Accueil » 2017 » octobre

Monthly Archives: octobre 2017

Report de l’audience de Michel Gbagbo et Laurent Despas

Le 20 octobre 2017, la défense de Michel Gbagbo communique l’information suivante :

« La procédure correctionnelle de Michel Gbagbo de ce jour est renvoyée à une date ultérieure en raison de l’absence de l’ordonnance de vacation.
Nous serons informés de la prochaine date d’audience. »

D’autre part, ce même jour, l’association Reporters sans frontières (RSF) a demandé l’arrêt des poursuites contre Laurent Despas :

« Réaliser et publier une interview n’est pas un acte criminel, rappelle RSF. Nous demandons l’arrêt des poursuites contre Laurent Despas qui n’a fait que rapporter les propos d’un homme politique. Plus généralement, nous rappelons à la justice ivoirienne qu’il existe une loi sur la presse qui doit s’appliquer en cas de délits commis par voie de presse et déplorons qu’elle soit régulièrement ignorée au profit du Code pénal. 

Six autres journalistes et directeurs de publications sont également toujours inculpés pour “incitation des militaires à l’insoumission et à la rébellion, atteintes à l’autorité de l’État et publication d’information fausses se rapportant au secret de la défense et de la sûreté de l’État”. Tous avaient été interpellés en février dernier suite à la publication d’articles sur les paiements de primes aux forces spéciales de l’armée ivoirienne basées dans la ville d’Adiaké (Sud-Est) après une mutinerie les 7 et 8 février 2017. »

 

Publicités

Michel Gbagbo convoqué au tribunal le vendredi 20 octobre 2017

Après deux reports, la date du 20 octobre a été annoncée pour l’audience devant le Tribunal correctionnel d’Abidjan Plateau de Michel Gbagbo et Laurent Despas (propriétaire du journal en ligne « Koaci »), pour « divulgation de fausses nouvelles », à savoir l’existence en Côte d’Ivoire de prisonniers politiques et de personnes disparues.

Voici le communiqué de Maître Rodrigue Dadjé, défenseur de Michel :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Abidjan, le 19 octobre 2017 – Le vendredi 20 octobre 2017, Michel GBAGBO comparaîtra devant le Tribunal Correctionnel d’Abidjan Plateau où il est poursuivi pour s’être rendu complice aux côtés de Laurent DESPAS, propriétaire de KOACI (poursuivi comme auteur de l’infraction), de divulgation de fausses nouvelles relativement à l’existence en Côte d’Ivoire de prisonniers politiques.

Pour l’équipe de défense de Michel GBAGBO, Maître Ange Rodrigue DADJE

 

Maître Habiba Touré rétablit la vérité sur les conditions d’incarcération de Laurent Gbagbo

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris – Le 12 Octobre 2017A l’occasion d’une émission « Afrique Presse » diffusée le 7 octobre 2017 sur la chaîne TV5 Monde, la journaliste Stéphanie HARTMANN de la station de radio Africa n°1 a tenu les propos suivants :
« (…) Quels sont les arguments qui justifieraient qu’on libère GBAGBO ? Je ne vois pas lesquels. Si c’est les raisons de santé, je pense qu’il a une meilleure, un plus grand accès aux soins à la CPI, là où il est, que n’importe quel contribuable ivoirien (…). A quoi ça servirait la libération de Laurent GBAGBO ? (…) Je pense que ses conditions de détention sont plutôt agréables. Il a un studio. Il a des gens qui s’occupent de lui (…). Et la détention préventive est quelque chose qui est la norme par exemple en France (…) ».
Tout d’abord, nous tenons à nous scandaliser face à des propos à la limite du racisme qui consistent à sous-entendre qu’il n’y aurait pas de soins en Côte d’Ivoire.
En ce qui concerne les arguments de la défense justifiant la libération du Président Laurent GBAGBO, il suffisait à Madame HARTMANN de faire un minimum de travail journalistique, ne serait-ce qu’en allant sur le site de la CPI pour savoir que la défense a fondé sa demande de mise en liberté sur le fait notamment que :
§ Aucun élément objectif ne permet de soutenir que le Président Laurent GBAGBO chercherait à se soustraire à la justice s’il était mis en liberté ;
§ L’Accusation a toujours échoué à apporter la moindre preuve, le moindre élément objectif, sur l’existence d’un prétendu réseau qui serait prêt à le soustraire à la justice ;
§ La durée de la détention porte nécessairement atteinte à la liberté de chacun, et ce alors même que le Président Laurent GBAGBO demeure présumé innocent ;
§ L’état de santé du Président GBAGBO, au regard notamment de son âge, et des évènements traumatisants subis, puisqu’il a tout de même été détenu à Korhogo, 7 mois en dehors de tout cadre légal, plaide encore pour sa mise en liberté ;
§ Le Président Laurent GBAGBO demeure présumé innocent, et qu’à ce titre, et dès lors qu’il peut fournir des garanties de représentation, rien ne justifie son maintien en détention.
Au vu de ce qui précède, il apparaît clairement que non seulement Madame HARTMANN ignore totalement le sujet, mais en plus elle ne s’est même pas donnée la peine de l’étudier, au lieu de se lancer dans des élucubrations hasardeuses et malheureuses.
Au surplus, qualifier la prison du président GBAGBO de « studio » avec tout le confort et les soins, c’est faire preuve d’un cynisme qui frise le ridicule, car il ne manquerait plus qu’à demander à tout ancien président, malade, d’aller se faire incarcérer à la prison de la Haye pour leur bien et l’économie de leur pays.
Ces propos sont odieux et scandaleux, car jamais ne devrait être banalisée la privation de liberté d’un homme présumé innocent !
Non ! Le Président Laurent GBAGBO n’est pas dans un Hôtel cinq étoiles !
Il convient de rappeler à Madame HARTMANN que le président GBAGBO est actuellement incarcéré à La Haye, à la suite d’un simple contentieux électoral, et on apprend aujourd’hui avec consternation, que les dés étaient pipés dès le début ; et que le but recherché était de l’éloigner durablement de son pays pour permettre à celui qui allait être installé de gouverner au gré de ses soutiens extérieurs.
De tels propos sont au mieux de la mauvaise foi partisane, au pire une parfaite méconnaissance du dossier du Président Laurent GBAGBO.
Dans ce cas, la sagesse ou le professionnalisme recommande de se taire ou de choisir un sujet plus accessible.
Maître Habiba TOURE
Avocat du Président Laurent GBAGBO