Accueil » Droits de l'homme » Les Indignés de Côte d’Ivoire matraqués devant l’Ambassade de France

Les Indignés de Côte d’Ivoire matraqués devant l’Ambassade de France

Par Patrice Lecomte

Le sit-in organisé hier matin devant l’Ambassade de France par la Coalition des Indignés de Cote d’Ivoire et le Collectif des admis au concours de police session 2010, mais recalés en 2011 par le régime Ouattara, a été sauvagement réprimé par le régime Ouattara.
Une manifestation pourtant pacifique pour réclamer leur entrée à l’école de police.
Pour toute réponse, le régime leur a opposé une répression sévère à coups à coups de matraques, de course-poursuite, et de gaz lacrymogènes par la police du régime.
Une répression sauvage qui démontre une fois de plus la brutalité du régime et la violation des droits de l’homme et des libertés en Côte d’Ivoire.

Repression manif 20140317

Le jeune Guédé Elvis, venu manifester, a été copieusement battu et trainé sur près de 200 mètres avant d’être conduit à la préfecture de police sans soins.
Il se trouve en ce moment dans un état critique.
(…)
In : Ivoirebusiness, 18 mars 2014

Admis de la police 2010 : un des grévistes de la faim meurt
Par D. K.

Trazié Bi Rosion, du cycle des sous-officiers du concours d’entrée à l’école de police session 2010, est décédé dans la nuit de mardi à hier dans une structure sanitaire à Abidjan, a-t-on appris du porte-parole du collectif des admis de ladite promotion, Serge Landry Boguié, joint hier par téléphone. « Le camarade Trazié Bi est décédé des suites de la grève de la faim que nous avons entamée depuis lundi dernier à la Cathédrale Saint-Paul d’Abidjan pour réclamer notre intégration à l’Ecole de police. Qui dure depuis trois ans par la faute du ministre de l’Intérieur. Les soucis et l’injustice dont nous sommes victimes ont tué notre camarade qui ne souffrait pas d’une maladie lundi dernier. Son corps sera transféré demain jeudi à Sinfra, sa ville natale » a-t-il ajouté. Serge-Landry Boguié a exprimé son indignation et sa colère suite à ce décès subit qui a endeuillé les 1476 admis. «Mais nous ne nous avouons pas vaincu. Le combat pour la restauration de notre dignité se poursuit. Dans l’espoir que le clergé ivoirien mette tout en œuvre pour faire entendre raison à nos autorités pour qu’ils se ressaisissent », a insisté Serge Landry Boguié. Quant à Mlle Gbongbo Carole, membre du collectif des admis du concours de police session 2010, elle est sortie du violon de la préfecture de police d’Abidjan, au Plateau, la semaine dernière, avec une fracture du pied. Cela lui a valu d’avoir le pied qui est dans le plâtre en ce moment, à en croire des témoignages. 34 autres jeunes gens du contingent des admis de 2010 ont été battus sauvagement par les policiers le 22 février dernier, à Cocody, au cours d’une manifestation de protestation devant l’Ecole de police puis jetés dans les cellules du sous-sol de la préfecture de police. Saisie par les admis du concours de police session 2010 après l’annulation de ce test en 2011 par le régime Ouattara, la présidence de la République a, dans un courrier signé par le chef de cabinet du chef de l’Etat, indiqué avoir instruit le ministre de l’Intérieur de prendre en compte les préoccupations des jeunes gens et trouver une solution définitive à ce concours dont les résultats sont antérieurs à la décision de Ouattara. Mieux, en janvier dernier, le président du conseil constitutionnel a évoqué, dans un courrier adressé au collectif des admis que son directeur de cabinet a pris langue avec le ministre de l’Intérieur pour régulariser définitivement la situation des jeunes gens. Malheureusement, le ministre Hamed Bakayoko n’a pas donné une suite favorable à toutes ces requêtes. Laissant les jeunes gens dans le désarroi total.

In : Notre Voie, 13 mars 2014

Lire sur le même sujet :
Nouvelles 2014-02-27

Mise à jour du 19 mars 2014 :
Par Alain Doh Bi :
Arrêtés le lundi dernier lors de leur manifestation devant l’Ambassade de France à Abidjan, les quatre (4) admis recalés du Concours de Police 2010 ont été déférés, hier 18 mars 2014 à 22h à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) pour « flagrant délit de trouble à l’ordre public ». Il s’agit de :
1-GROHI ROSEMAR PAUL, Ethnie Avikam originaire de Tiassalé.
2-KABLA GNANDOU FRANCK, Ethnie Godié originaire de Gueyo.
3-TAHI BLOADE JEAN CLAUDE, Ethnie Guéré originaire de Guiglo.
4-DOLLE FULGENCE, Ethnie Dida originaire de Lakota
(Source : Blog de Alain Doh Bi, 19 mars 2014)

Publicités
mars 2014
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31