Accueil » Droits de l'homme » Turquie : des milliers de prisonniers d’opinion croupissent en prison

Turquie : des milliers de prisonniers d’opinion croupissent en prison

Publicités

Par Amnesty international :

Alors qu’Emmanuel Macron reçoit le président turc [Recep Tayyip Erdogan] ce vendredi 5 janvier, de nombreux défenseurs des droits humains continuent d’être poursuivis pour terrorisme en Turquie, sans aucun fondement.

Depuis la violente tentative de coup d’État en Turquie, en juillet 2016, une répression d’une ampleur sans précédent s’abat sur les journalistes et professionnels des médias, les fonctionnaires mais aussi les défenseurs des droits humains.

Aujourd’hui, l’État de droit n’est plus respecté en Turquie. En moins de deux ans, plus d’un tiers des juges et procureurs d’un pays a été limogé ou poursuivi pour de prétendus liens avec le terrorisme.

Lutter contre le terrorisme est certes un but légitime mais ne doit pas devenir un prétexte pour faire taire toute voix dissidente et bafouer les droits humains.

Le président de la section turque d’Amnesty International, avocat engagé de longue date pour la défense des droits humains , est lui aussi poursuivi pour appartenance à une organisation terroriste. Il est emprisonné depuis près de sept mois.

La répression en quelques chiffres :

Plus de 50 000 personnes sont toujours en détention préventive, pour de prétendus liens avec le mouvement de Fethullah Gülen, et un nombre équivalent de personnes se trouve en liberté conditionnelle pour les mêmes motifs. Pourtant, seule une minorité est poursuivie pour des liens directs avec la tentative de coup d’État.

  • 150 000 personnes font face à des enquêtes criminelles,
  • plus de 100 000 employés du secteur public ont été renvoyés sans préavis,
  • plus de 180 organes de presse ont été fermés,
  • environ 2 500 journalistes et autres professionnels des médias ont perdu leur emploi.

A la fin de l’année 2017, plus de 100 journalistes et travailleurs des médias étaient toujours en détention provisoire.

Une diplomatie française qui doit aller plus loin

Si nous saluons les déclarations de la diplomatie française dénonçant les attaques répétées contre la société civile turque, nous appelons vivement Emmanuel Macron à être plus ferme lors de son entrevue avec son homologue turc.

Le président français rappellera-t-il que  les défenseurs des droits humains ne sont pas des terroristes ? Car ce sont eux qui jour après jour mettent leur liberté et parfois leur vie en danger pour défendre les droits humains de tous.

Source : Amnesty International, 4 janvier 2018

 

Par le Parti Communiste Français :

Erdogan à Paris : Une provocation et un outrage

L’annonce de la visite du président turc Erdogan à Paris, le 5 janvier 2018, tonne comme une provocation. Elle se déroulera la veille d’une manifestation commémorant l’assassinat de trois militantes kurdes il y a cinq ans. La justice française avait pourtant mis en évidence l’implication des services secrets turcs dans ce crime.

La rencontre entre Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan constitue un nouvel outrage à l’égard des familles des victimes et des Kurdes qui subissent une impitoyable guerre meurtrière. Les parlementaires et les maires du HDP ont vu leur immunité levée, ont été destitués et croupissent désormais en prison après avoir été condamnés dans des procès iniques.

La Turquie d’Erdogan est dans une situation de chaos, dans une fuite répressive permanente.

L’opposition est réduite au silence tandis que des purges gigantesques peuplent les prisons. La politique est devenue un champ de vengeance dans lequel des milices islamo-fascistes jouissent de l’impunité pour tuer et lyncher ceux qui protestent encore.

Comment dans ces circonstances affirmer que la Turquie demeure « un partenaire essentiel » ? Le devoir de la France est d’être aux côtés des défenseurs des droits humains en Turquie.

Le PCF condamne la visite du dictateur R.T. Erdogan et exprime sa solidarité totale avec tous les démocrates de Turquie. Il appelle à faire de la manifestation du 6 janvier 2018 à Paris un succès pour que Vérité et Justice soient rendues à Leïla, Sakine et Rojbin.

Source : PCF, 2 janvier 2018

 

Publicités
janvier 2018
L M M J V S D
« Déc   Fév »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031