Accueil » 2015 » octobre

Monthly Archives: octobre 2015

L’Association des Femmes et des Familles des Détenus d’Opinion de Côte d’Ivoire communique

Communiqué – 22/10/2015

Mesdames, Messieurs
Chers amis de la Presse
Chers amis membres des organes de défense des droits de l’Homme,
Chers Parents,
Chers Tous,

Nous portons à la connaissance des autorités ivoiriennes, des acteurs politiques ivoiriens, à la communauté nationale et internationale, aux organisations de défense des droits de l’homme qu’une nouvelle association dénommée ASSOCIATION DES FEMMES ET DES FAMILLES DES DETENUS D’OPINION DE COTE D’IVOIRE a vu le jour.

Elle est composée des Femmes (épouses, mères, sœurs, tante, cousines, amies) et des Familles (frères, pères, oncles, amis, cousins) des Détenus d’Opinion de Côte d’Ivoire en abrégé AFFDO-CI.

En effet, depuis le 11 Avril 2011, des personnes sont détenues dans notre pays pour leurs opinions. Notre ultime objectif est de [veiller] aux respects de leurs droits ainsi qu’à contribuer à leurs libérations. (suite…)

Publicités

Parti Communiste Français : « Côte d’Ivoire, une mascarade électorale qui s’ajoute à un bilan catastrophique »

« En 2011, Alassane Ouattara a été installé à la présidence ivoirienne par les chars français à l’issue d’une élection contestée. Ce coup de force a eu lieu alors qu’il était possible et souhaitable de recompter les bulletins de vote ou de reprendre le scrutin.

Depuis cette date, le pouvoir renoue avec les pires traditions de la dictature d’Houphouët-Boigny. Il emprisonne, prive de droits, assassine et torture des centaines d’opposants politiques, associatifs et syndicaux. Il interdit leurs manifestations et s’immisce dans les débats internes de leurs organisations en vue de les modeler en faire-valoir démocratiques. Ceux qui ne se résignent pas sont impitoyablement pourchassés. Des centaines de milliers d’ivoiriens ont emprunté les chemins de l’exil et du déplacement intérieur. (suite…)

Le journal La Croix dénonce la répression de l’opposition en Côte d’Ivoire avant la présidentielle

Côte d’Ivoire : arrestations dans l’opposition avant la présidentielle

Par Laurent Larcher (à Abidjan)

Les autorités ivoiriennes ont arrêté une cinquantaine d’opposants depuis la mi-septembre.
Des ONG de défense de droits de l’homme s’inquiètent de leur sort.

« Les autorités politiques et policières se crispent à la veille de l’élection présidentielle (le dimanche 25 octobre, NDLR), elles se durcissent contre une partie de l’opposition », juge, inquiet, Hervey Kokou Delmas, le directeur exécutif du bureau d’Amnesty International en Côte d’Ivoire. Selon lui, depuis la mi-septembre, les forces de l’ordre ont procédé à des dizaines d’arrestations d’Ivoiriens issus de l’opposition.

Leur nombre ? Entre une cinquantaine et une soixantaine, selon les sources. Leur tort ? Avoir participé à des marches contre le processus électoral, organisées par la Coalition nationale pour le changement, une plate-forme issue de l’opposition. (…)

Suite de l’article

La Croix (version Web), 22 oct. 2015

Instruction de la plainte de Michel Gbagbo

Guillaume Soro contre lequel Michel Gbagbo a déposé une plainte à Paris pour « Enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants » a été convoqué par la Justice française comme témoin assisté.

Lire aussi :
http://www.jeuneafrique.com/270803/societe/cote-divoire-guillaume-soro-bientot-entendu-justice-francaise/

Mariam Cissé est libre !

Alors qu’elle participait le 10 juin 2015 à une conférence de presse à Cocody Deux Plateaux, Mariam Cissé (de la JFPI) et plusieurs autres militants ont été brutalement enlevés.
Elle aura passé 4 mois en prison par la faute d’un régime qui réprime la liberté d’opinion et d’expression.

Arrestation et condamnation de David Samba : Amnesty International réagit

Côte d’Ivoire : Amnesty demande aux autorités ivoiriennes de mettre fin aux arrestations arbitraires d’opposants

La Côte d’Ivoire doit mettre fin à la vague d’arrestations arbitraires d’opposants politiques et au recours à toute forme de mauvais traitements, a déclaré Amnesty International, lundi, dans un communiqué transmis à APA. (suite…)