Accueil » 2017 » février

Monthly Archives: février 2017

Prisonniers politiques et Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire : le rapport d’Amnesty International

Par CI-RDV

L’association “Côte d’Ivoire, Rechercher et Dire la Vérité” souligne l’intérêt du Rapport annuel 2016/17 d’Amnesty International, notamment les pages 162 à 165.

Toutefois, CI-RDV note qu’il n’a pas été fait mention des milliers d’Ivoiriens toujours en exil depuis 2011, et que le rapport reste silencieux sur le procès à l’encontre du Président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.
En effet, avec des témoins à charge peu crédibles, le procureur n’apporte aucune preuve sur les faits allégués et moins encore sur l’intention des accusés de commettre les crimes reprochés.
Alors que l’acquittement apparaît comme une évidence, une sentence politique discréditerait à jamais la CPI.

Télécharger le rapport d’Amnesty International (PDF)

Dans son rapport 2016/2017, Amnesty International consacre un chapitre à David Samba.

david-samba

Publicités

Le point sur les dernières arrestations de journalistes en Côte d’Ivoire

72 Heures de détention abusive de six journalistes ivoiriens

Déclaration du COJEP (Congrès Panafricain pour la Justice et l’Egalité des Peuples)

Le Cojep s’indigne et condamne

Convoqués à la brigade de recherche de la gendarmerie, pour être entendus suite à des articles de presse relatifs à la mutinerie des forces spéciales, six journalistes ivoiriens, Vamara Coulibaly, Amadou Ziao, Jean Bedel, Gbané Yacouba, Fabrice Tété et Bamba Franck Mamadou, avaient été mis aux arrêts le samedi 11 février 2017 à 10 heures et incarcérés au camp de gendarmerie d’Agban.

Le vaste mouvement de désapprobation et la mobilisation exceptionnelle que cette énième violation de la liberté de la presse par le régime Ouattara a suscités, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à travers le monde, ont contraint le pouvoir à les libérer le mardi 14 Février 2017.

Le Cojep se satisfait de cette issue heureuse et salue l’attitude de Dignité et le courage exemplaire des journalistes qui viennent de recouvrer leur liberté dont ils ont injustement été privés.

Le Cojep tient à rappeler à toute fin utile au Gouvernement ivoirien que la liberté de la presse et la dépénalisation des délits de presse sont des acquis de la lutte démocratique en Côte d’Ivoire. Rien, pas même le prétexte de sûreté de l’Etat, ne saurait en conséquence justifier l’arrestation de journalistes ivoirien[s], dans le cadre de l’exercice de leur métier.

Le Cojep félicite tous les démocrates, les organisations de journalistes, toutes les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’Homme et de défense de la liberté de presse, dont la mobilisation a permis de venir à bout de cette autre violation flagrante et abusive de la liberté d’expression.

Le Cojep assure la grande famille de la presse ivoirienne de son constant soutien et la rassure qu’il se tiendra toujours à ses côtés en de pareilles circonstances, peu importera le régime en place.

Le Cojep invite enfin le pouvoir Ouattara à éviter de dégrader davantage l’image déjà trop ternie de notre pays désormais gouverné au rythme des bruits de bottes tolérés et primés, au lieu de sortir ses puissants muscles devant des bruits de plumes de journalistes qui ne font qu’informer et dénoncer la gouvernance calamiteuse et improvisée qu’il continue de servir aux ivoiriens.

Fait à Abidjan, le 15 Février 2017.

POUR LE COJEP
Sita COULIBALY
Porte-parole

(Source : Patrice Saraka sur Facebook, 15 fév. 2017)

Lire sur le même thème : « Sur le rôle irremplaçable des journaux d’opposition »

Rapport du 20 janvier 2017 sur les prisonniers politiques en Côte d’Ivoire

Le dernier rapport du Secrétariat National chargé de l’Administration pénitentiaire et des prisonniers politiques (FPI), daté du 20 janvier 2017, est en ligne.

Son fil conducteur : Interrogations sur la cohésion nationale.

Lire ou télécharger le Rapport (PDF)