Accueil » Posts tagged 'Guillaume Soro'

Tag Archives: Guillaume Soro

La Défense de Laurent Gbagbo rétablit la vérité historique contre toutes les falsifications de l’Accusation

Journée du 1er février 2016 : vidéos des interventions de la Défense de Laurent Gbagbo

Mise à jour du 2 février :

Journée du 2 février 2016 : vidéos des interventions de Charles Blé Goudé et ses Conseils

Publicités

Mandat d’arrêt international contre Guillaume Soro

Le Burkina Faso a lancé un mandat d’arrêt à l’encontre de Guillaume Soro (actuellement président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire).

« Ce mandat a été lancé dans le cadre de l’enquête sur le putsch perpétré le 16 septembre 2015 par le Général Gilbert Diendéré et des soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Les chefs d’accusation n’ont pas encore été dévoilés. C’est le deuxième mandat d’arrêt, en plus de celui lancé contre l’ancien président Blaise Compaoré dans l’affaire Thomas Sankara, adressé aux autorités ivoiriennes. » ()
In : Burkina24, 15 janv. 2016

Rappel :
L’ancien chef des troupes putschistes (dites « rebelles ») devenu président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a fait l’objet en France d’un mandat d’amener en décembre 2015 suite à ses refus répétés de répondre aux questions de la Juge Sabine Khéris sur son implication dans l’enlèvement et la séquestration, accompagnés de traitements inhumains et dégradants, de Michel Gbagbo.

Rappelons aussi que, depuis la tentative de coup d’état du 19 septembre 2002, ces bandes armées et leurs « commandants de zones » se sont rendues coupables d’innombrables exactions, en particulier dans l’Ouest du pays. Au demeurant, la CPI a fait connaître son intention de faire remonter ses enquêtes sur les évènements ayant endeuillé la Côte d’Ivoire à l’année 2002.

 

Guillaume Soro au coeur de plusieurs affaires : analyse

Réécouter le débat entre Maître Habiba Touré, Pierre Soumarey et Théophile Kouamouo
Sur :
– La plainte de Michel Gbagbo
– Les conversations téléphoniques entre Guillaume Soro et Djibril Bassolé

Dans l’émission « Twittafrica », d’Ovajab Radio (10/12/2015) :

https://soundcloud.com/ovajab_media_llc/ovajab-radio-sorogate-10-12-2015

Compléter avec l’interview de Maître Habiba Touré par Mathieu Bouabré
Dans l’émission : « Diaspolitik« , Washington (12/12/2015), sur Afrique2050.com :
« Me Habiba Touré – Le rebelle… Soro est si peu courageux pour affronter la justice » (mise en ligne le 13/12/2015 par Jacquesrogershow inter).

https://youtu.be/HL4y-whGs2I

 

 

Communiqué de Maître Habiba Touré, avocate de Michel Gbagbo

COMMUNIQUE DE PRESSE

PARIS, le 9 Décembre 2015 – Mensonge ! Mensonge ! Mensonge ! Quand le mensonge s’érige en moyen de défense, c’est que le Défendeur craint la vérité !

Dans le cadre de la plainte pour enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants, portée par Michel GBAGBO en France, Monsieur Guillaume SORO a par l’intermédiaire de ses Conseils, indiqué qu’un mandat d’amener a été délivré à son encontre. (suite…)

Guillaume Soro devra rendre compte

L’ancien chef des troupes putschistes (dites « rebelles ») devenu président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire fait aujourd’hui l’objet en France d’un mandat d’amener suite à ses refus répétés de répondre aux questions de la Juge Sabine Khéris sur son implication dans l’enlèvement et la séquestration, accompagnés de traitements inhumains et dégradants, de Michel Gbagbo.
Rappelons que, depuis la tentative de coup d’état du 19 septembre 2002, ces bandes armées et leurs « commandants de zones » se sont rendues coupables d’innombrables exactions, en particulier dans l’Ouest du pays. Au demeurant, la CPI a fait connaître son intention de faire remonter ses enquêtes sur les évènements ayant endeuillé la Côte d’Ivoire à l’année 2002.

 

La France ne doit pas recevoir Guillaume Soro (PCF)

Par le Parti Communiste Français

Guillaume Soro, actuel président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire et ex-seigneur de guerre, s’est rendu en Grande-Bretagne et projette de venir en France.

Guillaume Soro Photo Aujourd hui

Guillaume Soro

En plus des exactions commises par son armée qui mériteraient des poursuites devant la justice, qu’elle soit nationale ou internationale, Guillaume Soro est sous le coup d’une plainte déposée par Michel Gbagbo, ressortissant franco-ivoirien et fils de l’ancien président de Côte d’Ivoire, « pour enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants ». Après que le pouvoir d’Alassane Ouattara ait empêché illégalement Michel Gbagbo de sortir de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro s’est plusieurs fois dérobé à la justice française qui veut l’entendre.

Plus grave encore : dans une conversation téléphonique « fuitée » accessible sur internet et présumée avec l’ancien ministre de l’Intérieur burkinabé Djibril Bassolé, aujourd’hui en détention préventive, on entendrait Guillaume Soro proposer une aide à la fois financière et logistique en vue de faire réussir le coup d’Etat de Gilbert Diendéré à Ouagadougou en septembre dernier. Rappelons que l’Union africaine avait qualifié de « terroristes » les auteurs de ce coup d’Etat, appréciation que partage le PCF.

On entend également dans ce document sonore la même voix revendiquer les assassinats de l’ancien ministre de l’Intérieur de Laurent Gbagbo, Désiré Tagro, et d’Ibrahim Coulibaly dit « IB », qui le concurrençait au sein de la rébellion pro-Ouattara. Dans cette conversation enregistrée on l’entend aussi proposer l’assassinat du président actuel du Conseil national de la transition du Burkina Faso, Cheriff Sy.

Le PCF indigné par ces propos inqualifiables espère que les tribunaux burkinabé et ivoirien ainsi que la Cour Africaine des droits de l’Homme et des Peuples se saisiront de ces documents en vue de procéder aux investigations et poursuites appropriées. Le PCF partage l’exigence qui commence à se faire jour d’une enquête internationale à ce sujet, en Côte d’Ivoire notamment. Il est à noter d’ailleurs que Guillaume Soro est d’ores et déjà dans le «collimateur» de la justice burkinabé et qu’il a fait l’objet récemment d’une perquisition à son domicile de Ouagadougou.

Qui protège monsieur Soro ? Depuis une quinzaine d’années, son nom est évoqué à de nombreuses reprises dans des affaires criminelles et délictueuses. Comme celle du casse de 2003 des agences de le Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) du nord de la Cote d’Ivoire. Rappelons que la BCEAO est l’institution d’émission du franc CFA, monnaie sous contrôle de la Banque de France et de la BCE.

Dans ce contexte le PCF appelle les pouvoirs publics français et/ou des personnalités publiques à ne pas recevoir Guillaume Soro qui est le représentant d’une des branches les plus sanglantes du pouvoir Ouattara. Rappelons que, parmi d’autres manquements aux droits humains et à l’État de droit, ce pouvoir continue à détenir dans ses geôles des centaines de prisonniers politiques.

Il faut au contraire faire tout ce qui est possible pour qu’il puisse être entendu par la justice française au sujet de l’affaire « Michel Gbagbo ».

In : www.pcf.fr, 26 nov. 2015

Convocations répétitives du juge français à Soro : d’inévitables et sérieux dégâts politico-judiciaires en suspens !

Contribution de Tchedjougou Ouattara
(Facebook)

A l’écouter décider péremptoirement de l’issue de la vie de certaines personnes nommément désigné[e]s dans son échange téléphonique litigieux avec Djibril BASSOLE, on se représenterait un invincible et intemporel Soro Kigbafori Guillaume, détenteur exclusif du droit de vie ou de mort sur tous ses semblables ici bas…
Le monde entier a toutefois intégré que l’homme a fièrement revendiqué son statut de rebelle ayant été capable de lever une rébellion ayant vocation principale à évincer Laurent GBAGBO et son FPI du pouvoir, dès le 19 septembre 2002…
Mais, les choses n’ayant pas fonctionné comme « Pourquoi Je suis devenu Rebelle » et ses partenaires endogènes et exogènes les avaient planifiées, il eut fallu attendre l’occurrence des élections du 28 novembre 2010, pour que ses hommes à lui Soro, achevassent le boulot le 11 avril 2011…

Et c’est justement en raison des graves atteintes à l’intégrité physique infligées par les hommes sous son autorité à Michel GBAGBO qui n’avait trouvé refuge qu’auprès de son père, occupant constitutionnel de l’immeuble de la Présidence de la République, ce 11 avril 2011, et pendant sa détention à Bouna, que la responsabilité pénale de SORO Kigbafori Guillaume est, à bon droit, recherchée. (suite…)

Guillaume Soro de nouveau convoqué par la Justice française

La Juge Sabine Khéris en charge de la plainte déposée par Michel Gbagbo pour « Enlèvement, Séquestration et Traitements inhumains et dégradants » a convoqué une nouvelle fois, pour le 24 novembre, Guillaume Soro.
La fois précédente, ce dernier avait invoqué le contexte de l’élection présidentielle pour demander un report de l’audition.

Instruction de la plainte de Michel Gbagbo

Guillaume Soro contre lequel Michel Gbagbo a déposé une plainte à Paris pour « Enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants » a été convoqué par la Justice française comme témoin assisté.

Lire aussi :
http://www.jeuneafrique.com/270803/societe/cote-divoire-guillaume-soro-bientot-entendu-justice-francaise/

Lire et voir 2015-05

Bombardement de Bouaké (2004)
La cellule Afrique de l’Elysée au centre de l’affaire de Bouaké ? par David Mauger
Survie, 1er mai 2015

http://survie.org/billets-d-afrique/2015/244-mars-2015/article/la-cellule-afrique-de-l-elysee-au-4938

Communiqué de Survie du 25 février 2015
« Du bombardement de novembre 2004 au renversement électoral de 2011, l’Etat français doit rendre des comptes »

http://survie.org/francafrique/cote-d-ivoire/article/cote-d-ivoire-du-bombardement-de-4883

Plainte de Michel GBAGBO contre Guillaume SORO : le régime ivoirien refuse de coopérer avec la Justice française

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

PARIS, le 9 juillet 2014 – Dans le cadre de la plainte pour enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants, portée par Michel GBAGBO en France, la Justice française est confrontée à un manque de coopération de la part des autorités ivoiriennes.

A cet égard, il convient de rappeler que le Juge d’Instruction avait adressé plusieurs convocations pour entendre Michel GBAGBO, mais que ce dernier ne put les honorer dans la mesure où il en a été empêché par le pouvoir ivoirien.

Ce jour, il est de nouveau convoqué par le Juge d’Instruction pour être entendu à son Cabinet d’instruction à PARIS.

Malheureusement, Michel GBAGBO est encore mis dans l’impossibilité de répondre à cette convocation.

Les autorités ivoiriennes doivent sortir de cette situation de non droit, en permettant à Michel GBAGBO de répondre à la convocation du Juge d’instruction, ou en permettant au Juge d’Instruction de se rendre en Côte d’Ivoire pour entendre tous les protagonistes de cette affaire.

Il est donc attiré l’attention du Président François HOLLANDE sur la nécessité de rester vigilant sur la coopération judiciaire pour toutes les affaires franco-ivoiriennes sans aucune distinction. Il ne saurait y avoir de bonnes ou de mauvaises victimes, mais uniquement des victimes qui ont droit à ce que la justice se fasse de façon impartiale et équitable.

En tout état de cause, Michel GBAGBO se réserve le droit de saisir la justice pour dénoncer les empêchements dont il a été victime et qui ne sont animés que par la volonté de laisser certains dans l’impunité.

Maître Habiba TOURE

Avocat de Michel GBAGBO

La plainte déposée par Michel GBAGBO contre Guillaume SORO : le communiqué de presse de Maître Habiba TOURE

COMMUNIQUE DE PRESSE

PARIS, le 1er Juillet 2014 – Le Président François HOLLANDE s’apprête à se rendre en visite officielle en Côte d’Ivoire. Dans le même temps, un français du nom de Michel GBAGBO, fils du Président Laurent GBAGBO, est empêché par des menaces, contraintes et séquestration de se rendre en France.

Le 9 Juillet 2014, Michel GBAGBO devra de nouveau répondre à la convocation d’un Juge français.

Cette convocation intervient à la suite de la plainte qu’il a déposée à l’encontre de Monsieur Guillaume SORO et des Commandants de zones, pour des faits d’enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants.

Il convient de rappeler que Michel GBAGBO a déjà été empêché, à deux reprises, de se rendre en France pour répondre à la même convocation du Juge d’Instruction.

Ces empêchements sont d’autant plus scandaleux que Michel GBAGBO ne fait l’objet d’aucune interdiction de quitter le territoire ivoirien, comme l’a confirmé récemment la Chambre d’Accusation ivoirienne en se déclarant incompétente pour statuer sur une quelconque autorisation de sortie, la mise en liberté provisoire de Michel GBAGBO n’étant assortie d’aucune condition.

Michel GBAGBO a par ailleurs été victime de menaces et d’intimidations téléphoniques par des proches du pouvoir ivoirien, et ce aux fins de le dissuader de répondre favorablement aux convocations judiciaires en France.

Pire, son passeport français a été illégalement confisqué par le Procureur de la République afin de l’empêcher de répondre à toute convocation de la Justice française.

Un Etat de droit nécessite le respect des droits les plus élémentaires de tous sans distinction aucune.

Nous demandons donc au Président François HOLLANDE d’être vigilant quant au respect des droits fondamentaux des français même à l’Etranger, et en particulier de son concitoyen Michel GBAGBO, qui est l’une des victimes de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, et dont le calvaire se poursuit du seul fait de son patronyme.

Maître Habiba TOURE
Avocat de Michel GBAGBO

 

Inquiétant : aucune nouvelle de Michel Gbagbo depuis que les autorités ivoiriennes l’ont empêché de venir témoigner en France

Précision importante : nous ne savons pas, à l’heure qu’il est, où se trouve Michel Gbagbo. Le Commissaire à l’aéroport affirme l’avoir remis à la DST, mais sa destination réelle n’est pas connue.

Côte d’Ivoire : Michel Gbagbo empêché de quitter le territoire
Par RFI :

Michel Gbagbo n’a pas pu embarquer hier soir, vendredi 14 février, comme il l’avait annoncé, dans un vol à destination de Paris. Le fils de l’ancien président ivoirien a été interpellé à l’aéroport Félix-Houphouët-Boigny et conduit, selon son avocat qui l’accompagnait, à la DST, la Direction de la surveillance du territoire.

Michel Gbagbo lors de sa liberation le 6 aout 2013

Photo AFP/Sia Kambou

Selon ses défenseurs, Michel Gbagbo devait se rendre à une convocation de la justice française dans le cadre d’une affaire l’opposant à Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne. Michel Gbagbo avait porté plainte contre lui pour « traitement dégradant et inhumain ». Mais il est lui-même poursuivi dans son pays pour des crimes liés à la crise postélectorale et, plus tôt dans la journée, le parquet général près de la cour d’assises d’Abidjan avait fait savoir qu’il n’autorisait pas Michel Gbagbo à quitter la Côte d’Ivoire, au motif qu’un déplacement « hors du territoire national » risquait de « compromettre la bonne tenue » d’une session d’assises « bientôt » organisée.

Le commissaire de l’aéroport d’Abidjan a ainsi dit à Michel Gbagbo, qu’il était frappé d’une interdiction de sortie du territoire, selon son avocat, avant de le confier à la DST, la Direction de la surveillance du territoire, pour interrogatoire.

Maître Rodrigue Dadjé a affirmé que son client, qui est en liberté provisoire, n’a jamais reçu de document lui interdisant de quitter la Côte d’Ivoire, ni de la part du juge d’instruction, ni de celle de la chambre d’accusation. « Et je doute fort qu’une telle ordonnance [d’interdiction de sortie du territoire] existe », confie même l’homme de loi. L’avocat ajoute que le parquet n’a pas le droit d’interdire à Michel Gbagbo de voyager tant qu’il indique le jour de son départ.

Deuxième tentative

Selon Maître Habiba Touré, son avocat parisien, à coté de cette interdiction officielle, Michel Gbagbo aurait aussi reçu des menaces. « Il y a du harcèlement envers Michel Gbagbo, il n’a cessé de recevoir des coups de fil d’intimidation, abus de pouvoir, par le biais de différentes autorités. » Et cela démontrerait la fébrilité du pouvoir, ces autorités ne voulant « absolument pas qu’il se rende à l’aéroport, estimant que ce que monsieur Michel Gbagbo pourrait dire à la vue de l’instruction, pourrait être gênant pour le pouvoir en place ».

Après l’échec de novembre dernier, c’est la deuxième fois qu’il tentait de répondre à la convocation de la justice française, dans le cadre de sa plainte contre Guillaume Soro et des commandants de zone pour enlèvement et séquestration.

In : Rfi.fr, 15 fév. 2014, à 10 h 39

Alerte ! Michel Gbagbo fait l’objet de menaces et d’intimidations

Dernières nouvelles (15 fév. 2014) :

Pour la seconde fois, les autorités ivoiriennes ont empêché Michel Gbagbo d’embarquer sur le vol Abidjan-Paris. Il a été emmené de force vers une destination qui serait, selon le témoignage des journalistes présents, la DST. L’avocat Me Rodrigue Dadjé qui l’accompagnait n’a pas été autorisé à le suivre.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE MAITRE HABIBA TOURE

PARIS, le 14 février 2014 – Alors que Michel Koudou GBAGBO s’apprête, en toute légalité, à prendre l’avion aujourd’hui à destination de PARIS, et ceci pour répondre à la convocation du Juge d’Instruction en charge de sa plainte, pour enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants, déposée à l’encontre de Monsieur Guillaume SORO et des Commandants de zones.

Nous apprenons avec stupéfaction que notre Client fait présentement l’objet de menaces et d’intimidations précises, de la part des proches du pouvoir, pour l’empêcher d’accomplir ce voyage.
Ces menaces viseraient son intégrité physique et sa vie, tant au niveau de son départ à Abidjan, qu’à son arrivée et à son séjour en France.

Michel GBAGBO est néanmoins déterminé à répondre à cette convocation judiciaire, et ce d’autant qu’il s’agit là d’un droit le plus élémentaire reconnu à toute victime d’un délit ou d’un crime dont les auteurs quelles que soient leurs fonctions ne peuvent être au dessus des lois.

Nous alertons donc l’opinion publique sur les menaces réelles qui pèsent sur notre Client, et avertissons que ceux qui s’en prendront à lui le feront à leurs risques et périls car nous n’hésiterons pas à saisir de nouveau les autorités judiciaires compétentes de toute atteinte aux droits ou la personne de notre Client.

Maître Habiba TOURE
Avocat de Michel GBAGBO

La plainte de Michel Gbagbo. Le communiqué de Maître Habiba Touré

COMMUNIQUE DE PRESSE


PARIS, le 6 février 2014
– Dans le cadre de la plainte pour enlèvement, séquestration et traitements inhumains et dégradants, déposée à l’encontre de Monsieur Guillaume SORO et des Commandants de zones, Monsieur Michel GBAGBO est convoqué à Paris pour être entendu par le Juge d’Instruction en charge du dossier.

Il s’agit de la 2ème convocation adressée à Monsieur Michel GBAGBO, qui a été empêché par les autorités ivoiriennes d’être entendu par la Justice française le 5 novembre 2013.

Il est bon de préciser et d’insister sur le fait que Michel GBAGBO, en liberté provisoire en Côte d’Ivoire, ne fait l’objet d’aucune interdiction de voyager, élément confirmé par la Chambre d’Accusation ivoirienne.

Nous espérons que cette fois-ci, le pouvoir politique ivoirien qui s’est toujours montré intraitable quand il s’agissait de la justice à l’encontre des pro-GBAGBO ne viendra pas empêcher une justice de suivre son cours, parce qu’il se sent visé !!!


Maître Habiba TOURE
Avocat de Michel GBAGBO