Accueil » 2018 » mars

Archives Mensuelles: mars 2018

Publicités

Le Parti de Gauche exige la libération des manifestants du 22 mars

Côte d’Ivoire : Ouattara réprime et verrouille

Déclaration  de la Commission Afrique du Parti de Gauche

La coalition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), avait appelé à une manifestation pacifique pour demander la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) ; les autorités l’ont dispersée violemment. Plus de 40 personnes, dont Jean Gervais Tcheidé, vice-président du Front patriotique ivoirien (FPI, opposition) et Oula Anselme du même parti, ont été arrêtées. Dans la soirée, une partie des manifestants a été libérée, cependant 18 personnes demeurent encore en détention. La manifestation n’avait pas été autorisée, nonobstant les discussions entre l’opposition et les autorités pour décider de son itinéraire. Ce n’est que la veille, assez tard dans la soirée, que l’interdiction a été communiquée.

C’est la composition de la Commission électorale indépendante (CEI) qui est dans le collimateur des opposants à Alassane Ouattara et il n’existe plus de consensus autour de la formation de cette instance déséquilibrée. Sur les dix-sept personnes qui composent cette instance, quatre représentent des membres du gouvernement – dont le président de la République – et quatre autres le parti au pouvoir. Et comme les quatre membres supposés représenter l’opposition ne sont pas reconnus par elle, les autorités emportent mécaniquement la majorité. Ouattara  a une volonté manifeste de tout verrouiller. Cette commission est tout entière au service de l’exécutif. Aucune élection juste et crédible ne peut se tenir dans ces conditions.

Ajoutons à cela le fait que président de la CEI, Youssouf Bakayoko, en place depuis plus de six ans alors que la loi l’interdit formellement est celui qui est à la base de la crise de 2010 en ayant annoncé les résultats proclamant Ouattara vainqueur de la présidentielle depuis son QG et hors du temps imparti à la commission électorale.

Les pressions internationales se sont pourtant intensifiées depuis la dernière élection présidentielle en 2015. Dans un arrêt daté du 18 novembre 2016, la Cour africaine des droits de l’Homme a ainsi estimé que « l’organe électoral ivoirien ne présente pas les garanties d’indépendance et d’impartialité ». Récemment, les représentants de plusieurs partenaires internationaux, dont l’Union européenne, la Belgique et les États-Unis, ont fait part de leur préoccupation. Mais rien n’y fait.

Ces manœuvres visant à mettre sous contrôle du régime le processus électoral, sont-elles les préparatifs d’une future présidentielle truquée ou d’un troisième mandat  illégal ?

Dans l’immédiat, l’élection de sénateurs ressemble à une pantomime dénuée de sens, sauf à considérer l’intérêt qu’a Ouattara à fidéliser sa clientèle en créant ce Sénat inutile et budgétivore.  Un tiers des sénateurs est en effet choisi directement par le président, les deux autres tiers par un collège de grands électeurs, acquis à la coalition au pouvoir. Le résultat de l’élection n’est donc pas surprenant : la coalition au pouvoir Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) remporte 50 des 66 sièges en jeu aux premières sénatoriales de Côte d’Ivoire, en l’absence de l’opposition qui boycottait le scrutin. Cependant, la surprise est venue de Bouaké, fief de la rébellion qui soutenait Ouattara, et de Yamoussoukro, la capitale administrative, patrie de l’ancien président Félix Houphouët-Boigny dont le RHDP se réclame. Dans les deux cas hautement symboliques, le RHDP y a été battu par la liste des indépendants, les ADOrateurs de la première heure sont aussi les premiers à lui signifier son inanité.

Le Parti de Gauche dénonce les restrictions systématiques au droit à la manifestation pacifique, droit garanti par la constitution ivoirienne, car elles montrent la détermination des autorités à réduire au silence toute voix dissidente.

Le Parti de Gauche soutient le peuple ivoirien dans sa volonté de défendre la démocratie contre un régime qui révèle au grand jour sa vraie nature.

Le Parti de Gauche proteste contre le maintien en détention des 18 personnes arrêtées le 22 mars, pour avoir simplement participé à une manifestation pacifique et exige leur libération.

Pierre Boutry

In : AFPA (Alliance des Forces Progressistes pour l’Afrique), 27 mars 2018

 

Publicités

Pour le Parti Communiste Français, la Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara n’est plus un Etat de droit

La Côte d’Ivoire doit redevenir un Etat de droit

La Côte d’Ivoire continue de connaître des reculs démocratiques inquiétants. C’est par centaines que se comptent les personnes disparues ou emprisonnées pour des raisons politiques pour la plupart d’entre elles sans jugement. D’autres sont condamnées à l’issue de procès confinant au grotesque. Et pour celles et ceux qui peuvent sortir des geôles, le lot commun est souvent la liberté conditionnelle sous la menace d’un retour en prison à la moindre expression oppositionnelle. Pire, les comptes de nombreux opposants sont par ailleurs bloqués sans aucune raison valable, tentant de les réduire ainsi à l’indigence. Les atteintes contre la liberté de la presse sont monnaie courante. Des dizaines de milliers d’Ivoiriens sont contraints à l’exil.

Plus grave encore, pour conforter son régime autoritaire quasi-féodal et soumis aux multinationales, le chef de l’Etat Alassane Ouattara met en place un Sénat avec des candidatures décidées à l’avance. Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, un tiers des membres est désigné par le Président de la République !

Quant à la Commission électorale indépendante (CEI – organe en charge des élections en Côte d’Ivoire, qui n’est indépendante que de nom), la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a rendu le 18 novembre 2016, un arrêt qui remet en cause sa légalité.

Sur la base de ces éléments, l’opposition ivoirienne, réunie dans la plateforme politique « Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté » (EDS) et ses partenaires, a manifesté à plusieurs reprises au mois de mars en vue d’interpeller les autorités ivoiriennes sur la nécessité d’ouvrir des discussions politiques avec elle et la société civile.

Le 22 mars 2018 environ 50 personnes qui s’apprêtaient à manifester dans ce cadre ont été arrêtées avec une grande brutalité, dont 18 sont toujours en détention. Amnesty International estime à ce sujet que « les restrictions systématiques au droit à la manifestation pacifique, droit garanti par la constitution, montrent la détermination des autorités à réduire au silence toute voix dissidente ».

Le PCF partage ce point de vue tout en pointant l’urgence à libérer ces personnes, tout comme l’ensemble des autres prisonniers politiques. Il exige d’arrêter d’utiliser le mécanisme de la liberté conditionnelle comme d’un outil contre la liberté d’expression et de cesser les intimations contre les journalistes.
La Côte d’Ivoire doit redevenir un Etat de droit, condition primordiale pour que les milliers d’Ivoiriens en exil puissent revenir.

Parti communiste français
26 mars 2018

In : PCF, 27 mars 2018
(Surtitre de la Rédaction)

 

Côte d’Ivoire : Amnesty International dénonce les entraves au droit de manifester

Communiqué de presse

Côte d’Ivoire. 18 opposants toujours en détention pour avoir exercé leur droit de manifester pacifiquement

Publié le 23.03.2018.

Les autorités ivoiriennes doivent immédiatement libérer 18 personnes arrêtées hier, 22 mars, pour avoir simplement participé à une manifestation pacifique.

18 opposants politiques sont toujours en détention après leur arrestation au cours d’une manifestation à Abidjan, pour demander la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). La manifestation n’avait pas été autorisée, nonobstant les discussions entre l’opposition et les autorités pour décider de son itinéraire. Ce n’est que la veille, assez tard dans la soirée, que l’interdiction a été communiquée.

« Les restrictions systématiques au droit à la manifestation pacifique, droit garanti par la constitution, montrent la détermination des autorités à réduire au silence toute voix dissidente,» a déclaré Gaetan Mootoo chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« A défaut de les inculper d’une offense légitime sur la base de preuves suffisantes, toutes les personnes arrêtées doivent immédiatement être libérées.»

Hier, la coalition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), avait appelé à une manifestation pacifique pour demander la réforme de la Commission électorale indépendante ; les autorités l’ont dispersée pour défaut d’autorisation. Plus de 40 personnes, dont Jean Gervais Tcheidé, vice-président du Front patriotique ivoirien (FPI, opposition) et Oula Anselme du même parti, ont été arrêtées. Dans la soirée, une partie des manifestants a été libérée, cependant 18 personnes demeurent encore en détention.

Le même jour, l’Alliance des forces démocratiques (AFD, opposition) dirigée par Pascal Affi N’Guessan a été autorisée à déposer une motion à la CEI. Le journaliste- bloggeur Daouda Coulibaly qui était présent dans le cadre de son travail a été agressé par les forces de l’ordre, arrêté puis relâché. Il a perdu une somme d’argent et des effets personnels.

Il a confié à Amnesty International :

« Pendant qu’un policier cherchait à me faire tomber en marchant sur ma cheville, les autres me donnaient des coups sur les côtes… L’un d’eux me frappait avec une matraque sur mon genou gauche. Quand je suis tombé, me tordant de douleur, ils m’ont traîné sur le sol sur environ un mètre. J’ai perdu mon portefeuille, de l’argent, et un appareil pour la connexion à internet. Quand ils m’ont relâché, je suis allé au commissariat de police où un officier a refusé de prendre ma plainte…»

« Les responsables de cette agression contre le journaliste doivent être identifiés et traduits en justice au cours de procès équitables,» a déclaré Gaetan Mootoo.

In : Amnesty International, 23 mars 2018
[Note de la Rédaction de Soutien et Liberté : au 5e paragraphe, lignes 3-4, il faut lire « Front Populaire Ivoirien » et non « Front Patriotique Ivoirien ».]

 

Abidjan : plusieurs manifestants de la marche du 22 mars déférés devant le parquet

« Ils sont au nombre de dix-huit (18) personnes interpellées le jeudi 22 mars 2018 au cours de la marche, qui ont été déférées devant le Parquet au Plateau, ce vendredi 23 mars 2018, depuis 7 heures 30 minutes. (…) »
Suite de l’article

(Source : Le Temps Infos, 23 mars 2018)

La marche du 22 mars à Abidjan violemment réprimée avec l’aide des enfants délinquants

Les évènements relatés par Ivoirebusiness.net :

« La marche de la coalition de l’opposition EDS ce jeudi 22 mars à Abidjan, a été violemment réprimée par les forces de l’ordre avant même qu’elle ne démarre, alors même qu’elle était autorisée et censée être protégée par la police.
Tout s’est passé comme si la police, qui entendait casser du manifestant, était devenue folle face à ces derniers, pourtant pacifiques et aux mains nues.
Plusieurs personnes ont été arrêtées dont le porte-parole de EDS Tchéidé Jean Gervais, et plusieurs journalistes et facebookers, conduits pour l’heure vers une destination inconnue.
Alors que les manifestants affluaient par milliers tôt ce jeudi à la place des martyrs à Adjamé, la police s’est brusquement mise à les charger.
Des gaz lacrymogènes ont été lancés contre eux et même des tirs à balles réelles, faisant plusieurs blessés graves.
Certains manifestants pourchassés ont purement et simplement été remis par les forces de l’ordre aux microbes (1).
Une manifestant a reçu un coup de poignard, ses intestins étaient visibles à l’œil nu, signe de l’activisme des voyous microbes aux côtés de la police.
Une autre manifestante gisait à terre dans son sang, la bouche en lambeaux.
Un autre blessé par balle à la tête, a eu la vie sauve miraculeusement, grâce aux soins reçus aux urgences du CHU de Cocody.

La ville d’Adjamé ressemblait à un champ de bataille, les manifestants affrontant courageusement aux mains nues la police du régime.
Les services d’urgences des hôpitaux abidjanais ont été pris d’assaut par les blessés en détresse.
Au moment où nous mettons sous presse, c’était le chaos à Adjamé et au Plateau.
Des véhicules de certains leaders de EDS ont même incendiés.
Le bilan de ces affrontements est pour l’heure inconnue.
Mais les dégâts causés par les forces de l’ordre sur une manifestation pacifique sont immenses.
Nous y reviendrons. »

Serge Touré

In : Ivoirebusiness, 22 mars 2018

(1) « Microbes » : Nom donné à des bandes d’enfants et adolescents tombés dans une délinquance extrêmement violente. [NDLR de Soutien et Liberté].

 

Transfert en pleine nuit de deux prisonniers

Selon les renseignements communiqués via les réseaux sociaux, David Samba et Maurice Guire Dahoue, détenus à la MACA (Abidjan), ont été déplacés le 16 mars 2018 avant le lever du jour pour être transférés dans le Nord du pays, avec une première étape à Bouaké où Maurice Guire Dahoue aurait été incarcéré, puis à Korhogo, le nouveau lieu de détention de David Samba.

David Samba, Président de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire, est un leader de la société civile. Il a été arrêté le 13 septembre 2015 pour avoir appelé à une marche pacifique. Il a été jugé le 2 octobre 2015 et condamné à 6 mois de prison pour trouble à l’ordre public. Alors que sa remise en liberté aurait dû intervenir le 13 mars 2016, il s’est vu accuser d’un nouveau « délit » et n’est toujours pas libéré à ce jour !
Pourquoi ce transfert inopiné (son avocat n’en a pas été informé !) ? Pour l’éloigner géographiquement des nombreuses personnes qui le soutiennent ? Pour faire pression sur l’opposition quelques jours avant la marche organisée le jeudi 22 mars par l’EDS (Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté) pour imposer le respect des droits du citoyen bafoués depuis le 11 avril 2011 ?

Voir le communiqué d’Amnesty International sur les conditions de son arrestation en 2015.

 

L’ancien ministre Justin Katinan Koné interpellé « par erreur » puis relâché

Pour ceux qui douteraient encore de l’existence d’une politique de harcèlement menée par Alassane Ouattara, si nécessaire via les pays voisins, à l’encontre des militants politiques de l’opposition proches du Président Laurent Gbagbo, l’évènement de ce matin est là pour en témoigner une fois de plus.

En effet, l’ancien ministre Justin Katinan Koné, exilé au Ghana, fut interpellé la nuit dernière pour interrogatoire, puis relâché ce matin, car il y a eu « erreur sur la personne ».
Voici ce qu’il relata par téléphone à l’APA (Agence de Presse Africaine) :
‘’ Je suis rentré de l’Afrique du Sud aux environs de 23h. Pendant que j’attendais mes bagages, des éléments de la police sont venus vers moi et m’ont demandé de les suivre parce que le Bureau of National Investigations (BNI) l’équivalent de la DST (Direction de la surveillance du territoire) en Côte d’Ivoire ont pensé qu’il y a un problème sur mon nom. Chose que j’ai faite.’’
‘’ Ils m’ont ramené toutes mes affaires et mes documents de voyage aux alentours de 10h ce matin, ils ont par la suite dit qu’ils se sont trompés de personne et ont présenté les excuses de la police ghanéenne avant que je ne sois libéré. ’’

En complément, lire (ou relire) le texte publié par J. Katinan Koné le 20 janvier 2018 :
Adresse de Justin Katinan Koné, suite au verdict de l’affaire « Casse de la BCEAO »
(Source : Les Amis de Laurent Gbagbo, 20 janvier 2018)

Justin Katinan Kone

(Source photo : Le Gri-Gri International)