Accueil » 2017 » septembre

Monthly Archives: septembre 2017

Le mouvement des étudiants ivoiriens en butte à une violente répression

Mise à jour du 17/10/2017 :

Libérés après un mois d’emprisonnement à la MACA,  les étudiants ont décrit ce qu’ils ont subi à l’occasion d’une conférence de presse organisée le 13 octobre 2017 : « Nous étions tous les 37 étudiants dans une même cellule. Nous dormions à même le sol et nous nous rincions une fois par jour. On ne nous donnait pas à manger. C’est Dieu qui a préservé nos vies. Nous souffrons aujourd’hui de plusieurs maladies. Certains ont de problèmes respiratoires, d’autres des problèmes de vue, d’autres encore souffrent de démangeaison. Certains ont des côtes brisées à cause de la bastonnade subie avant leur arrestation ». (…)
Lire le compte rendu détaillé sur Linfodrome

 

Les revendications des étudiants

  • La suppression des frais annexes du COGES [Comité de gestion des établissement scolaires] ;
  • L’égalité et l’équité dans le traitement des élèves affectés de l’État dans le privé et le public ;
  • L’instauration des sessions de remplacement aux Examens à Grand Tirage (BEPC, BAC) ;
  • L’instauration de la Bourse dans le secondaire.

Déclaration du COllectif des Parents d’Elèves et d’Etudiants de Côte d’Ivoire (COPEECI)

Le Collectif des Parents d’Elèves et d’Etudiants de Cote d’Ivoire (COPEECI) suit, à l’instar de la nation entière, avec beaucoup d’attention, la grève générale lancée par la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) qui paralyse l’ensemble des établissements (primaires, secondaires et universitaires).

Les points culminants des revendications sont les suivants :
– La restauration de la session de remplacement pour les examens à Grand Tirage ;
– La suppression des frais annexes exorbitants dans les lycées et collèges et même dans nos établissements primaires.

Face à cette situation, le Gouvernement Ivoirien, en dépit de la justesse des revendications légitimes des Etudiants, refuse de les réunir autour d’une table afin de trouver des solutions adéquates par voie de dialogue.
Pire, nous notons des cas de répressions drastiques et d’arrestations injustes des étudiants qui manifestaient les mains nues.

Au vu de cela, nous parents d’élèves de toutes les couches sociales ivoiriennes réunis au sein du COPEECI,

– Condamnons les inscriptions anarchiques instaurées par les Coges en violation flagrante de la constitution ivoirienne,

– Dénonçons cette forme de parafiscalité dont les victimes sont les parents d’élèves déjà essoufflés par la crise financière qui frappe tous les ménages ivoiriens,

– Invitons la ministre de l’Education nationale à s’expliquer devant la nation sur l’inscription en ligne et la finalité des moyens qu’elle nous impose. A quoi sert cet argent ? Où va-t-il ?

– Invitons la ministre à fixer un montant unique sur toute l’étendue du territoire national pour les inscriptions dites physiques avec obligation des Coges de rendre public un bilan en fin d’année,

– Condamnons, avec la dernière énergie, ces actes d’extrême barbarie sur nos enfants et assurons qu’ils ne resteront point impunis,

– Nous leur apportons notre soutien pour leur patience et surtout la noblesse de leurs revendications car soucieux du poids financier que ces coûts des frais annexes constituent pour nous.

– Nous demandons au gouvernement de libérer tous nos enfants arrêtés et de soigner le plus rapidement les blessés et ceux qui ont inhalé le gaz lacrymogène périmé.

– Nous invitons Mme la ministre à ne pas oublier qu’elle est aussi une mère de famille et qu’elle devrait se soucier de l’avenir de nos enfants et de la nation entière.

Par ailleurs, nous avons constaté qu’aux fins de dissuasion et de manipulation, certains parents d’élèves et d’étudiants, en complicité avec le gouvernement, ont fait une déclaration le lundi 18 Septembre 2017 sur les antennes de la RTI (Radiotélévision Ivoirienne) pour décrier les points de revendications et les manifestations organisées par nos enfants.

Nous, COPEECI, déclinons toute responsabilité vis à vis de cette déclaration et mentionnons que nous ne nous reconnaissons point en ces personnes.

C’est pourquoi, nous dénonçons la RTI qui a refusé de diffuser notre déclaration parce qu’elle n’allait pas dans le sens de la vision de Madame la ministre de l’éducation nationale.

Pour finir, nous restons à l‘écoute des autorités pour toutes discussions pouvant contribuer à garantir la tranquillité et la paix dans nos établissements.

Fait à Abidjan le 19 Septembre 2017
Pour le COPEECI, le Président
M. Martial ADJOLAIN
edu.copeeci [at] gmail.com

(Source : Facebook)

 

Côte d’Ivoire : la violence de Ouattara à l’égard des étudiants ne doit pas rester impunie
Par Claude Koudou

Depuis plusieurs jours, les étudiants et élèves ivoiriens manifestent contre les augmentations abusives des inscriptions et autres conditions d’études. Parce qu’ils expriment ainsi et à juste titre leur colère, leurs souffrances et leurs difficultés, le pouvoir de Ouattara donne comme réponse la violence, la brutalité et la barbarie. Cette situation est inacceptable.

Nous condamnons fermement cette attitude arrogante du pouvoir avant d’exprimer le plus grand dégoût et notre vive indignation, face à cette inhumanité que montrent les images qui font le tour des réseaux sociaux.

Dans tout pays, il est normal que des jeunes qui entendent exprimer leur détresse, manifestent. Il faut donc soutenir ces jeunes pour la justesse des revendications qu’ils portent. Mais également, il faut dire qu’au regard de la bêtise du pouvoir, il est incompréhensible que l’opposition avec tous les progressistes se terre dans un mutisme assourdissant.

Depuis plus de six ans, nous constatons que ce pouvoir n’a que la violence comme moyen de gouvernance. Il faudra trouver les moyens d’arrêter cette barbarie qui ne peut plus durer. Mais devant la cruauté des actes posés par ce pouvoir, Ouattara devra aussi payer un jour ou l’autre.

En tout état de cause, nous en appelons aux organisations des droits de l’homme qui ne doivent pas avoir une observation sélective sur ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Aux pays démocratiques, nous affirmons que la puissance des lobbies financiers ne doit pas l’emporter sur la considération que le sang humain est sacré. Pour cela, nous demandons une commission d’enquête internationale sur les exactions faites sur les étudiants et élèves.

Nous invitons donc la Communauté internationale à ouvrir les yeux sur ce qui se passe en Côte d’Ivoire parce que cela relève de faits vécus au contraire des campagnes de communication du chef de l’Etat ivoirien qui ne fait depuis des années que dans du cosmétique, sur la réalité de la situation.

Enfin, il faut dire que lorsque le peuple est ainsi poussé à bout, il ne faudra pas s’étonner, que devant les graves dérives du pouvoir d’Abidjan, une riposte appropriée vienne arrêter ces souffrances.

Fait à Paris, le 20 septembre 2017

Claude Koudou
Président de l’ONG « Convergences pour la Paix et le Développement de l’Afrique » ; Journal Officiel 2010.

Ampliations :
Ambassade de Côte d’Ivoire en France ;
Amnesty International ;
Human Rigts whatch ;
FIDH ;
Union Africaine ;
Assemblée Nationale française ;
Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire ;
Elysée ;
Maison Blanche ;
Kremlin.

(Source : Fraternafrique, 20 sept. 2017)

 

Publicités

Côte d’Ivoire : le pouvoir lance des accusations graves et fallacieuses contre deux responsables politiques en exil

Alassane Ouattara et son Conseil National de Sécurité ont trouvé de nouveaux boucs émissaires en la personne de Stéphane Kipré, Président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG) et en celle de Damana Pickas, Vice-Président du Front Populaire Ivoirien (FPI), tous deux en exil, accusés d’implications dans les récentes manoeuvres de déstabilisation du pays dont tout le monde a pourtant vu qu’elles étaient provoquées par les propres forces qui ont aidé Alassane Ouattara à prendre le pouvoir en 2011.
(…)
Lire la suite de l’article sur le site des Amis de Laurent Gbagbo, 12 sept. 2017 :
Les faux complots sont de retour en Côte d’Ivoire

 

Que deviennent les Ivoiriens exilés suite au conflit postélectoral ?

Les damnés de leur terre

Par Leslie Varenne
31 août 2017
Note de voyage

Extrait

La guerre de 2011 en Côte d’Ivoire n’est toujours pas soldée. Outre les problèmes politiques et sécuritaires auxquels ce pays est confronté, de nombreux Ivoiriens sont encore exilés aux quatre coins du monde ; des milliers se trouvent toujours dans des camps de réfugiés au Ghana, au Togo et au Libéria. Ces enfants, ces femmes, ces hommes, oubliés de tous, tentent de survivre en attendant un éventuel retour… Après six longues années, certains ont fini par perdre l’espoir de pouvoir, un jour, rentrer chez eux et ont pris les routes dangereuses des migrants – désert nigérien, prisons libyennes et pour certains, la traversée de la Méditerranée, les plus chanceux sont arrivés en Italie. D’autres, les plus nombreux ont trouvé refuge au Maroc, en Algérie ou encore en Mauritanie. Ceux qui restent dans les camps essayent de s’organiser pour résister, améliorer, autant que faire se peut, leur condition de survie et se prémunir des vautours pour qui « réfugié » signifie aussi : « business ». Au mois d’août 2017, l’IVERIS a été à la rencontre des réfugiés ivoiriens au Ghana dans le camp d’Egyeikrom.

« Ils auront honte »
Cette petite phrase inscrite sur une des tentes du camp d’Egyeikrom dans lesquelles certaines familles dorment encore, depuis plus de six ans, s’adresse à beaucoup de monde ; « ILS » sont nombreux.

Le gouvernement ivoirien
En premier lieu, cette formule concerne l’Etat ivoirien qui n’a rien mis en place pour permettre aux réfugiés de rentrer chez eux. Environ 70% des 1800 personnes vivant dans ce camp sont originaires de l’Ouest ivoirien, une région de planteurs où des ressortissants des Etats voisins ont profité de la guerre pour accaparer les terres des autochtones. Le gouvernement n’a montré aucune volonté politique pour résoudre ce problème afin de permettre aux expulsés de retrouver enfin leur maison et leur travail. Mieux, depuis quelques mois, le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) enregistre de nouvelles demandes, quarante-cinq familles de l’Ouest sont arrivées à Egyeikrom, inquiètes de la situation sécuritaire et des soubresauts violents que pourrait connaître à nouveau la Côte d’Ivoire. Ces populations ont payé le plus lourd tribut de la guerre de 2011. Mais quelle que soit l’origine des réfugiés ou les raisons de leur présence ici, tous sont empêchés de rentrer en raison de l’insécurité qui perdure. Mamadou Bamba, un des porte-parole de l’association du camp, expose la situation : « Les réfugiés urbains qui sont connus peuvent négocier leur retour en toute sécurité avec le pouvoir d’Abidjan, certains ont été emprisonnés à leur retour mais les journaux s’inquiètent de leur sort (1). Ceux appartenant à une autre couche sociale, les anonymes, ne sont pas protégés du tout, s’ils sont tués, personne n’en fait état. Vous retournez dans votre quartier où vous êtes connu comme un supporter de Laurent Gbagbo et on vous envoie les microbes, les dozos ou les FACI (2). Un gars rentré au pays s’est fait découpe[r] le bras à la machette par les microbes. C’est la raison pour laquelle, ici, il n’y a pas eu plus de 50 retours volontaires au pays en six ans (3). »

Tous les partis politiques ivoiriens confondus…
Si le sort des prisonniers politiques est une revendication à l’agenda de plusieurs partis, celui des réfugiés est totalement absent des débats, y compris pendant la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2015. Ces compatriotes exilés dans les camps sont les grands oubliés de la société ivoirienne.

Depuis deux ans, un programme de construction de maisons en dur a commencé, les matériaux sont fournis par le HCR, mais ce sont les habitants qui bâtissent.

Les ONG
Le fonctionnement d’un camp de réfugiés, géré par le HCR en collaboration avec le Ghana Refugee  Board, est assez surréaliste, toutes les activités sont sous-traitées à des ONG. Le HCR reçoit l’argent des pays donateurs et reverse les fonds à des associations afin qu’elles s’acquittent de certaines missions.

Caritas Ghana
Le marché de l’aide alimentaire a été attribué à Caritas Ghana. De 2011 jusqu’en septembre 2015, cette association caritative fournissait 12 kilos de riz par mois et par réfugié ainsi que de l’huile, un kilo de haricot et un morceau de savon. Mais le riz distribué par Caritas était de très mauvaise qualité et l’huile était carrément impropre à la consommation. L’ONG refourguait aux réfugiés de vieux stocks de riz invendables sur le marché et empochait la différence de prix au passage. Le camp d’Egyeikrom est réputé pour la capacité de ses résidents à dénoncer toutes les bassesses et à résister à toutes formes de pression d’où qu’elles viennent. En septembre 2011, ils ont profité d’une visite des ambassadeurs d’Australie, du Canada et de la Grande Bretagne venus s’enquérir de ce que devenaient les fonds des donateurs, pour s’insurger et montrer ce qu’ils recevaient comme nourriture. Après le passage des diplomates, les réfugiés ont pu manger le riz du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Depuis septembre 2015, le problème ne se pose plus puisque le HCR ne fournit plus d’aide alimentaire aux réfugiés ivoiriens. Les donateurs ne contribuent plus au prétexte que la Côte d’Ivoire est désormais un pays en paix.

De l’Assemblée de dieu aux adventistes du 7ème jour…
En prévision de cet arrêt de l’aide alimentaire, dès 2012, le HCR a initié des programmes de formations pour que les réfugiés se prennent en charge et s’insèrent dans la société ghanéenne. Le Haut-Commissariat a sous-traité le programme à une association religieuse, Assemblies of God Relief and Development Services (AGREDS). Ces formations en pâtisserie et informatique étaient fantomatiques et inefficaces, le programme a littéralement échoué. Le HCR a donc attribué le marché à un autre groupe : les Adventist Development and Relief Agency (ADRA). Cette nouvelle ONG s’est orientée vers l’agriculture et l’élevage. 4000 poulets ont fait leur apparition dans le camp, deux semaines plus tard, toute la volaille était morte. Pour faire des bénéfices sur les prestations, les Adventistes du 7ème jour leur avaient donné de la nourriture destinée aux cochons. Cette fois, le HCR a décidé de ne plus sous-traiter le marché, une responsable de projet est arrivée, les résidents espèrent… Certains hommes, les plus jeunes dont des étudiants qui ont été obligés d’arrêter leurs études, ont trouvé du travail sur un chantier de BTP chinois dans la ville voisine de Cape Coast…
(…)

Ecole primaire en reconstruction
(source : IVERIS)

Le Christian Council of Ghana
L’école primaire est administrée, elle, par le Christian Concil of Ghana (CCG). De nombreux enfants vivent ici, depuis 2011 il y a eu entre 300 et 400 naissances. Lors de la construction de l’édifice, le CCG a oublié d’y intégrer des toilettes, les petits doivent donc se soulager en brousse, ce qui n’est pas sans danger.

En 2011, au vu de l’afflux de réfugiés ivoiriens – plus de 80 000 urbains et 20 000 dans les camps – le gouvernement ghanéen s’est vu dans l’obligation d’ouvrir de nouvelles structures pour les accueillir. Ils ont alors défriché la forêt pour ériger Egyeikrom avec pour conséquence une cohabitation délicate avec des serpents, des scorpions et autres bestioles. Le CCG a reçu des fonds de l’ambassade du Danemark pour prendre en charge la cantine scolaire qui devrait ouvrir à la rentrée car depuis l’arrêt de l’aide alimentaire, de nombreux enfants ne mangent plus à leur faim. Les résidents espèrent…
(…)

[1] Les réfugiés urbains sont ceux qui ont les moyens financiers de vivre dans des maisons particulières dans les villes.
[2] Les Dozos sont des chasseurs traditionnels utilisés parfois par le pouvoir comme milice. FACI est la nouvelle appelation de l’armée ivoirienne. Microbe est le nom donné à des enfants délinquants et  qui sontutilisés parfois par leurs chefs plus agés à des fins politiques.
[3] En 2011, 2500 réfugiés vivaient dans ce camp, ils sont encore 1800 aujourd’hui.
(…)

Lire le texte complet :
https://www.iveris.eu/list/notes_de_voyage/274-les_damnes_de_leur_terre