Accueil » 2016 » mai

Monthly Archives: mai 2016

Harcèlement contre la famille du Président Gbagbo

Le harcèlement continue !

Aujourd’hui Michel Gbagbo est convoqué à la Brigade de Recherches du Plateau (Abidjan).

Cet après-midi, il a été présenté devant un juge pour le motif de « Divulgation de fausses informations », à savoir pour avoir affirmé dans une interview à Koaci.com l’existence en Côte d’Ivoire de prisonniers politiques !

Le Directeur de Koaci, Laurent Despas, et son collaborateur Donatien Kautcha, ont passé toute une nuit en détention pour avoir interviewé Michel sur les prisonniers politiques.

Enfin, ce soir, Michel est libéré !

Merci à tous ceux qui se sont mobilisés pour lui, pour les deux journalistes et pour défendre la liberté d’expression en Côte d’Ivoire.

 

Mise à jour du 26/05/2016
(source : Jeune Afrique)

Remis en liberté après une journée d’interrogatoire, le fils de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Michel Gbagbo, a été inculpé pour « divulgation de fausses nouvelles » , a annoncé jeudi le procureur d’Abidjan, Richard Adou.

La justice ivoirienne lui reproche des propos tenus dans une interview accordée au site d’information en ligne Koaci.com, publiée le 2 mai. Michel Gbagbo y affirmait qu’ »à la date du 30 mars 2016, 250 personnes étaient encore détenues dans les prisons » ivoiriennes et que « 300 personnes (…) inculpées et placées sous mandat de dépôt depuis 2011 sont portées disparues ».

Selon le communiqué du procureur d’Abidjan, Richard Adou, annonçant jeudi 26 mai l’inculpation du fils de l’ancien président ivoirien pour « divulgation de fausses nouvelles », le magistrat critique les déclarations « sans fondement et mensongères » de Michel Gbagbo. « Le parquet informe qu’il n’a été saisi d’aucun cas de disparition d’inculpés de la crise postélectorale », dit le communiqué.

Le procureur ajoute que, dans le cadre de cette affaire, Laurent Despas, directeur général du site d’information Koaci.com, a lui aussi été inculpé pour « divulgation de fausses nouvelles ».

Protestations de RSF

Dans un communiqué, Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé jeudi ces poursuites contre M. Despas qui a été interpellé puis relâché avec un de ses journalistes. L’ONG condamne une « interpellation abusive ».

Les deux journalistes « ont passé la nuit du 24 au 25 mai dans la caserne de gendarmerie d’Agban à Abidjan sans accès à un avocat, avant d’être relâchés », poursuit l’ONG, demandant à « la justice ivoirienne de juger l’affaire selon la loi sur la presse et non le Code pénal ».

Les propos de Michel Gbagbo avaient été tenus en réaction à la déclaration du président ivoirien Alassane Ouattara, le 1er mai, dans laquelle il affirmait que la plupart des détenus de la crise postélectorale avaient été libérés.

Appel des religieux

Dimanche, les catholiques ivoiriens ont lancé un appel à Yamoussoukro (Centre) pour la libération des prisonniers détenus dans le cadre de la crise postélectorale de 2010-2011, en vue d’aboutir à une véritable réconciliation dans le pays après une décennie de troubles politico-militaires.

« La réconciliation naturellement exige la libération des prisonniers dans le cadre du conflit advenu dans le pays, surtout que de ce point de vue, personne ne peut se dire innocent », avait déclaré au nom des évêques ivoiriens Mgr Ignace Bessi Dogbo, l’évêque de Katiola (Nord).

 

Publicités

Procès contre le Président Gbagbo et Charles Blé Goudé 9-19 mai 2016

Vu et entendu à La Haye du 9 au 19 mai 2016

Une carte postale pour les prisonniers d’opinion

Pour la Paix, la Liberté et la Réconciliation en Côte d’Ivoire

Le 11 mai 2016, 2 place du Colonel Fabien, à l’invitation de Lydia Samarbakhsh (coordination nationale du PCF, chargée des Relations internationales), Roger Gballou (membre du Secrétariat national du Front Populaire Ivoirien) et Ephraïm Fadiga (représentant en Europe des Indignés de Côte d’Ivoire), a été lancée à Paris l’opération « Une carte postale pour les prisonniers d’opinion ».

Discours de Lydia Samarbakhsh
(Source : Facebook)
https://www.facebook.com/alexisgnagno/videos/10209122351526881/

 

 

 

Venez exprimer votre solidarité avec le peuple ivoirien !

Lors de ces deux évènements :

Mardi 10 mai, à Ronchin (près de Lille) : Conférence-débat « Goût amer du cacao, goût amer de la démocratie ? »

Mercredi 11 mai, à Paris : Opération Paix, Liberté et Réconciliation en Côte d’Ivoire, « Une carte postale pour les prisonniers d’opinion »

Programme et renseignements pratiques sur l’Agenda

 

Hommage de Michel Gbagbo aux prisonniers politiques

HOMMAGE AUX COMBATTANTS DE LA LIBERTE

Je rends hommage en ce jour anniversaire de leur incarcération injuste et injustifiée à deux grands combattants de la liberté, Hubert Oulaye et Justin Koua. A travers eux, je rends hommage à tous ces illustres inconnus qui ont combattu ou mènent le noble combat : celui de la liberté ! Et qui vivent l’exil ou la prison.

Hubert Oulaye

Hubert Oulaye

Que veut-on pour la Côte d’Ivoire ? Si le régime actuel communique avec le peuple ivoirien par des arrestations et des coups de matraques depuis 2011, c’est parce qu’il sait que les mots sont souvent les armes les plus redoutables. Les mots donnent accès à la compréhension et à l’établissement de la vérité. Et la vérité comme nous le savons n’est pas l’apanage de ceux qui actuellement portent comme manteau la cruauté, l’injustice, l’intolérance et l’oppression.

La justice et la liberté, selon moi, ne sont pas de vains mots, mais les pierres angulaires de toute société. Les idées sont à l’épreuve des balles et de la répression… Nous avons tous différentes références politiques, différents parcours, différentes religions et ethnies. Mais le pouvoir ne devrait pas servir la haine et la vengeance et masquer la corruption. A l’heure où la Côte d’Ivoire vient de passer pour plus d’un milliard et demi de dollars de commande en armement, il devrait rassembler sous le drapeau national. Car nous devrions tous avoir quelque chose en commun : la Côte d’Ivoire, sa paix durable et son développement !

Justin Koua

Justin Koua

Il faut reconnecter chacun de nous à la mère-patrie. On ne peut dire aimer notre pays et embastiller ses fils et ses filles. On ne peut dire nous aimer et appauvrir la majorité d’entre nous au profit d’une minorité. On ne peut opprimer le fruit des entrailles d’une mère et attendre de la reconnaissance. On ne peut déclarer chérir notre beau pays et le plonger dans l’injustice, l’insécurité, le désordre et la répression.

La politique – la vraie, est l’organisation de la société au profit du peuple, tout le peuple, car chacun des Ivoiriens est concerné par l’organisation de la société et le comment vivre ensemble. Et non la diffusion à longueur de journée de discours menaçants incitant à la division.

Alors oui, je rends hommage à ces deux grands hommes – Hubert Oulaye et Justin Koua – qui nous montrent le chemin de la résistance. Deux héros que, j’en suis certain, l’Histoire revêtira de la gloire dont elle auréole les grands martyrs de notre lutte émancipatrice.

Abidjan, le 05 mai 2016

Michel K. GBAGBO

Front Populaire Ivoirien, SN chargé de la Politique Pénitentiaire et des Détenus Politiques

Hommage à Victorien N’Guessan, décédé le 26 avril 2016

Par Alexis Gnagno

NGUESSAN VICTORIEN
Injustement emprisonné
Cinq années durant
Torturé
Jamais jugé
Malade
Rongé par la maladie
Hospitalisé d’urgence
Hospitalisé enchaîné
Finalement libéré
Mort cinq mois plus tard
Un mort de plus
Un mort de trop

(Source : Facebook)