultants : 3
Consultations : 6
Varices des jambes
Consultants : 1
Consultations : 2
Constipations chroniques
Consultants : 5
Consultations : 10
Autres affections
Consultants : 13
Consultations : 26
Candidose buccale
Consultants : 5
Consultations : 12
Rhinite allergique
Consultants : 3
Consultations : 6
Sinusite
Consultants : 1
Consultations : 2
Hernie
Consultants : 4
Consultations : 6
Ainsi se résument les principales pathologies auxquelles sont confrontés l’ensemble des prisonniers politiques à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. A savoir, Consultants (184) et Consultation (767).
Après l’analyse de la situation sanitaire et l’identification des problèmes de santé, les experts ont opéré le choix des priorités en définissant les objectifs à atteindre à partir du diagnostic infirmier ou communautaire. C’est pourquoi la communauté, consciente des problèmes de santé de ses concitoyens, a adopté la démarche participative initiée par les professionnels en son sein en vue de palier aux différents problèmes de santé liés à son environnement.
En effet, les professionnels de santé transfèrent leur compétence à la communauté par des gestes et techniques simples qui concourent à réduire considérablement les principales maladies, étant donné que le régime Ouattara n’est pas regardant sur l’état de santé des prisonniers. Des avancées notables de réduction de l’incidence des maladies hydriques et cardio-vasculaires, des troubles circulatoires et diverses maladies de peau semblent probantes. Beaucoup reste à faire. Les carences nutritionnelles deviennent un casse-tête en raison de l’alimentation. En effet, un repas quotidien est servi. Il est pauvre au point de vue calorique, protidique, lipidique, vitaminique et minéralogique. De plus en plus, les professionnels découvrent des malades souffrants du béribéri (avitaminose B). L’état de santé de ces malades reste stationnaire malgré le traitement aux vitamines B et complément alimentaire. Car les problèmes nutritionnels se résolvent avec des solutions nutritionnelles à l’aide d’une alimentation riche et équilibrée. Ensuite, la promiscuité péniblement acceptable – 0,71 à 9m2 par personne – contribue à la propagation de certaines maladies telles que la grippe, les furonculoses, les dermatoses de plis de l’aine. De même, les coups et blessures volontaires subits par les détenus politiques ne trouvent guère de solution. Par conséquent, refuser de transférer des patients souffrants de fractures ouvertes des membres supérieurs, de lombosciatiques et diverses arthroses relèvent de la haine.
L’épineux problème de l’environnement carcéral plombe le niveau de santé des pensionnaires de la Maca en général et celui des détenus politiques en particulier.

In : Le Nouveau courrier, n° 935, 26 nov. 2013, p. 6

Publicités
novembre 2013
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930