Accueil » Droits de l'homme » En Côte d’Ivoire, près de 800 prisonniers toujours maltraités et torturés

En Côte d’Ivoire, près de 800 prisonniers toujours maltraités et torturés

Plusieurs articles de Politicomag.com dénoncent la situation alarmante des prisonniers politiques ivoiriens :

Par Sonia Cohen, avec Jonathan Ehud

Accusés d’être d’anciens collaborateurs ou militants au service de l’ex dirigeant ivoirien, Laurent Gbagbo, 800 prisonniers détenus par le gouvernement croupissent dans des cellules en attente de jugement.

Ces dernières semaines, les familles, les proches et les médias d’opposition ont tiré la sonnette d’alarme sur les graves manquements au respect des droits de l’homme concernant les détenus politiques. Tous pointent des actes de maltraitances et de tortures pratiqués sur les détenus.

Interrogé par Politico, un membre d’une association locale de défense des droits humains, s’indigne : “Il est temps que le gouvernement ivoirien suive la loi et respecte les droits de l’homme, (…) sans quoi il ne pourra pas y avoir de réconciliation nationale.“ Pour des raisons évidentes de sécurité, il a souhaité gardé l’anonymat.

Dans une note confidentielle adressée en décembre dernier à son siège de Genève, en Suisse, la délégation ivoirienne du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) avait signalé la difficulté pour ses équipes à visiter ou soigner les prisonniers de la guerre postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 en Côte d’Ivoire.

Or, insiste notre source, le CICR doit veiller au traitement plus humain des détenus. C’est tout naturellement que cette institution des Nations-Unies a regretté que les violations du droit international humanitaire soient par trop fréquentes, notamment dans le cas de la Côte d’Ivoire. De nombreux rapports sont restés lettres mortes et le gouvernement ivoirien semble peu soucieux de faire évoluer positivement la situation.

Sur la foi de témoignages directs portant sur les conditions de détention à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), plusieurs organisations ont ainsi pu reléver que les détenus sont exposés à la maladie, privés de sommeil ou encore laissés sans vêtements. La nourriture est inappropriée ou de mauvaise qualité, quand elle n’est pas insuffisante.

La communauté internationale, la France surtout, semble guider uniquement par des intérêts économiques, alors que de grandes entreprises françaises, comme Bouygues, Total et Orange sont en train de consolider leurs affaires en Côte d’Ivoire. “Elle doit s’assurer que les droits humains figurent bien au cœur du processus de réconciliation en cours dans le pays”, s’offusque un membre de l’opposition. “La France ne doit pas continuer de récompenser un régime qui ne tient pas toutes ses promesses. Elle doit cesser de violer le droit international en toute impunité”, ajoute-t-il.

On se souvient tous des terribles photos qui étaient sorties de la prison d’Abu Ghraib en Irak. On y voyait des prisonniers irakiens torturés et humiliés par des soldats américains. Et bien il semble que l’histoire se répète, mais à plusieurs milliers de kilomètres de là, en Côte d’Ivoire.

Les photos ont été prises ces dernières semaines à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), le principal centre de pénitentiaire ivoirien.

Selon les organisations internationales de défense des droits de l’homme et l’opposition ivoirienne, environ 800 personnes – civils et militaires – restent détenues sans jugement par le pouvoir ivoirien depuis la fin de la crise post-électorale en avril 2011.

In : Politicomag, 26 avril 2014

Publicités

Un commentaire

Commentaires fermés

avril 2014
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930