Accueil » 2016 » octobre

Monthly Archives: octobre 2016

Il y a bientôt 6 ans que Ouattara s’est emparé du pouvoir et n’a cessé, depuis, de réprimer toute véritable opposition

Amnesty International

Côte d’Ivoire. Les autorités doivent mettre un terme aux arrestations arbitraires et à la «détention mobile» de membres de l’opposition.
Le 28 octobre 2016

Les autorités de Côte d’Ivoire doivent cesser de s’en prendre aux membres de l’opposition en réduisant leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, a déclaré Amnesty International à l’approche du référendum constitutionnel prévu dans le pays dimanche 30 octobre 2016.

Le 20 octobre, au moins 50 membres de l’opposition ont été arrêtés arbitrairement lors d’une manifestation pacifique et détenus pendant plusieurs heures dans des véhicules de police en circulation. Certains ont ensuite été déposés en différents lieux de la principale ville du pays, Abidjan, tandis que d’autres étaient abandonnés à une centaine de kilomètres de chez eux et contraints de rentrer à pied. Cette pratique est connue sous le nom de « détention mobile ».

« Cette forme de traitement inhumain est contraire au droit international et régional relatif aux droits humains et aux normes y afférentes. Toute personne, y compris membre de l’opposition, a le droit d’exprimer pacifiquement son opinion et de voir sa dignité respectée en toutes circonstances, qu’elle fasse campagne pour le oui ou pour le non à l’occasion du référendum. Les membres des forces de sécurité responsables de ces actes doivent être identifiés et amenés à rendre des comptes », a déclaré Gaetan Mootoo, chercheur Afrique de l’Ouest à Amnesty International.
Lire la suite

Parti Communiste Français
Communiqué de Presse sur la visite de Manuel Valls à Abidjan
Le 28 octobre 2016

Manuel Valls à Abidjan : une visite sous forme de provocation

La Côte d’Ivoire est marquée par les stigmates d’un régime autocratique à la dérive. Des centaines de prisonniers politiques croupissent dans les geôles, des chefs de guerre soupçonnés des crimes les plus graves sont promus aux plus hautes fonctions de l’État, des dizaines de milliers de refugiés ne peuvent revenir en Côte d’Ivoire par crainte de répression. Une justice des vainqueurs s’est installée dans un climat de répression tous azimut[s] contre les partis politiques d’opposition, les syndicats et des associations, avec une politique de régression sociale et une soumission totale aux intérêts des entreprises transnationales notamment françaises.
Pour tenter d’asseoir sa mainmise sur le pays, le régime d’Alassane Ouattara fait adopter dimanche 30 octobre un projet de constitution inique lors d’une parodie de référendum. Le texte prévoit la mise en place d’un vice-président que l’actuel président pourra choisir à sa guise, la création d’un Sénat dont 30 % des élus seront nommés par lui, et l’empêchement du syndicalisme dans les milieux étudiants, pour ne citer que ces éléments.
C’est précisément cette date que Manuel Valls choisit pour se déplacer à Abidjan et « afficher le soutien de la France aux processus démocratiques » en cours !
Ainsi, le pouvoir français reste non seulement sourd aux plaintes du peuple ivoirien mais adoube ceux qui l’oppriment sans vergogne ! Cette visite en Côte d’Ivoire du Premier Ministre ne peut qu’être vu[e] comme une provocation et interroge sur les contreparties qu’il en attend.
Le Parti communiste français appelle une fois de plus à la libération des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, à un retour à un état de droit et au respect des droits de l’homme. Il apporte sa solidarité au peuple ivoirien et aux forces démocratiques et progressistes qui veulent contrecarrer les ambitions dictatoriales d’Alassane Ouattara et des cliques affairistes qui se partagent autour de lui les miettes que veulent bien leur laisser les multinationales.
La France au lieu de perpétuer une politique de faux-semblants des plus rétrogrades devrait au contraire favoriser les conditions permettant d’assurer à la Côte d’Ivoire un avenir de Paix, de droit et de progrès social, démocratique et économique. C’est la condition sine qua none pour que des milliers d’ivoiriens, réfugiés politiques ou économiques ne prennent plus la route de l’exil.

France 24
Reportage montrant comment fut empêchée la marche du Front du Refus le 20 octobre 2016.
(Source : Facebook)

Images de l’arrestation de Mamadou Koulibaly, ancien Président de l’Assemblée nationale et actuellement Président du LIDER (Parti de la Liberté et la Démocratie pour la République) le 20 octobre 2016. Il fut relâché quelques heures après, ainsi que d’autres leaders politiques de premier plan.

Publicités

Malgré les tentatives des autorités pour empêcher toute action contre leur volonté d’imposer une nouvelle constitution, la mobilisation s’amplifie en Côte d’Ivoire

Le vendredi 28 octobre 2016, plusieurs manifestations se déroulent à Abidjan et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Dans l’agglomération d’Abidjan où les participants sont très nombreux, la police a utilisé des grenades lacrymogènes, des grenades assourdissantes, des jets de pierre pour empêcher la jonction des différents cortèges. Plusieurs personnes ont été frappées à coup de bâton avec une incroyable violence, ainsi que le montrent des vidéos accessibles sur les réseaux sociaux. Il y a plusieurs blessés, dont un très gravement.

Selon l’Affdo-Ci (Association des femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire), 20 personnes ont été arrêtées : 13 détenues à la préfecture de police du quartier du Plateau, 7 autres emmenées dans un endroit inconnu.

marche-du-front-du-refus-20161028

La marche du Front du Refus
Abidjan, le 28 octobre 2016

La mobilisation contre les arrestations a porté ses fruits

Nous apprenons avec soulagement la remise en liberté des responsables du Front du Refus arrêtés ce matin.

Les alertes largement relayées ont encore une fois montré leur utilité, mais la bataille est loin d’être terminée…

Alerte répression !

Abidjan, 20 octobre 2016 : la marche contre le projet de modification de la Constitution, à l’appel du Front du Refus, est violemment réprimée.

Nombreuses arrestations de leaders politiques et de membres de la société civile.
Aboudramane Sangaré (FPI) et Mamadou Koulibaly (Lider) ont été arrêtés et emmenés vers une destination inconnue.

Désireux de ne pas renoncer à faire entendre leur voix, les manifestants se regroupent en différents points de la ville.

David Samba reçoit en prison la visite du responsable Afrique de la CGT

Jean Jacques Guigon,  Conseiller Confédéral CGT Afrique sub-saharienne, Maghreb, Liban, a rendu visite à David Samba.

Rapport de visite (source Facebook) :

14 octobre 2016 : fin de mission en Côte d’Ivoire.
Malgré une ONUCI rétive et sur le départ, malgré…, j’ai pu, j’ai réussi à me rendre à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, la sinistre MACA, pour aller rendre une visite brève mais solidaire à notre camarade et ami David SAMBA, Président du Collectif « Les Indignés de Côte d’Ivoire ».
David a été scandaleusement, ignominieusement emprisonné pour « Trouble à l’Ordre Public » (…)  à 6 mois d’emprisonnement.
Après avoir été enfermé de longues semaines et dans les pires conditions au secret dans des locaux de la DST, il fut jugé, condamné à 6 mois de prison et transféré à la MACA. Cela fait aujourd’hui plus d’un an!
Ainsi va l’implacable et inique (in)justice en Côte d’Ivoire…
David était le porte parole des sans voix, des petites gens. Il parlait haut, il parlait fort, il parlait simplement au coeur des gens, au coeur de ceux très nombreux qui souffrent au quotidien. Il dérangeait donc forcément les dirigeants du pays.
Les 75′ que j’ai passées avec David à la MACA ont été extrêmement fortes.
– Je lui parlai de lui, il me parlait de la Loi « Travail » de France
– Je lui parlai de lui, il me parlait des autres, de tous ces ivoiriens en souffrance
– Je lui parlai de lui, de ce qu’il subissait injustement, de sa vie grillagée et amputée des siens, de sa vie emmurée parmi les 5000 détenus politiques ou de droits communs, lui il avait l’esprit résolument tourné vers l’idéal de son combat.
David doit être libéré et vite!
Condamné pour 6 mois de prison il y est toujours plus d’un an après sans avocat et sans jugement.
Oui David doit être libéré et vite, très vite!
Jean Jacques Guigon
PARTAGEONS !

David Samba et Jean Jacques Guigon

Voir aussi :
Libérez David Samba !

Les révélations graves et touchantes de l’épouse d’un prisonnier politique franco-congolais, Modeste Boukadia

Nadine Boukadia est l’épouse de Modeste Boukadia, dont voici un résumé du parcours par
Le Gri-Gri international (6 octobre 2016) :

Modeste Boukadia est Président du Cercle Des Démocrates et Républicains du Congo (CDRC).
En 1997, il se présente à l’élection présidentielle, mais le putsch de Denis Sassou met fin au processus démocratique.
En 2009, il se présente à l’élection présidentielle. Il milite depuis 2002 pour un gouvernement d’union nationale. et s’oppose dès 2013, lors d’une conférence de presse, au projet de modification constitutionnelle.

– 11 Mai et 29 juin 2013, Modeste Boukadia anime 2 meetings (Brazzaville et Pointe Noire) avec les autorisations dûment remplies (demandes, accords et justificatifs de paiement). A Pointe Noire, la population présente au meeting porte des pancartes « carton rouge » et « gouvernement d’union nationale ». Modeste Boukadia réside à Pointe Noire chez le vice-Président du parti (CDRC), dans le quartier Mpaka.

– 21 Août 2013, 28 membres et cadres du CDRC sont arrêtés très tôt le matin chez eux, y compris un bébé de huit mois et sa maman. Les policiers et gendarmes n’avaient aucun mandat.
Un deuxième bataillon de gendarmes et de militaires est venu pour arrêter le Président du CDRC. Un mandat d’arrêt le visant pour rébellion et atteinte à la sûreté de l’Etat, insurrection et incitation de la population à la révolte, suite au meeting de Pointe Noire, deux mois auparavant. Les gendarmes ne trouvent pas le président Boukadia.

– 6 Septembre 2013, Modeste Boukadia arrive à Roissy. Le procureur de la République a déclaré que le dossier est vide et que seule une décision politique pourrait autoriser la mise en liberté des personnes, la justice n’ayant aucun élément pour justifier leur inculpation.
Modeste Boukadia entame une série de démarches et courriers auprès de l’Etat congolais.
Sans réponse.

– 23 octobre 2013 : le Tribunal de Grandes Instances de Pointe Noire rend une ordonnance inculpant 28 personnes, dont 14 membres du parti du CDRC, de rébellion. Le dossier est transmis au procureur général de la Cour d’appel de Pointe Noire. Le nom de Modeste Boukadia est sur la liste, mais il l’ignore.

– Un procès a lieu le 7 avril 2014 devant la Cour Criminelle de Pointe Noire. Jugement rendu le 9 avril 2014 : 14 personnes sont condamnées à des peines de 7 ans, de 5 ans et de 2 ans (toujours pas libéré[e]s au bout 3 ans).

Le 8 janvier 2015, Modeste Boukadia reçoit par courrier, la réponse de l’ONU qui conclut à des arrestations abusives et arbitraires. Rien n’est fait. Le Président Sassou attend la venue de Modeste Boukadia pour libérer ses hommes.

– 15 janvier 2016, Modeste Boukadia est arrêté à l’aéroport de Brazzaville. On lui signifie son arrestation en relation avec le jugement par contumace à 30 ans de travaux forcés.