Accueil » Posts tagged 'Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire'

Tag Archives: Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire

Une carte postale pour les prisonniers d’opinion

Pour la Paix, la Liberté et la Réconciliation en Côte d’Ivoire

Le 11 mai 2016, 2 place du Colonel Fabien, à l’invitation de Lydia Samarbakhsh (coordination nationale du PCF, chargée des Relations internationales), Roger Gballou (membre du Secrétariat national du Front Populaire Ivoirien) et Ephraïm Fadiga (représentant en Europe des Indignés de Côte d’Ivoire), a été lancée à Paris l’opération « Une carte postale pour les prisonniers d’opinion ».

Discours de Lydia Samarbakhsh
(Source : Facebook)
https://www.facebook.com/alexisgnagno/videos/10209122351526881/

 

 

 

Publicités

Alerte répression !

David Samba, membre du Présidium de la Coalition Nationale pour le Changement, et coordinateur de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire, a été enlevé le dimanche 13 septembre après-midi par des hommes du régime.

La mobilisation a payé

David Samba, coordonnateur de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire, et ses trois compagnons ont été remis en liberté cet après-midi.

PCF : Arrestation du responsable des Indignés de Côte d’Ivoire. Le régime Ouattara dans les pas de Compaoré

Samedi matin 1er novembre Samba David, coordonnateur de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire, a été arrêté avec trois de ses amis, passé à tabac puis amené au commissariat par les forces armées ivoiriennes. Tout cela est arrivé alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole à un meeting prévu et autorisé par le maire de la commune de Yopougon, puis interdit à la dernière minute par le ministère de l’intérieur pour raison d’instabilité au Burkina-Faso voisin selon les responsables de la police présents.

Ces brutalités et arrestations arbitraires, notamment envers des acteurs politiques et du mouvement social, sont malheureusement monnaie courante en Côte d’Ivoire. Dans ce pays il y a des centaines de personnes en détention ou en liberté provisoire pour des raisons politiques.

Au vu du très important mouvement populaire et social en cours au Burkina Faso qui a fait chuter Blaise Compaoré et dans lequel le « Balai Citoyen » est pleinement partie prenante, l’arrestation du dirigeant des Indignés de Côte d’Ivoire prend un relief particulier.

Le pouvoir d’Alassane Ouattara doit immédiatement libérer Samba David et plus généralement tous les prisonniers d’opinion.

A l’heure où le peuple burkinabé tente de se débarrasser du joug des forces de la réaction, le pouvoir ivoirien serait bien inspiré de changer d’attitude et de politique au lieu de continuer de prendre des mesures liberticides et de servir de lieu de refuge à l’ancien autocrate et déstabilisateur d’Afrique de l’Ouest, Blaise Compaoré. La présence de ce dernier risque fort d’être perçu[e] en Côte d’Ivoire comme au Burkina Faso comme un facteur de déstabilisation pour les deux pays.

Parti Communiste Français
Secteur Relations internationales

In : PCF, 3 nov. 2014

Alerte répression en Côte d’Ivoire !

Une nouvelle fois : un meeting interdit à la dernière minute et des arrestations !

Le meeting de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire contre l’injustice et pour l’impunité prévu le 1er novembre 2014 à Yopougon fut d’abord autorisé, puis interdit : une méthode devenue habituelle pour semer la confusion et procéder à des arrestations « légales ».

Abidjan : libération des manifestants arrêtés le 13 octobre 2014

Soulagement : libération de Samba David et de ses compagnons de lutte en soirée !

DERNIÈRE HEURE
« 21h23, le coordonnateur de la coalition des Indigné De Cote D’ivoire ainsi que les trois autres camarades arrêtés ce matin viennent d’être libérés après toute la pression médiatique (…) »
Informations détaillées sur Contrepoids, 13 oct. 2014.

Retour sur les faits :
Ouattara libère Samba David et ses collaborateurs en catimini, après les avoir arrêtés et battus
Blog de Alain Doh Bi, 14 oct. 2014
http://lafriquepuissancemondiale2050.ivoire-blog.com/archive/2014/10/14/ouattara-libere-samba-david-et-ses-collaborateurs-en-catimin-451563.html

 

Alerte répression !

– A Yopougon (Abidjan), répression de la marche pacifique initiée le 13 octobre 2014 par la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire pour réclamer « Justice pour tous » : interpellation violente et arrestation de plusieurs participants.
http://lebandama.com/content/marche-contre-l%E2%80%99impunite-en-c%C3%B4te-d%E2%80%99ivoire-samba-david-et-quatre-autres-personnes-arretes

Douze personnes enlevées par les hommes de l’ex-commandant de zone Koné Zakaria et jetées en prison le 10 octobre 2014 :
http://lafriquepuissancemondiale2050.ivoire-blog.com/archive/2014/10/12/attaque-du-camp-d-akouedo-identite-des-12-hommes-enleves-et-jete-451446.html

La Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire appelle à la mobilisation

Vie chère, déguerpissements illégaux… : la coalition des indignés occupe “Washington” Jeudi

La Coalition des indignés de Côte d’Ivoire reprend son combat contre la vie chère, l’injustice sociale et les graves violations des droits des ivoiriens. Une grande manifestation de cette Coalition aura lieu jeudi à “Washington”, un bidonville d’Abidjan.

C’est Samba David, le président de cette Coalition, qui l’a annoncée hier au cours d’une conférence de presse à Koumassi. « Cela fait un an que nous demandons le dialogue social. Un dialogue pour notre survie collective et notre dignité. Hélas, la seule réponse que nous avons est celle de la violence d’Etat, de la violence répressive, une violence inutile et improductive. Le danger social guette notre pays. La bombe sociale est chargée et prête à exploser. C’est pourquoi, nous voulons interpeller l’Etat en appelant tous les ivoiriens à une journée de l’indignation jeudi à 10h au quartier Washington. Une journée pour exprimer notre désir de vivre en paix et dans des conditions sociales dignes d’un être humain ! », a-t-il indiqué. Samba David a marqué sa solidarité à l’endroit des tenanciers de maquis et restaurants ainsi que des vendeuses qui croupissent, selon lui, sous le poids des taxes municipales. Il a également marqué son soutien total aux commerçants grossistes et importateurs, victimes de taxes exorbitantes. Non sans relever l’augmentation des denrées alimentaires de première nécessité. Il a enfin manifesté sa solidarité à l’endroit des 450 familles déguerpies de “Washington” et des 41 familles de la cité Ran de Marcory chassés des lieux par le régime Ouattara.

(Source : Notre Voie)
In : Telediaspora.net, 20 mai 2014

Relire aussi :
Les Indignés de Côte d’Ivoire matraqués devant l’Ambassade de France

Les Indignés de Côte d’Ivoire matraqués devant l’Ambassade de France

Par Patrice Lecomte

Le sit-in organisé hier matin devant l’Ambassade de France par la Coalition des Indignés de Cote d’Ivoire et le Collectif des admis au concours de police session 2010, mais recalés en 2011 par le régime Ouattara, a été sauvagement réprimé par le régime Ouattara.
Une manifestation pourtant pacifique pour réclamer leur entrée à l’école de police.
Pour toute réponse, le régime leur a opposé une répression sévère à coups à coups de matraques, de course-poursuite, et de gaz lacrymogènes par la police du régime.
Une répression sauvage qui démontre une fois de plus la brutalité du régime et la violation des droits de l’homme et des libertés en Côte d’Ivoire.

Repression manif 20140317

Le jeune Guédé Elvis, venu manifester, a été copieusement battu et trainé sur près de 200 mètres avant d’être conduit à la préfecture de police sans soins.
Il se trouve en ce moment dans un état critique.
(…)
In : Ivoirebusiness, 18 mars 2014

Admis de la police 2010 : un des grévistes de la faim meurt
Par D. K.

Trazié Bi Rosion, du cycle des sous-officiers du concours d’entrée à l’école de police session 2010, est décédé dans la nuit de mardi à hier dans une structure sanitaire à Abidjan, a-t-on appris du porte-parole du collectif des admis de ladite promotion, Serge Landry Boguié, joint hier par téléphone. « Le camarade Trazié Bi est décédé des suites de la grève de la faim que nous avons entamée depuis lundi dernier à la Cathédrale Saint-Paul d’Abidjan pour réclamer notre intégration à l’Ecole de police. Qui dure depuis trois ans par la faute du ministre de l’Intérieur. Les soucis et l’injustice dont nous sommes victimes ont tué notre camarade qui ne souffrait pas d’une maladie lundi dernier. Son corps sera transféré demain jeudi à Sinfra, sa ville natale » a-t-il ajouté. Serge-Landry Boguié a exprimé son indignation et sa colère suite à ce décès subit qui a endeuillé les 1476 admis. «Mais nous ne nous avouons pas vaincu. Le combat pour la restauration de notre dignité se poursuit. Dans l’espoir que le clergé ivoirien mette tout en œuvre pour faire entendre raison à nos autorités pour qu’ils se ressaisissent », a insisté Serge Landry Boguié. Quant à Mlle Gbongbo Carole, membre du collectif des admis du concours de police session 2010, elle est sortie du violon de la préfecture de police d’Abidjan, au Plateau, la semaine dernière, avec une fracture du pied. Cela lui a valu d’avoir le pied qui est dans le plâtre en ce moment, à en croire des témoignages. 34 autres jeunes gens du contingent des admis de 2010 ont été battus sauvagement par les policiers le 22 février dernier, à Cocody, au cours d’une manifestation de protestation devant l’Ecole de police puis jetés dans les cellules du sous-sol de la préfecture de police. Saisie par les admis du concours de police session 2010 après l’annulation de ce test en 2011 par le régime Ouattara, la présidence de la République a, dans un courrier signé par le chef de cabinet du chef de l’Etat, indiqué avoir instruit le ministre de l’Intérieur de prendre en compte les préoccupations des jeunes gens et trouver une solution définitive à ce concours dont les résultats sont antérieurs à la décision de Ouattara. Mieux, en janvier dernier, le président du conseil constitutionnel a évoqué, dans un courrier adressé au collectif des admis que son directeur de cabinet a pris langue avec le ministre de l’Intérieur pour régulariser définitivement la situation des jeunes gens. Malheureusement, le ministre Hamed Bakayoko n’a pas donné une suite favorable à toutes ces requêtes. Laissant les jeunes gens dans le désarroi total.

In : Notre Voie, 13 mars 2014

Lire sur le même sujet :
Nouvelles 2014-02-27

Mise à jour du 19 mars 2014 :
Par Alain Doh Bi :
Arrêtés le lundi dernier lors de leur manifestation devant l’Ambassade de France à Abidjan, les quatre (4) admis recalés du Concours de Police 2010 ont été déférés, hier 18 mars 2014 à 22h à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) pour « flagrant délit de trouble à l’ordre public ». Il s’agit de :
1-GROHI ROSEMAR PAUL, Ethnie Avikam originaire de Tiassalé.
2-KABLA GNANDOU FRANCK, Ethnie Godié originaire de Gueyo.
3-TAHI BLOADE JEAN CLAUDE, Ethnie Guéré originaire de Guiglo.
4-DOLLE FULGENCE, Ethnie Dida originaire de Lakota
(Source : Blog de Alain Doh Bi, 19 mars 2014)

Alerte répression !

Côte d’Ivoire
Parce qu’ils ont osé parler de la cherté de la vie, le régime fait arrêter des membres de la société civile

Par Gérard Koné

Quand Zeus veut te perdre, il te rend fou, dit l’adage. La situation que vit la Côte d’Ivoire du point de vue des libertés publiques n’en est pas bien loin. Au regard des derniers développements de l’actualité sociopolitique en Côte d’Ivoire, marquée par l’arrestation des responsables de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire (Cici), hier mardi 1er octobre 2013, alors qu’ils dénonçaient la cherté de la vie au marché de Cocody, l’on peut visiblement craindre pour la Côte d’Ivoire. Dont les dirigeants, de jour en jour, s’évertuent à confisquer davantage les libertés publiques. Alors que Samba David, coordonnateur national de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire et ses collaborateurs entretenaient les commerçantes du Marché de Cocody sur la cherté de la vie que subissent de jour en jour les Ivoiriens, des éléments de Police du commissariat du 8e arrondissement de Cocody mettent la main sur lui, sur ordre du Procureur de la République. Il est donc interpellé et conduit au poste, avec ses principaux collaborateurs, Tina Kouassi, Donald Tiemoko, Marcel Kotaix et Tiessé Lou Tra Juliette qui y sont détenus. Selon les informations recueilli[e]s au poste de Police, ces membres de la société civile ont été interpellés sur ordre du procureur de la République, pour trouble à l’ordre public. Et seront déférés devant le Parquet aujourd’hui. Ayant appris la nouvelle de leur arrestation, le Secrétaire national par intérim de la Jfpi, Koua Justin s’est rendu au commissariat du 8e arrondissement de Cocody, pour apporter son soutien à ces Indignés et a crié son indignation face cette énième arrestation arbitraire dont sont victimes des Ivoiriens.

In : Le Nouveau Courrier n° 893, 2 oct. 2013, p. 3
(Surtitre de la Rédaction)

Mise à jour du 04/10/2013 :
Selon une information en date du 3 octobre et transmise par le biais des réseaux sociaux, les personnes arrêtées ont été finalement et heureusement remises en liberté.

Alerte répression !

Les « Indignés de Côte d’Ivoire » ont été violemment pourchassés à l’occasion d’une manifestation organisée contre la cherté de la vie à Abidjan – Yopougon le samedi 24 août.
Un des participants, Modeste Afri Kone, est depuis ce jour en détention.

En savoir plus sur la Coalition des indignés de Côte d’Ivoire