Accueil » Droits de l'homme » Côte d’Ivoire – Retour des exilés : la coordination du Fpi en exil pose ses conditions

Côte d’Ivoire – Retour des exilés : la coordination du Fpi en exil pose ses conditions

DECLARATION DE LA COORDINATION DU FPI EN EXIL

Depuis quelques temps, des informations, parfois contradictoires, sont livrées à travers la presse aux Ivoiriens sur le retour des exilés ivoiriens de la crise postélectorale de 2010-2011.
Afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale et surtout les militants du Fpi qui s’interrogent, la coordination Fpi en exil tient à faire connaitre sa position sur cette question. Pourquoi les Ivoiriens que nous sommes, si attachés à notre chère patrie la Côte d’Ivoire, sommes-nous toujours en exil, trois ans après l’arrivée par effraction de monsieur Alassane Ouattara au pouvoir, au moment où d’autres cadres de notre parti ont décidé à titre individuel, de rentrer sur la base des seules déclarations d’Hamed Bakayoko sans attendre la suite formelle des négociations avec le pouvoir ? Est-ce parce que nous avons plus de choses à nous reprocher par rapport à ceux qui rentrent ? Est-ce parce que nous sommes plus craintifs que ceux qui ont choisi de retourner en négociant directement avec le pouvoir en place les conditions de leur retour ? Ou bien, comme le pensent certains, est-ce parce que nous sommes simplement des extrémistes ? Non, rien de toutes ces supputations n’explique notre position d’attente. Les raisons sont toutes simples.
Premièrement, de notre exil, nous contribuons auprès de la direction du parti à la lutte pour la reconquête des libertés démocratiques en Côte d’Ivoire et au combat pour la libération du Président Laurent Gbagbo dans la vérité de l’histoire récente de notre pays. C’est ainsi que notre apport, si modeste soit-il, a consisté dans les activités ci-dessous à l’élaboration et la publication d’un manifeste de la coordination. Production de plusieurs documents sur la sortie de crise et la conduite de la lutte à l’attention la direction du parti. Production de plusieurs déclarations sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. Production de trois ouvrages aux éditions l’harmattan (un 4ème est en préparation). «Laurent Gbagbo au centre d’un complot, le rapport du groupe d’experts de l’Onu mis à nu», «Le Président Laurent Gbagbo à la Cpi, Justice ou imposture ?», «Cpi, l’introuvable preuve contre le Président Laurent Gbagbo». Contacts permanents avec les avocats du Président Laurent Gbagbo pour documenter leurs dossiers. Deux audiences avec feu le Président John Atta Mills, ex-Président de la république du Ghana. Des contacts noués avec le Ndc, parti au pouvoir au Ghana. Contacts réguliers avec le nouveau Président du comité Afrique de l’Internationale socialiste. Initiative de la mission auprès du président Macky Sall du Sénégal. Actions sociales en faveur des réfugiés des camps par le biais de l’Arid (Association des réfugiés ivoiriens de la Diaspora).
Deuxièmement, nous sommes encore en exil parce que notre lecture de la situation actuelle du pays et de la réconciliation est différente de celle du gouvernement. Pour nous, le calme apparent actuellement observé dans notre pays n’est pas synonyme d’apaisement, car il en faut beaucoup plus pour cela, et les «bonnes nouvelles» annoncées çà et là ne sont en réalité que des effets d’annonce destinées à faire croire à l’opinion internationale que la réconciliation est en marche en Côte d’Ivoire alors qu’en vérité, la division s’approfondit de jour en jour. En effet, comment peut-on parler d’apaisement alors que le dialogue avec le Fpi piétine depuis 2011 ; que la Cdvr (Commission dialogue, vérité et réconciliation) après trois ans d’activité, n’a pu réconcilier personne ; que les prisons de Ouattara détiennent encore plus de 700 prisonniers politiques et que les arrestations se poursuivent sur le mobile imparable d’atteinte à la sûreté de l’Etat; que les tueries de Duékoué-carrefour et les massacres de Nahibly n’ont à ce jour, fait l’objet d’aucune enquête et que des témoins-clés sont assassinés ? Comment peut-on parler d’apaisement, alors que les libertés démocratiques sont loin d’être garanties, que des obstacles sont mis à leur exercice par l’opposition par la violence et par les menaces, comme en témoigne l’interdiction du meeting du président Affi N’Guessan à Abobo sous l’action combinée des «com-zones en armes et du com-zone en cravate» qui régentent cette commune, les interdictions de sortie du territoire qui frappent Akoun Laurent,… Michel Gbagbo ?
Comment peut-on dire que la réconciliation est en marche alors que le Président Laurent Gbagbo est en prison, et que le pouvoir s’en réjouit ?
Troisièmement, nous n’oublions pas que le phénomène de l’exil touche environ 100 000 Ivoiriens et concerne, certes, des cadres Lmp, des responsables et des militants du Fpi, mais aussi des militaires (officiers, sous-officiers et hommes du rang), des élèves et étudiants, des jeunes patriotes, des dizaines de milliers de personnes de modestes origines dont le seul tort est d’être proches de Lmp ou originaires de régions considérées comme des fiefs de Laurent Gbagbo, notamment les Wê qui en constituent le gros lot.
Ces exilés, qui bénéficient du statut de réfugiés, sont disséminés dans plusieurs pays africains : Liberia, Ghana, Togo, bénin, Cameroun, Maroc, Algérie, Tunisie, etc. mais aussi en Europe, notamment en France. Ces femmes et hommes, enfants et vieillards, malgré les difficiles conditions de vie sous des tentes dans les camps de réfugiés, malgré la maladie et les nombreux décès enregistrés en leur sein, continuent pourtant de tenir et d’exprimer leur solidarité avec le Président Laurent Gbagbo dont ils entendent ainsi contribuer à porter la croix. Ces personnes qui ont quitté la Côte d’Ivoire pour préserver leur vie et leur liberté, apprennent chaque jour que des assassinats et exactions sans suites judiciaires sont commis par les Dozos et les Frci, que les arrestations de militants Lmp par la Dst continuent. Pour ces personnes, le mot «retour sécurisé», et nous ajoutons «organisé», revêt un sens non ambivalent : quelles sont les garanties formelles que donne le gouvernement Alassane Ouattara ? bref, ces personnes ne demandent qu’à être rassurées, ce que ne fait pas le pouvoir en place. Voilà donc les raisons pour lesquelles les membres de la coordination Fpi en exil sont encore là où ils sont. Pour nous, les conditions pour un retour sécurisé et organisé des exilés se déclinent comme suit :
La libération du Président Laurent Gbagbo.
Libération de tous les prisonniers politiques civils et militaires avec l’obtention de garanties institutionnelles et légales ayant pour effets, entre autres :
La restitution des biens et le dégel des avoirs.
La réintégration des fonctionnaires et agents de l’Etat, des travailleurs du secteur parapublic dans leurs emplois et grades respectifs avec rappel de solde pendant tout le temps d’exil.
La réintégration des corps habillés avec reconstitution de carrière et rappel de solde pendant tout le temps d’exil.
La réintégration des employés et ouvriers du secteur privé dans leurs emplois.
La réinsertion des étudiants, élèves et écoliers dans leurs différents circuits de formation.
La rétrocession des terres et plantations des planteurs et agriculteurs avec le retour des dozos dans leur zone d’origine.
Le dédommagement des responsables des entreprises du secteur privé.
Nous n’entendons donc pas retourner Côte d’Ivoire sans l’obtention d’un accord entre la direction du parti et les autorités en place, accord donnant de vraies garanties à l’ensemble des réfugiés dont nous demeurons solidaires parce que nous avons une responsabilité politique vis-à-vis d’eux.
Comme le capitaine d’un navire naufragé, nous devons être les derniers à rentrer et non les premiers.
C’est le minimum que nous leur devons à défaut de ne pouvoir leur apporter une assistance matérielle quotidienne et soutenue parce que nous-mêmes démunis. C’est pourquoi, la coordination Fpi en exil regrette les récents retours d’exil opérés sur des bases strictement individualistes, qui dénotent d’un manque de solidarité manifeste vis-à-vis des autres réfugiés, condamne les déclarations intempestives dans la presse de certains camarades récemment rentrés d’exil. En effet, si l’on peut comprendre que le gouvernement Ouattara traite avec désinvolture la question des réfugiés, que la Cdvr s’en désintéresse royalement (aucune visite rendue aux réfugiés en trois ans de mandat dit de réconciliation), il nous paraît inacceptable, que des responsables politiques du Fpi négocient des conditions individuelles de leur retour sans en référer au parti en abandonnant à leur sort ces milliers de personnes qui connaissent aujourd’hui l’exil pour avoir épousé la cause du Fpi et de Laurent Gbagbo dont ces cadres se disent être des proches. On reste d’ailleurs surpris de l’attitude curieuse de ces camarades qui s’inquiètent de l’extrême précarité de vie dans les camps de réfugiés et qui n’ont pourtant pas hésité à abandonner ces réfugiés à leur triste sort en rentrant au pays sans se préoccuper de ce qui pourrait advenir à ces derniers après leur départ. Ces camarades ont-ils conscience, que par leurs retours individuels arrangés et leurs déclarations intempestives et infondées, ils mettent en péril l’existence de ces réfugiés qui pourraient se voir supprimer le maigre soutien apporté par le Hcr ? Par ailleurs, nous nous insurgeons contre les propos malveillants tenus par ces camarades envers la coordination à laquelle ils attribuent «des propos et attitudes de défiance vis-àvis de la direction du parti», appelant par la même occasion [à] des sanctions de celle-ci à l’encontre des exilés, membres de la coordination. En effet, des membres de la coordination en exil qui conditionnent leur retour sécurisé et organisé à l’aboutissement des négociations engagées par le parti avec le pouvoir, et des camarades qui rentrent sur des initiatives individuelles arrangées directement avec le régime Ouattara, quels sont ceux qui font preuve d’indiscipline et de défiance vis-à-vis de la direction et qui méritent d’être interpellés par elle ? Ces camarades, dont on sait que certains, et non des moindres au vu des fonctions qu’ils occupaient dans l’appareil d’Etat, ont quitté le pays bien avant le 11 avril 2011, c’est-à-dire avant même l’arrestation du Président Laurent Gbagbo, qui durant leur temps d’exil se sont toujours tenus éloignés de la coordination, cadre organisationnel que se sont donnés les militants du Fpi afin d’aider au combat sur le terrain tout en organisant l’entraide des réfugiés, qui affirmaient à qui voulait les entendre n’être pas venus en exil pour lutter parce que ne devant plus rien au Président Laurent Gbagbo, et qui sont aujourd’hui rentrés d’exil dans des conditions aux contours obscurs, ces camarades, disons-nous, gagneraient à se faire discrets et à se taire. La Coordination Fpi en exil, quant à elle, demeure très sceptique quant à la sincérité du gouvernement et récuse fermement toute démarche individuelle, qui non seulement dénote d’un manque de solidarité envers l’ensemble des réfugiés, mais tend à affaiblir notre parti au moment où celui-ci est résolument engagé dans le combat pour le règlement des conséquences de la crise postélectorale, dont la question du retour des exilés. C’est pourquoi, les militants Fpi en exil, membres de la Coordination, saluent la mission du parti, dépêchée récemment au Ghana et au Togo, à l’effet d’échanger avec les réfugiés et d’harmoniser les positions. Ils réaffirment leur entière confiance au président Pascal Affi N’Guessan et à la direction de notre parti, le Fpi, pour régler de façon formelle et responsable la question du retour des exilés. Il est du devoir de notre parti, le Fpi, d’oeuvrer pour mettre fin aux souffrances de tous ceux et toutes celles, qui, pour leur militantisme au Fpi ou pour leur soutien au Président Laurent Gbagbo, connaissent la prison, l’exil ou ont tout perdu. Nous encourageons, par conséquent, la direction du parti à poursuivre les discussions en vue de la libération du Président Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques, du retour sécurisé et organisé de tous les exilés où qu’ils se trouvent, de la libération des maisons, forêts et plantations occupées, des comptes bancaires saisis, du libre exercice des droits et libertés. Nous exhortons le Fpi à agir pour un retour véritable de l’ensemble des exilés, pour une vraie normalisation et une vraie réconciliation dans notre pays. Vive le Front populaire ivoirien, uni, solidaire et indestructible pour que vive une Côte d’Ivoire démocratique, libre, souveraine et prospère.

Pour la coordination Fpi en exil
Le coordonnateur et porte-parole
Docteur Assoa Adou

Source : Ivoirebusiness.net, 26 fév. 2014

Publicités
février 2014
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728