Accueil » 2015 » décembre

Monthly Archives: décembre 2015

Les associations et mouvements progressistes contre le projet de déchéance de la nationalité française pour les binationaux

Appel unitaire et pétition :

« Pour nous, c’est définitivement non !
Non au projet de déchéance de la nationalité, non à une démocratie sous état d’urgence, non à une réforme constitutionnelle imposée sans débat, en exploitant l’effroi légitime suscité par les attentats.

Nous n’acceptons pas la gouvernance de la peur, celle qui n’offre aucune sécurité mais qui assurément permet de violer nos principes les plus essentiels.

Notre rejet est absolu. Nous appelons tous ceux et celles qui partagent une autre idée de la France à le manifester. »

Pour signer :

http://www.nousnecederonspas.org/

 

Publicités

LIbération de plusieurs détenus politiques

Voici une nouvelle qui fait chaud au coeur : des amis ont annoncé sur les réseaux sociaux la libération de plusieurs prisonniers politiques, dont Sébastien Dano Djédjé.

Pour plus d’informations, consulter la page Facebook de l’Association des femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire (Affdo-ci) :
https://www.facebook.com/collectif.desfemmes

 

 

Les nouvelles des nôtres dans les prisons de Ouattara

Interview de Désirée Douati
par Cyrille Djedjed, pour l’Inter

L’ex détenue politique Désirée Douati, présidente et porte-parole de l’association des femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire (Affdo-ci) revient une fois encore à la charge. Dans cette interview, elle demande tout simplement à Alassane Ouattara de libérer les prisonniers politiques, pour la dignité humaine.

INTER : Mme la présidente, comment réagissez-vous au décès du prisonnier Kouya Gnépa Eric ?
D.Douati : Je vous remercie.
C’est avec beaucoup de tristesse et de désolation que je vous en parle. Le frère Kouya Eric Gnepa est le quatrième parent que nous perdons depuis que les incarcérations arbitraires et les détentions abusives sévissent dans notre pays. Avec ce décès, il y a lieu de penser que le pouvoir tue à petit feu les prisonniers d’opinion. (suite…)

Guillaume Soro au coeur de plusieurs affaires : analyse

Réécouter le débat entre Maître Habiba Touré, Pierre Soumarey et Théophile Kouamouo
Sur :
– La plainte de Michel Gbagbo
– Les conversations téléphoniques entre Guillaume Soro et Djibril Bassolé

Dans l’émission « Twittafrica », d’Ovajab Radio (10/12/2015) :

https://soundcloud.com/ovajab_media_llc/ovajab-radio-sorogate-10-12-2015

Compléter avec l’interview de Maître Habiba Touré par Mathieu Bouabré
Dans l’émission : « Diaspolitik« , Washington (12/12/2015), sur Afrique2050.com :
« Me Habiba Touré – Le rebelle… Soro est si peu courageux pour affronter la justice » (mise en ligne le 13/12/2015 par Jacquesrogershow inter).

https://youtu.be/HL4y-whGs2I

 

 

En Côte d’Ivoire, 230 prisonniers sont détenus au secret

Visite à la famille de David SAMBA, Président des Indignés de Côte d’Ivoire, détenu au secret

Correspondance

Les Fédérations FPI et JFPI de Yopougon et le Secrétaire National en charge des prisonniers politiques Michel Gbagbo ont accompagné ce samedi 12 décembre 2015 dans la matinée Monsieur le Maire de Ouaragahio, le Camarade Secrétaire National Pierre Dacoury-Tabley pour une visite de haute portée symbolique. La délégation a en effet rendu visite à Yopougon à la famille de Monsieur Samba David, Président des Indignés de Côte d’Ivoire, détenu d’opinion en un endroit tenu secret par les autorités ivoiriennes.

Depuis plusieurs mois, Monsieur Samba David est venu grossir le lot des ‘’prisonniers fantômes’’ à Abidjan. Evalués à près de 230 personnes à ce jour, les prisonniers fantômes sont des personnes emprisonnées dans des centres de détention de manière anonyme et clandestine. Ils sont enregistrés par l’administration judiciaire. Ils ont été présentés à un juge qui les a inculpés. Leur statut est cependant extrajudiciaire. Ils sont dans des centres de détention clandestins ou dans des centres administratifs (tel que la DST) dont la vocation n’est pas de garder des prisonniers. Jusqu’à ce jour, nul ne sait, y compris la famille et les avocats, si Monsieur Samba David, Président des Indignés de Côte d’Ivoire est encore en vie.

Une somme de cent mille francs a été offerte par Monsieur le Maire de Ouragahio à la famille afin, a-t-il dit, d’essuyer ses larmes, en attendant le retour du prisonnier du pouvoir d’Abidjan. Depuis son accession à la magistrature suprême en Côte d’Ivoire en 2011 suite à un conflit armé, Monsieur Alassane Ouattara, le Chef de l’Etat, s’est illustré par un exercice autoritaire du pouvoir n’hésitant pas à violer toutes les lois nationales et internationales en vigueur en matière d’arrestation et de détention d’opposants. Près de 400 autres prisonniers politiques croupissent toujours depuis des années dans les geôles ivoiriennes dont quatre sont déjà morts suite à des tortures subies à la DST notamment.

(Titre et surtitre de la Rédaction)

Communiqué de Maître Habiba Touré, avocate de Michel Gbagbo

COMMUNIQUE DE PRESSE

PARIS, le 9 Décembre 2015 – Mensonge ! Mensonge ! Mensonge ! Quand le mensonge s’érige en moyen de défense, c’est que le Défendeur craint la vérité !

Dans le cadre de la plainte pour enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants, portée par Michel GBAGBO en France, Monsieur Guillaume SORO a par l’intermédiaire de ses Conseils, indiqué qu’un mandat d’amener a été délivré à son encontre. (suite…)

Guillaume Soro devra rendre compte

L’ancien chef des troupes putschistes (dites « rebelles ») devenu président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire fait aujourd’hui l’objet en France d’un mandat d’amener suite à ses refus répétés de répondre aux questions de la Juge Sabine Khéris sur son implication dans l’enlèvement et la séquestration, accompagnés de traitements inhumains et dégradants, de Michel Gbagbo.
Rappelons que, depuis la tentative de coup d’état du 19 septembre 2002, ces bandes armées et leurs « commandants de zones » se sont rendues coupables d’innombrables exactions, en particulier dans l’Ouest du pays. Au demeurant, la CPI a fait connaître son intention de faire remonter ses enquêtes sur les évènements ayant endeuillé la Côte d’Ivoire à l’année 2002.

 

Une nouvelle victime du régime de Ouattara

Eric Gnepa Kouya vient de quitter ce monde à la MACA (prison d’Abidjan) où il avait été enfermé après des tortures à l’origine d’une dégradation rapide de son état de santé.

http://afrikanews.over-blog.com/2015/12/cote-divoire-encore-un-prisonnier-politique-pro-gbagbo-meurt-a-la-maca.html

Il est urgent, très urgent, que le monde se soucie du sort des prisonniers de Ouattara !

Pour plus d’informations, on peut aussi se connecter au compte Facebook de l’Association des Femmes et Familles des Détenus d’Opinion de Côte d’Ivoire (AFFDO-CI) à qui nous faisons part de toute notre affliction : https://www.facebook.com/collectif.desfemmes

Une bonne nouvelle : la remise en liberté de Raphaël Dogo

Raphaël Dogo était, sous la présidence de Laurent Gbagbo, Secrétaire d’Etat chargé des handicapés et Président de la Fédération des associations des handicapés de Côte d’Ivoire.
Les conditions de son arrestation en novembre 2014 :
Qui s’inquiète des disparitions et détentions arbitraires auxquelles se livre la DST ivoirienne ?
Nous nous réjouissons de savoir qu’une décision de remise en liberté vient d’être prise à son sujet. Selon plusieurs sources, il aurait été condamné à une « peine » d’emprisonnement d’une durée équivalente à celle de la détention qu’il a déjà subie.