Accueil » Actualités » Après deux mois d’absence, le « Nouveau Courrier » est de retour

Après deux mois d’absence, le « Nouveau Courrier » est de retour

Une si longue absence

Par Théophile Kouamouo

« Mon journal, c’est Facebook », clament certains d’entre
nous, à ce point subjugués par la technologie qu’ils ne se
rendent pas compte que les réseaux sociaux ne font que
recycler une matière première très souvent fournie par des
professionnels, des êtres de chair et de sang, qui doivent
vivre de leur métier… et qui, parfois, en meurent.

Vous nous avez tant manqué ! C’est après près de deux mois d’interruption de parution que votre quotidien est à nouveau, ce lundi, dans les kiosques à journaux. Nous ne pouvons pas recommencer notre mission à vos côtés là où nous avons été contraints de l’arrêter, chers lecteurs, sans vous « donner les nouvelles », comme le veut la tradition ivoirienne. Si Le Nouveau Courrier a quitté les kiosques depuis le 3 février dernier, c’est pour des raisons financières, notamment une assez lourde dette auprès de notre imprimeur, qui ne pouvait continuer à s’alourdir sans conséquences. (…)
Oserions-nous compter sur un marché publicitaire donnant la prime aux plus gros et souvent influencé par des considérations politiques pour financer notre mission d’informer ? Est-il raisonnable d’attendre d’un gouvernement qui refuse de subventionner les partis politiques, et de financer ainsi la vie politique, conformément aux prescriptions constitutionnelles, qu’il vole au secours d’un quatrième pouvoir qui révèle ses frasques ? Ceux qui ont méthodiquement détruit nos imprimeries et nos rédactions en 2011 ne peuvent pas venir à notre secours.
Notre seul recours, c’est vous, chers lecteurs.
Il est normal d’acheter un journal, un matin, parce que l’on a vu un titre qui nous attire ou nous interpelle. Mais il est salutaire de valider, quotidiennement, la démarche d’un journal dont on apprécie la démarche en lui étant fidèle, y compris lorsque l’actualité semble terne, ou qu’aucune information « choc » ne se distingue. On ne peut pas avoir des scoops tous les jours et la recherche effrénée du sensationnel, elle-même suscitée par l’envie du lecteur de se faire « surprendre » en permanence, peut conduire à déformer les faits, notamment pour anticiper des espérances non encore conformes à la réalité.
Le Nouveau Courrier est de retour. Et la meilleure manière de le maintenir dans les kiosques est de vous abonner auprès de votre vendeur habituel ou de vous abonner à la version électronique, que vous recevez chaque matin sans sortir de chez vous, y compris les matins de grande pluie. (…)

Le Nouveau Courrier N° 990, lundi 24 mars 2014, p. 2

S’abonner au Nouveau Courrier

 

Publicités
mars 2014
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31