Accueil » Droits de l'homme » 8 mai : répression à Abidjan

8 mai : répression à Abidjan

Mise à jour du 9 mai 2014 : remise en liberté dans la soirée du 8 mai des dirigeants du FPI, puis d’une vingtaine de militants et sympathisants venus les soutenir

Selon l’Agence APA :

« Le Président du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir), Pascal Affi N’guessan et ses 3 camarades de la direction, ont regagné leur domicile respectif, après 8h30mns d’audition, jeudi, à la brigade de recherche de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire.
Convoqués par cette unité spécialisée de la gendarmerie ivoirienne, dans le cadre d’une « enquête judiciaire requise par le Procureur de la République », Affi N’guessan, Laurent Akoun (Secrétaire général) et les Vice-présidents Marie Odette Lohourougnon et Richard Kodjo, ont été entendus à la brigade de recherche de 10h15 à 18h45 (heure locale et GMT).
Après leur audition, les dirigeants du parti de Laurent Gbagbo ont « quitté les lieux à 19h30 pour regagner leur domicile » a indiqué à APA le Conseiller en communication du Président du FPI, Franck Anderson Kouassi, sans donner de détails sur l’audition. (…) »
(Source : Ivoirebusiness.net, 9 mai 2014)

Par Eric Lassale

« La vingtaine de militants et sympathisants du FPI, arrêtés jeudi matin pour être venus soutenir Affi N’guessan, Laurent Akoun, Odette Lorougnon, Richard Kodjo, lesquels étaient convoqués à la gendarmerie pour être arrêtés par le régime Ouattara, ont été libérés hier nuit vers 22h15mn, sur intervention du président du Front populaire ivoirien.
Le président du FPI et une direction du FPI se sont en effet rendus dès leur libération à la préfecture police d’Abidjan, pour exiger la libération de leurs militants et sympathisants. (…)
In : Ivoirebusiness.net, 9 mai 2014

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Le 8 mai 2014

Par Alain Doh Bi

ABIDJAN-Plateau, 8 mai 2014, 10 h 45 mn : des patriotes ayant accompagné les 4 leaders du FPI convoqué[s] par la brigade de Recherches chantaient l’Abidjanaise, l’Hymne National, lorsque Youssouf Kouyaté, Commandant du CCDO arriva et ordonna que les patriotes soient bastonnés et gazés. L’ordre fut exécuté par des bastonnades et des tirs de gaz lacrymogène sur les patriotes. plus d’une douzaine de patriotes arrêtés dont les cyberactivites Jean Chrésus, Woody Blé et Achille Gnaoré des Agoras et Parlement, et Dorothée et bien d’autres.

4 Leaders du FPI convoqués : les militants FPI bastonnés et gazés, 12 arrêtés

Retour sur les faits
Lu sur Lecridabidjan.net, 8 mai 2014 :

« Les ivoiriens sont invités à venir massivement demain dès 8h30 au Plateau pour accompagner leur[s] leader[s] à cette audition. Faites passer le message et soyons tous mobilisés. »Ce message, lancé hier dans les différents réseaux de communication des partisans proches de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a été entendu. En effet, dans la soirée d’hier mercredi 07 Mai, le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan, la vice-présidente du FPI, Marie-Odette Lorougnon, Richard Kodjo SG Adjoint du FPI ont été convoqués ce jeudi 8 mai 2014 à 10h au commandement supérieur de la gendarmerie section recherche dans la commune de Plateau.
Ce matin, autour de 10h, plusieurs petits groupes personnes se sont regroupés aux alentours de la cathédrale du plateau pour un meeting en direction de la brigade de recherche de la gendarmerie nationale. Nos correspondants sur place ont noté l’arrestation de plusieurs personnes venu[e]s protester contre l’audition de leurs leaders. (…)

Heure par heure
(Source : ResistanCIsrael, 8 mai 2014)
 » Des dizaines de militants de l’opposition arrêtés à Abidjan par le régime ivoirien.
Alors qu’ils étaient allés ce matin soutenir les responsables de leur parti convoqués par le régime d’Abidjan pour avoir lancé un mot d’ordre de boycott du recensement général de la population organisé par le régime Ouattara, des dizaines de militants du FPI, le parti de Laurent Gbagbo ont été interpellés ce matin à Abidjan.
Pour le moment, l’on dénombre une vingtaine d’interpellations. (…) »
Lire la suite de l’article

Le contexte
Le pouvoir en place a lancé une opération de recensement de la population alors que plusieurs dizaines de milliers d’Ivoiriens sont en exil et ne peuvent rentrer, leur vie étant menacée, ou/et leurs terres occupées illégalement.
Le Front Populaire Ivoirien a donc appelé au boycott de cette opération qui s’avère être un échec pour Alassane Ouattara.

 

Publicités
mai 2014
L M M J V S D
« Avr   Juin »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031