Accueil » Droits de l'homme » Alerte, prisonniers en danger à Dimbokro

Alerte, prisonniers en danger à Dimbokro

Mise à jour du 1er juin 2017 :
L’un des 4 prisonniers politiques de Dimbokro, M. Félicien BAWA, a été transféré mercredi 31 mai à la MACA (Abidjan).
(Source : le COFED)


Nos parents de la prison de Dimbokro sont en danger !

Par Le COFED (Collectif des Femmes et des Enfants des Détenus de la crise postélectorale)

« … En effet, depuis hier [le 28 mai 2017] il y a des tirs entre les prisonniers de droit commun c’est à dire les bandits de grands chemins et les gardes pénitenciers.
Et nos parents sont enfermés depuis hier sans nourriture et dans une chaleur atroce.
En plus les gardes pénitenciers veulent procéder a une fouille et tout leur arracher.

Nous sommes inquiets pour le sécurité de nos parents et nous interpellons une fois de plus les organismes de droits des hommes pour gérer cette situation car nos parents aussi ont des droits.
Il faut rappeler qu’ils sont encore 4 prisonniers politiques dans la prison de Dimbokro, il s’agit de :

ADOGONY FRANÇAIS
DAZIRIGNON ANGE ARISTIDE
BAWA FELICIEN
KOUDOU GNANGO JEAN DIDIER »

(Source : COFED, sur Facebook)

Lire aussi :

Par Christine Tibala :

« ALERTE ALERTE A DIMBROKO : PRISONNIERS POLITIQUES EN DANGER DE MORT !
Le Collectif Des Femmes Cofed (Collectif des Femmes et des Enfants de Détenus) lance une alerte sur la situation des 4 prisonniers politiques de DIMBROKO. Dimanche dernier, une mutinerie a éclatée à l’initiative des prisonniers de droit commun. Fortement réprimée, elle a fait 3 morts parmi eux. C’est là que la Direction de l’établissement a décidé de sanctions collectives y compris contre les 4 prisonniers politiques de DIMBROKO. Il s’agit de François ADOGONI (mandat de dépôt 27/07/2012) ; Koudou GNANGO Jean Didier (MD 21/08/2012) ; Serge DAZIRIGNON (MD : 21/09/2012) et Félicien BAWA (MD : 31/12/2013). Depuis dimanche donc, ils ne reçoivent plus ni nourriture, ni électricité, ni même eau et les visites sont suspendues. La responsable du collectif des femmes Cofed, Simone Datte Bennie, a bien essayé de discuter avec la régisseuse de la prison Akissi N’DRI, mais elle refuse de prendre l’appel. Ce mardi 30 mai 2017, elle est partie voir le Directeur de l’Administration Pénitentiaire (Koffi COMOE) mais en vain également.
Leurs familles sont très inquiètes et nous invitent à nous mobiliser de toutes les façons possibles afin de contribuer à leur libération et en attendant à l’amélioration de leurs conditions de détention. »

(Source : Facebook)

 

Publicités
mai 2017
L M M J V S D
« Avr   Juin »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031