Accueil » Droits de l’homme

Category Archives: Droits de l’homme

Aux mains de la DST

La Dst en Côte d’Ivoire « demeure un camp de torture… 20 personnes détenues à la Maca sont aujourd’hui très mal en point »

Interview de Désirée Douati  (Association des femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire)
Par SD, Abidjan

Désirée Douati, la fille de l’ancien ministre de Laurent Gbagbo, Alphonse Douati, dirige depuis 2014, une association qui apporte aide et assistance aux prisonniers d’opinion ainsi qu’à leurs familles respectives. Elle parle dans cette interview du combat de l’Association des femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire (Affdo-Ci).

Deux ans après la création de votre association, quel est votre bilan en termes d’actions en faveur des prisonniers d’opinion ?

Nous ne pouvons étayer les différentes actions que nous avons menées sur le plan diplomatique car la diplomatie est avant tout silencieuse ni les actions menées à l’endroit des détenus eux-mêmes et également des familles car nous leur apportons notre aide dans la discrétion. Cependant nous pensons que notre bilan général est négatif car les arrestations arbitraires continuent et nos parents demeurent toujours des otages.

A combien estimez-vous le nombre de prisonniers que vous défendez et qui sont-ils vraiment ?

Le nombre de détenus en Côte d’Ivoire comme j’ai pour l’habitude de le dire s’accroît de jour en jour. A cette heure précise, nous sommes à près de 300 détenus d’opinion dans les prisons légales et près de 100 à la Dst (Direction de la surveillance du territoire, ndlr) qui demeure un camp de torture. Les détenus sont des ivoiriens civils ou militaires. Ce sont des personnalités publiques mais également des citoyens ordinaires.

Quel est l’état des lieux dans les familles de détenus que vous avez dû visiter au cours de ces derniers mois ?

Les familles sont dans l’ultime détresse car tous les détenus sont de grands malades et tout porte à croire que le gouvernement se réjouit de voir leur santé se dégrader dangereusement. C’est triste, c’est inhumain et c’est pour cette raison que nous continuons de mener des actions certes discrètes afin que tous, sans aucune condition, recouvrent la liberté. Les familles des détenus sont à bout.

Le pouvoir n’est pas d’accord avec vous quand vous parlez de prisonniers politiques ou de prisonniers d’opinion. Comment justifiez-vous de votre côté l’usage de cette terminologie de « prisonniers politiques » ?

Nous considérons comme prisonnier d’opinion toute personne détenue ou restreinte dans sa liberté du fait de ses convictions politiques ou religieuses ou pour toute autre raison de conscience, de son origine ethnique. Aucun pouvoir, aussi dictatorial soit-il, ne peut se réjouir de détenir des personnes pour leurs opinions politiques. Ici, les faits sont concrets et visibles. Seules les personnes proches du Président Laurent Gbagbo sont injustement incarcérées. Seuls les corps habillés qui ont dit ‘’non’’ là où l’on leur demandait de dire ‘’oui’’ sont injustement condamnés comme c’est le cas du Général Dogbo Blé et de son adjoint Abi Jean pour ne citer que ceux-là. Il faut que cette justice de vengeance et de haine gratuite prenne fin car les détenus et leurs familles se meurent de jour en jour.

A la mi-mai, le décès du Mdl Kouatchi a ébranlé l’opinion ivoirienne surtout qu’il est décédé au Chu de Treichville, enchaîné sur son lit. Avez-vous des choses à dire sur les circonstances de ce décès ?

Je tiens avant tout propos à avoir une pensée pour sa famille biologique en particulier pour sa compagne Rose qui était à ses côtés et dont la souffrance est aujourd’hui silencieuse et profonde. J’ai également une pensée pour les détenus car ils sont plus endeuillés que nous. Enfin Je m’incline devant sa dépouille et prie afin que Dieu lui accorde cette paix qui lui a manqué durant 6 ans de détention arbitraire. Le MDL Kouatchi est décédé par la faute des services du Ministère de la Justice et M. Sansan Kambilé actuel Ministre de la Justice en est le 1er responsable car lorsqu’on est à la tête d’un Ministère, on est comptable des manquements graves au sein de ce département. Le MDL Kouatchi est mort par négligence car malade depuis décembre 2016, ce n’est qu’en mai 2017 qu’il a été transféré dans un centre hospitalier à la charge des membres de sa famille biologique et juridique. C’est grave !!!! Naturellement le mal s’était déjà propagé et lorsqu’il arrivait à l’hôpital il était déjà dans le coma. Malgré les soins reçus, il a rendu l’âme au Chu de Treichville. C’est l’occasion pour moi de remercier toutes les organisations de défense des droits au niveau national et international, le fonds de prévoyance militaire qui souhaitait l’évacuer dans une clinique et enfin tout le corps médical des centres hospitaliers universitaires de Yopougon et de Treichville. Nous leur sommes sincèrement reconnaissants.

Ce décès pose le problème des conditions de détention des prisonniers. Avez-vous enquêté pour dresser un rapport sur lesdites conditions ?

Ce décès pose surtout le problème du DROIT à la santé des prisonniers et de façon générale du traitement humain dû à leur égard. Selon le droit pénal international, un détenu a droit à la santé. En Côte d’Ivoire, il s’avère que les personnes détenues pour leurs opinions n’ont droit qu’à la mort. Lorsqu’elles sont malades, l’administration pénitentiaire attend qu’elles soient d’abord invalides avant de les transférer dans un centre hospitalier. Nous prions et implorons toutes les organisations nationales et internationales des droits de l’Homme afin qu’elles se préoccupent des conditions de détention des prisonniers d’opinion qui se meurent en Côte d’Ivoire. Il est bon de signaler que 20 personnes détenues à la Maca sont aujourd’hui très mal en point et en ce moment rien n’est fait pour leur prise en charge.

Plusieurs fois vous avez lancé un appel au gouvernement pour la libération des prisonniers. Depuis la justice va à son rythme et six ans après la fin de la crise postélectorale, ils sont encore nombreux en détention préventive. Comment envisagez-vous d’orienter votre démarche pour leur faire bénéficier de la liberté provisoire ou accélérer les procédures judiciaires contre eux ?

En commençant ce combat, nous étions conscients qu’il serait très long et nous nous sommes préparés en conséquence. Nous ne baisserons jamais les bras tant que nos parents seront emprisonnés et traités comme des animaux. Nous resterons debout jusqu’à ce que nous obtenions leur libération totale ! Le pouvoir en continuant de les détenir arbitrairement prouve à la face du monde que seule la tyrannie règne dans notre pays. Il faut libérer les détenus avant de parler d’émergence car aucun développement ne se construit dans l’oppression. Il faut libérer les détenus car aucune réconciliation n’est envisageable sans une justice équitable et impartiale. Il faut libérer les détenus car détenir des personnes sans raison c’est faire preuve d’un abus de pouvoir. Pour la dignité humaine, libérez nos parents !

In : Moacinter, 9 juin 2017
(Surtitre de la Rédaction)

 

Hubert Oulaye en liberté provisoire

Selon Maître Rodrigue Dadjé, la Chambre d’accusation a accédé le 7 juin 2017 à la demande de mise en liberté provisoire de l’ancien ministre Hubert Oulaye qui avait été arrêté le 4 mai 2015 pour avoir participé à l’organisation du Congrès du Front Populaire Ivoirien à Mama.
Les libérations au compte-gouttes, nous les saluons chaque fois avec joie, mais nous demandons que TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES soient libérés, et libérés sans charges, non à titre provisoire (ce qui constitue une « épée de Damoclès » sur leur tête).

Hubert Oulaye

 

 

 

Alerte, prisonniers en danger à Dimbokro

Mise à jour du 1er juin 2017 :
L’un des 4 prisonniers politiques de Dimbokro, M. Félicien BAWA, a été transféré mercredi 31 mai à la MACA (Abidjan).
(Source : le COFED)


Nos parents de la prison de Dimbokro sont en danger !

Par Le COFED (Collectif des Femmes et des Enfants des Détenus de la crise postélectorale)

« … En effet, depuis hier [le 28 mai 2017] il y a des tirs entre les prisonniers de droit commun c’est à dire les bandits de grands chemins et les gardes pénitenciers.
Et nos parents sont enfermés depuis hier sans nourriture et dans une chaleur atroce.
En plus les gardes pénitenciers veulent procéder a une fouille et tout leur arracher.

Nous sommes inquiets pour le sécurité de nos parents et nous interpellons une fois de plus les organismes de droits des hommes pour gérer cette situation car nos parents aussi ont des droits.
Il faut rappeler qu’ils sont encore 4 prisonniers politiques dans la prison de Dimbokro, il s’agit de :

ADOGONY FRANÇAIS
DAZIRIGNON ANGE ARISTIDE
BAWA FELICIEN
KOUDOU GNANGO JEAN DIDIER »

(Source : COFED, sur Facebook)

Lire aussi :

Par Christine Tibala :

« ALERTE ALERTE A DIMBROKO : PRISONNIERS POLITIQUES EN DANGER DE MORT !
Le Collectif Des Femmes Cofed (Collectif des Femmes et des Enfants de Détenus) lance une alerte sur la situation des 4 prisonniers politiques de DIMBROKO. Dimanche dernier, une mutinerie a éclatée à l’initiative des prisonniers de droit commun. Fortement réprimée, elle a fait 3 morts parmi eux. C’est là que la Direction de l’établissement a décidé de sanctions collectives y compris contre les 4 prisonniers politiques de DIMBROKO. Il s’agit de François ADOGONI (mandat de dépôt 27/07/2012) ; Koudou GNANGO Jean Didier (MD 21/08/2012) ; Serge DAZIRIGNON (MD : 21/09/2012) et Félicien BAWA (MD : 31/12/2013). Depuis dimanche donc, ils ne reçoivent plus ni nourriture, ni électricité, ni même eau et les visites sont suspendues. La responsable du collectif des femmes Cofed, Simone Datte Bennie, a bien essayé de discuter avec la régisseuse de la prison Akissi N’DRI, mais elle refuse de prendre l’appel. Ce mardi 30 mai 2017, elle est partie voir le Directeur de l’Administration Pénitentiaire (Koffi COMOE) mais en vain également.
Leurs familles sont très inquiètes et nous invitent à nous mobiliser de toutes les façons possibles afin de contribuer à leur libération et en attendant à l’amélioration de leurs conditions de détention. »

(Source : Facebook)

 

Meurtres en silence dans les prisons ivoiriennes : que fait la « communauté internationale » ?

Déclaration du COJEP
(Mouvement de Soutien au Président Laurent GBAGBO)
sur le DÉCÈS du prisonnier politique : le MDL KOUATCHI ASSIE JEAN

Le 20 mai dernier, le COJEP apprenait avec consternation, dégoût et révolte, le décès à l’hôpital du détenu politique, le MDL de la gendarmerie nationale : KOUATCHI ASSIE JEAN.

Consternation, car la liste des morts parmi les prisonniers pro-Gbagbo ou supposés tels est devenue, hélas, trop longue. Des familles sont endeuillées et le pays perd des valeureux fils du fait de ces emprisonnements à la fois inutiles et inhumains.

Dégoût, car les conditions de la mort du MDL Kouatchi Assie Jean sont dignes des pires régimes fachistes, jugez-en vous même. Le MDL est tombé malade du fait de sa détention prolongée. Détention qui va du 26 mars 2012 à son décès le 20 mai 2017, dans ce que nos traditions, par la bouche du savant Harris Mémêl-Fôté, nomment : « l’anus de la société » (la prison). Malade, le MDL Kouatchi n’a bénéficié que d’un traitement sommaire. Mourant, le MDL Kouatchi a été hospitalisé avec des menottes aux pieds pour l’empêcher, dit-on, de s’évader. Décédé, le corps sans vie du MDL Kouatchi a bénéficié, du retrait des honteuses menottes. C’est le summum du cynisme d’État.

Révolte, car le drame que nous vivons dans notre pays se produit au vu et au su de tous, communauté nationale comme internationale. Ils étaient nombreux, ceux qui à la moindre action sécuritaire du président Laurent GBAGBO, crachaient leur bile sur le pays et son président. Où sont-ils les : Amnesty international, Human Rights Watch, RFI, BBC, France24, la voix de l’Amérique, l’Union Européenne, le FMI, l’ONU, la CPI… ? Où sont ces inspirateurs, initiateurs, soutiens et porte-parole de la rébellion et de la guerre en Côte-d’Ivoire ? Aujourd’hui devant des crimes d’État qui déshumanisent l’homme, ils sont subitement devenus aphones. Oh Honte à eux.

Le COJEP :

  • Exprime toute sa compassion à la famille biologique (la famille Kouatchi) et à la famille professionnelle (la gendarmerie) du MDL Kouatchi Assie Jean dans ce moment terrible qu’elles traversent ;
  • Condamne avec la dernière énergie ce nième meurtre de prisonnier politique issu de la guerre postélectorale de 2011. Être prisonnier sous Ouattara, c’est être déjà condamné à mort. En effet, non content de les avoir torturés, ce régime dictatorial organise leur meurtre. Ainsi jours après jours des personnes dans la fleur de l’âge se voient voler leur force vitale. C’est leur vie que Alassane DRAMANE Ouattara leur vole. Les plus chanceux sortent de ces goulags complètement valétudinaires pour le reste de la vie ; les moins chanceux comme le MDL Kouatchi, en sortent les pieds devant. Pauvre Côte-d’Ivoire ;
  • Accuse le régime dictatorial de Alassane DRAMANE Ouattara de procéder à une épuration ethnique par prisons interposées. Une statistique faite par nos soins révèle que 98% des détenus politiques anonymes sont dans l’ordre ethnique décroissant : les guérés, les Attié, les Bété, les Dida… Le plus frappant c’est une absence quasi-totale de nordiste, et de musulmans. On peut dire que Ouattara emprisonne et assassine les pauvres anonymes, parce qu’ils ne sont ni musulmans, ni du nord donc présumés soutenir le président Laurent GBAGBO.
  • Invite les organisations de défense des droits humains, tant nationales qu’internationales à faire, enfin, leur travail de dénonciation, d’interpellation et de condamnation. L’inexplicable silence actuel fait d’eux des complices du dictateur Alassane Ouattara ;
  • Invite le peuple ivoirien à faire barrage, par tous les moyens légaux, [à] cette autre guerre silencieuse faite à la Côte-d’Ivoire ;
  • S’engage à prendre toute sa place dans cette lutte de libération nationale.

« LORSQUE LA NUIT EST TROP NOIRE, C’EST QUE LE JOUR EST TRÈS PROCHE ».

Fait à Abidjan le 21 mai 2017,
Agenor Youan BI, Le Président National du COJEP

(Source : Presse ; surtitre de la Rédaction)

 

 

La Côte d’Ivoire est incapable de protéger ses prisonniers, qu’elle les libère !

Interview de Toussaint Alain
par Franck Harding M’Bra, pour Le Nouveau Courrier

Prisonniers politiques, mutineries, climat social en Côte d’Ivoire
Toussaint Alain : « Le gouvernement doit assumer ses responsabilités »

On a appris samedi le décès d’un 5ème prisonnier politique de la crise post-électorale de 2011 : le MDL Kouatchi Assie Jean, détenu depuis le 26 mars 2012 à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Comment réagissez-vous à cette autre mauvaise nouvelle ?

Je voudrais commencer par présenter mes condoléances à la famille, aux proches du défunt ainsi qu’à ses codétenus. C’est une grande tragédie pour les siens et une très triste nouvelle pour les mouvements de défense des droits de la personne. Le gouvernement risque de payer le prix politique de ce cinquième décès d’un détenu de la crise post-électorale. Kouatchi Assie Jean est mort prisonnier, enchainé sur son lit d’hôpital. Pendant longtemps, les demandes constantes de soins et d’assistance ont été refusées. En dépit des nombreux appels au secours, toutes les sollicitations sont tombées dans un silence létal de l’administration pénitentiaire. En le privant des soins appropriés alors que ce gendarme souffrait d’un cancer et d’autres infections, les autorités ont commis un crime virtuel, gratuit et prémédité. Je redoute que ce triste dénouement se reproduise à cause de la privation de soins médicaux, la torture et des conditions de détention des 247 autres prisonniers. D’ailleurs 185 détenus attendent toujours d’être jugés. Quand on n’a pas les moyens de juger ou de soigner des gens, on ne les emprisonne pas. Face à ces drames humains, il y a une extrême urgence à agir pour éviter d’autres drames. Le gouvernement doit assumer ses responsabilités et reconnaître enfin la nécessité de décrisper le climat en libérant ces détenus. Je demande à mes concitoyens de multiplier les plaidoyers pour sauver la vie de ces prisonniers de la crise post-électorales. Les enfants de notre pays ne méritent pas de mourir ainsi. Le besoin de justice est incompatible avec le revanchisme. Cette situation ternit l’image de la Côte d’Ivoire.

De nombreux prisonniers croupissent depuis des années dans les prisons du pays, sans jugement. Certains se meurent [à petit] feu. Pensez-vous que le régime Ouattara est disposé à aller à la réconciliation ?

Je n’ai pas sondé les cœurs et les reins du régime Ouattara. Je préfère me fier aux actes, aux signaux qui iraient dans le bon sens. Or, là, je ne vois absolument rien ! Je constate que le gouvernement vit dans un déni de réalité permanent. Dans leurs déclarations publiques, des ministres, et non des moindres, s’évertuent à minimiser ce dossier et même à ignorer carrément l’existence des prisonniers de la crise post-électorale. Le pouvoir ne peut pas indéfiniment garder des personnes en détention sans jugement depuis plusieurs années, en leur coupant illégalement tout accès aux soins de santé. Cela est inacceptable, inhumain. Vous savez qu’on a enregistré la mort d’un cinquième détenu. Un autre est entre la vie et la mort. Il s’agit du sergent Seri Daleba, actuellement interné au CHU de Treichville pour une tumeur à l’oreille. Il l’a déjà été au CHU de Cocody à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Ce prisonnier est placé en détention dans un hôpital mais il ne reçoit pas les traitements adéquats parce qu’il est sans ressources. Je m’interroge sur les droits des détenus en matière de santé. L’État devrait s’assurer que tout prisonnier est détenu dans des conditions qui sont compatibles avec le respect de la dignité humaine. Il lui incombe de prendre en charge ceux que son système judiciaire prive de liberté. Cela est-il acceptable dans ce pays où l’on distribue des milliards à des mutins ? Est-ce ainsi que nous pouvons construire une Nation forte, unie et prospère ? Nous avons le devoir de léguer aux générations futures un pays apaisé, fort de ses valeurs et de sa diversité. Or, notre gouvernement a tourné le dos aux valeurs élémentaires de la civilisation moderne : la compassion, la solidarité et l’humanisme. Le régime doit faire un geste de bonne volonté afin de donner de vraies chances à la réconciliation. Celle-ci ne peut s’incarner qu’à travers des actes de paix et de fraternité.

(…)

Lire l’article complet sur Le Nouveau Courrier du 22 mai 2017
ou en ligne sur : AfrikEco.com ou  Seneplus International

[Surtitre de la Rédaction]

Décès du prisonnier Jean Assie Kouatchi

La douloureuse nouvelle est tombée : gravement malade, finalement hospitalisé, Jean Assie Kouatchi n’a pas survécu. Il est décédé dans la nuit du 19 au 20 mai 2017.
Nous adressons à ses proches, à ses amis, toute notre compassion.

 

Prisonniers en danger !

Soutien à Kouatchi Assié Jean :

« Chers Ivoiriens, Ivoiriennes, Chers Peuples Africains et du Monde Entier,
Vous tous qui êtes épris de JUSTICE et de PAIX,
Alors que des Gens se promènent un peu partout [pour dire] qu’il n’y a pas de PRISONNIERS POLITIQUES en Côte d’Ivoire,
Nous vous annonçons l’état de santé très précaire de l’un de ces nombreux PRISONNIERS POLITIQUES en détention depuis le 26 mars 2012 à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA). il s’agit du mdl KOUATCHI ASSIE JEAN, actuellement hospitalisé au CHU de Yopougon. Il est interné dans cet hôpital depuis le mardi 09 mai 2017. Nous voudrions vous signaler que vu la pauvreté du peuple Ivoirien en général actuellement, et celle de la famille de notre camarade KOUATCHI en particulier, nous sollicitons l’aide des uns et des autres pour lui permettre de suivre ses soins.

Nous ne devons pas ignorer que vu le manque criard de médicaments dans nos hôpitaux et vu le non-paiement des factures par l’État, les hôpitaux et centres de santé publics refusent tous de recevoir tous les prisonniers, sans exception pour leur administrer des soins pour le compte de l’État de Côte d’Ivoire.

À l’heure où nous vous parlons, notre camarade a besoin d’argent pour faire un second scanner. N’oublions pas qu’après cela, il doit faire d’autres analyses et visites médicales sans ignorer les nombreuses ordonnances médicales à lui délivrées chaque jour lors des soins.

(…) Nous vous informons que le même jour où notre camarade a été admis au CHU de Yopougon pour ses soins, seulement quelques heures après son hospitalisation, on nous annonça le décès de son père biologique.
Et voici, nous avons actuellement, toutes les difficultés du monde pour lui annoncer cette nouvelle.
Nous voudrions vous informer également que notre camarade KOUATCHI souffre énormément en dehors de sa maladie, car il a perdu son fils de 10 ans au début du mois de mars de cette année 2017 à la suite d’une courte maladie.

Avec tous ces tableaux sombres dans la vie de notre camarade que nous venons de peindre, nous voudrions demander à tous, un regard particulier envers lui, aux fins de lui apporter tous nos soutiens. (…) »

Soutien à Damoue Hassane :

« Ensemble, demandons la LIBERATION de Damoue Hassane detenu injustement à l’hôpital Psychatrique de Bingerville depuis maintenant 1 an, suite à des troubles mentaux qui sont dus aux tortures qu’il a subit durant son arrestion en 2012.———
Pour la dignité humaine, Libérez nos parents !
Nous vous en supplions !!!!
6 ANS DE DETENTION C’EST ENORME !! »

(Source : Facebook)

Antoinette Meho est en liberté !

Une nouvelle qui réjouit les siens et tous ceux qui se battent en Côte d’Ivoire et ailleurs pour la libération des prisonniers arbitrairement détenus.

Mme Antoinette Rouissa Meho, 60 ans, a bénéficié d’une mise en liberté provisoire ordonnée par la chambre d’accusation de la Cour d’appel», a annoncé son avocat, Me Toussaint Dako dans le courant de la journée d’hier jeudi 4 mai.

Antoinette Meho avait été enlevée à son domicile le 10 août 2016.

L’artiste Abou Galliet pour les prisonniers politiques

Merci à Abou Galliet !

Vidéo mise en ligne par Afrique tv le 26 avril 2017 – Durée : 0.45 mn

 

Répression contre les militants politiques en Côte d’Ivoire : que fait le gouvernement français ? interroge le journal « L’Humanité »

Côte d’Ivoire : des militants toujours enfermés dans les geôles de Ouattara

(Extraits)

Par Rosa Moussaoui

Des partisans de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo sont toujours détenus sans jugement, dans un contexte de restriction des libertés.

Il croupit depuis plus de deux ans dans les geôles ivoiriennes, d’abord détenu dans la sinistre maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), puis transféré à Bouaké, dans le centre du pays, loin de sa famille qui ne peut lui rendre visite qu’une fois par mois. Assoa Adou, membre fondateur et figure du Front populaire ivoirien (FPI), a été arrêté le 7 janvier 2015. Accusé d’atteinte à la sûreté de l’État, d’achat d’armes, de formation de bande armée et de meurtre, il attend toujours son jugement. Et faute de suivi médical, son état de santé se dégrade. Sa vue décline, il souffre d’hypertension, ce qui n’empêche pas ses geôliers de le soumettre au supplice d’une lumière en permanence allumée, pour le priver de sommeil.

Assoa Adou n’est pas le seul prisonnier politique ivoirien soumis à ce genre de maltraitance. Dans son dernier rapport annuel, Amnesty International estime à 146, au moins, les partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo arrêtés entre 2011 et 2015 et toujours en attente de jugement pour des infractions qu’ils auraient commises pendant la crise post-électorale de 2010-2011. « Les autorités ont restreint le droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique en vertu de lois érigeant en infractions les manifestations pacifiques, entre autres formes d’expression non violente. Plus de 70 personnes, principalement membres de partis de l’opposition, ont été arrêtées, puis libérées au bout de plusieurs heures, voire plusieurs jours », relève l’ONG.

Un amer souvenir de son passage à la Maca

Mariam Cissé, une dirigeante du FPI, est de ceux-là. Elle a été interpellée le 10 juin 2015 alors qu’elle préparait une initiative en faveur de la libération de l’ex-président Laurent Gbagbo, détenu depuis 2011 à La Haye et jugé par la Cour pénale internationale. Placée en détention provisoire, elle a été entendue par un juge d’instruction seulement quatre mois plus tard, avant d’être relâchée et jugée huit mois après son arrestation. Verdict : « délit non constitué ». Relaxée, cette militante garde un amer souvenir de son passage à la Maca. « Sans suivi médical, nous en étions réduits à prier pour ne pas tomber malades. Seuls les traitements antipaludéens étaient accessibles aux détenus. Pour le reste, nos proches devaient nous apporter vivres et médicaments », raconte-t-elle.

(…) « Il est inacceptable que l’État français n’intervienne pas pour faire cesser les maltraitances des prisonniers politiques. C’est pourtant Paris qui a contribué à installer par la force le régime actuel de Côte d’Ivoire, remarque Dominique Josse, responsable Afrique du PCF. Il suffirait d’une simple pression, qui pour une fois irait dans le bon sens, un simple coup de fil, pour stopper ces violations. Des vies sont en danger, il est temps d’agir. »

Article complet dans : L’Humanité, 29 mars 2017
(Surtitre de la Rédaction)

 

Dr Adou ASSOA, prisonnier politique

 

Arrestation de Sam l’Africain

Mise à jour du 24/03/2017 : une audience devant un tribunal a été fixée au vendredi 31 mars.

 

Jichi Sam Mohamed dit Sam l’Africain a été arrêté sous d’étranges prétextes (des propos tenus lors d’un meeting… ), en d’autres termes il s’agit d’une nouvelle atteinte à la liberté d’expression de la part du pouvoir.

Rappelons que Sam l’Africain fut appelé à témoigner à la CPI par l’accusation contre le Président Gbagbo dont il fit cependant, à la barre, un éloge émouvant :

http://www.lesamisdelaurentgbagbo.com/actualite-248-hommage-du-temoin-au-president-gbagbo.html

 

Libérez nos parents au lieu de les déporter d’une prison à l’autre !

Liberez nos parents

Par le Collectif des Femmes (COFED)

« Chers parents, nous vous informons que nos parents Dahi Nestor et Crépin ont été déportés du Camp Pénal de Bouaké a la prison de Katiola.

Koua Justin et Jean Didier du Camp Pénal de Bouaké à la prison de Dimbokro.

Adohi Samson, Clack Guiraud et Ali Gbizie du Camp Pénal de Bouaké à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Lago, Zaourou et Bogui du Camp Pénal de Bouaké à la prison d’Abengourou.

Et ceux qui sont restés au Camp pénal de Bouaké sont nos parents Maître Bahi, [le] Ministre Assoa Adou et Koffi Serge.

Alors face à tout cela nous exigeons leurs libérations parce que nous les parents nous sommes fatigués, et que dire de nos parents qui sont détenus depuis plus de 6 ans de manière abusive et arbitraire ! »

#COFED
#JUSQUAUDERNIERDETENU

Source : Facebook, 5 mars 2017

 

 

Prisonniers politiques et Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire : le rapport d’Amnesty International

Par CI-RDV

L’association “Côte d’Ivoire, Rechercher et Dire la Vérité” souligne l’intérêt du Rapport annuel 2016/17 d’Amnesty International, notamment les pages 162 à 165.

Toutefois, CI-RDV note qu’il n’a pas été fait mention des milliers d’Ivoiriens toujours en exil depuis 2011, et que le rapport reste silencieux sur le procès à l’encontre du Président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.
En effet, avec des témoins à charge peu crédibles, le procureur n’apporte aucune preuve sur les faits allégués et moins encore sur l’intention des accusés de commettre les crimes reprochés.
Alors que l’acquittement apparaît comme une évidence, une sentence politique discréditerait à jamais la CPI.

Télécharger le rapport d’Amnesty International (PDF)

Dans son rapport 2016/2017, Amnesty International consacre un chapitre à David Samba.

david-samba

Le point sur les dernières arrestations de journalistes en Côte d’Ivoire

72 Heures de détention abusive de six journalistes ivoiriens

Déclaration du COJEP (Congrès Panafricain pour la Justice et l’Egalité des Peuples)

Le Cojep s’indigne et condamne

Convoqués à la brigade de recherche de la gendarmerie, pour être entendus suite à des articles de presse relatifs à la mutinerie des forces spéciales, six journalistes ivoiriens, Vamara Coulibaly, Amadou Ziao, Jean Bedel, Gbané Yacouba, Fabrice Tété et Bamba Franck Mamadou, avaient été mis aux arrêts le samedi 11 février 2017 à 10 heures et incarcérés au camp de gendarmerie d’Agban.

Le vaste mouvement de désapprobation et la mobilisation exceptionnelle que cette énième violation de la liberté de la presse par le régime Ouattara a suscités, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à travers le monde, ont contraint le pouvoir à les libérer le mardi 14 Février 2017.

Le Cojep se satisfait de cette issue heureuse et salue l’attitude de Dignité et le courage exemplaire des journalistes qui viennent de recouvrer leur liberté dont ils ont injustement été privés.

Le Cojep tient à rappeler à toute fin utile au Gouvernement ivoirien que la liberté de la presse et la dépénalisation des délits de presse sont des acquis de la lutte démocratique en Côte d’Ivoire. Rien, pas même le prétexte de sûreté de l’Etat, ne saurait en conséquence justifier l’arrestation de journalistes ivoirien[s], dans le cadre de l’exercice de leur métier.

Le Cojep félicite tous les démocrates, les organisations de journalistes, toutes les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’Homme et de défense de la liberté de presse, dont la mobilisation a permis de venir à bout de cette autre violation flagrante et abusive de la liberté d’expression.

Le Cojep assure la grande famille de la presse ivoirienne de son constant soutien et la rassure qu’il se tiendra toujours à ses côtés en de pareilles circonstances, peu importera le régime en place.

Le Cojep invite enfin le pouvoir Ouattara à éviter de dégrader davantage l’image déjà trop ternie de notre pays désormais gouverné au rythme des bruits de bottes tolérés et primés, au lieu de sortir ses puissants muscles devant des bruits de plumes de journalistes qui ne font qu’informer et dénoncer la gouvernance calamiteuse et improvisée qu’il continue de servir aux ivoiriens.

Fait à Abidjan, le 15 Février 2017.

POUR LE COJEP
Sita COULIBALY
Porte-parole

(Source : Patrice Saraka sur Facebook, 15 fév. 2017)

Lire sur le même thème : « Sur le rôle irremplaçable des journaux d’opposition »

Rapport du 20 janvier 2017 sur les prisonniers politiques en Côte d’Ivoire

Le dernier rapport du Secrétariat National chargé de l’Administration pénitentiaire et des prisonniers politiques (FPI), daté du 20 janvier 2017, est en ligne.

Son fil conducteur : Interrogations sur la cohésion nationale.

Lire ou télécharger le Rapport (PDF)