Accueil » Posts tagged 'Nestor Dahi'

Tag Archives: Nestor Dahi

Nouvelles condamnations politiques de trois militants

Mrs Dano Djedje, Justin Koua et Nestor Dahi ont été condamnés le 26 mai 2017 à 30 mois de prison.

Sébastien Dano Djedje, Vice-Président du Front Populaire Ivoirien, et Justin Koua, Secrétaire Général Adjoint, ont été enlevés le 4 mai 2015 et emprisonnés. Après une hospitalisation de plusieurs mois, M. Dano Djedje fut remis en liberté à la fin de l’année 2015.
Le 7 juillet de la même année, Nestor Dahi qui remplaçait Justin Koua dans ses fonctions de responsable de la Jeunesse du FPI, a été à son tour mis en prison.
Le motif de cette lourde condamnation serait : « Discrédit sur une décision de justice ».

(Source : Presse)

 

 

 

Mobilisation pour Nestor Dahi victime de la violence d’état du pouvoir Ouattara

DECLARATION DU FRONT POPULAIRE (FPI) EXIGEANT LA LIBERATION IMMEDIATE DU SECRETAIRE NATIONAL DE LA JFPI, DAHI NESTOR

LES FAITS
Le mardi 07 juillet 2015, dans la commune de Yopougon, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) ont enlevé le camarade Dahi Nestor, Secrétaire national par intérim de la jeunesse du FPI et membre de la direction du parti. Il a été conduit à la préfecture de police où il a passé trois (3) jours avant d’être déporté à la prison de Dimbokro, au centre du pays, où il est arrivé dans un état de blessé grave, avec le tympan endommagé, après avoir subi durant le parcours des atrocités et des sévices corporels. (suite…)

Les arrestations n’intimident pas les jeunes de la JFPI

Nestor Dahi, après son enlèvement, est remplacé à la tête de la JFPI par Auguste Abraham Diéti.

Affiche Nestor Dahi et Auguste Abraham Dieti 201507

DECLARATION DE LA JEUNESSE DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN

Au nom de la Jfpi, nous prenons la parole aujourd’hui pour livrer des messages successivement à l’endroit du pouvoir liberticide de Ouattara, de la communauté internationale, des démocrates et nos militants. Et ce, au regard de l’évolution de l’actualité sociopolitique de la Côte d’Ivoire, marquée par des arrestations intempestives des
démocrates et membres de la Jfpi, dont la dernière en date est celle du camarade Dahi Nestor. En effet, alors qu’il répondait à un rendez-vous dans le cadre des activités de son parti, le camarade Dahi Nestor, secrétaire national de la Jfpi, a été enlevé par des hommes en armes à la solde du pouvoir Ouattara pour être conduit à la Préfecture de
police Abidjan Plateau. Cet enlèvement est survenu ce mardi 07 juillet 2015 à 19h, dans une station, non loin de l’Institut des aveugles de Yopougon. Ces hommes en armes n’ont pas épargné quatre autres compagnons du camarade Dahi Nestor portant ainsi à cinq le nombre de camarades détenus à la préfecture de police. Face à cette situation, le Ben de la Jfpi s’est réuni en urgence pour confier au camarade Dieti Abraham, la mission d’assurer l’intérim du camarade Dahi Nestor, conformément aux textes de la Jfpi.
Cette formalité évacuée, nous sommes aujourd’hui face à la presse nationale et internationale pour livrer l’analyse qui suit : depuis le 11 avril 2011, date de l’assassinat de la démocratie en Côte d’Ivoire, le pays ne vit qu’au rythme des brimades, assassinats, arrestations arbitraires et autres violations flagrantes des droits humains. Le pouvoir de Ouattara excelle dans le déni de démocratie à travers entre autres, arrestations et emprisonnements intempestifs des démocrates. Frileux face à la force politique de la Jfpi, il a décidé à travers Hamed Bakayoko, de réduire cet instrument de combat au silence. Ainsi après Koua Justin, Cissé Mariam, Zagol Durand et bien d’autres. C’est aujourd’hui Dahi Nestor qui se trouve aux mains du régime.
La Jfpi condamne avec la dernière énergie, cette énième arrestation. Elle exige la libération immédiate du camarade Dahi Nestor et tous les autres démocrates. Dans tous les cas, la Jfpi tient à rappeler à ce pouvoir sans repère, qu’aucune arrestation ne freinera son ardeur au combat pour les libertés démocratiques. Aucune arrestation de jeunes démocrates ne rendra Ouattara éligible. Car conscient de son inéligibilité avérée, djihadistes, emprisonnements, violations de la constitution et autres Cei aux ordres sont autant de facteurs auxquels Ouattara s’accroche pour justifier le report des élections présidentielles et se maintenir au pouvoir. Mais nous ne renoncerons pas à ce noble combat pour la Côte d’Ivoire et pour Laurent Gbagbo, nous irons jusqu’au bout. Dans cette perspective, la Jfpi interpelle et prend à témoin, la communauté nationale et internationale des dérives quotidiennes de ce pouvoir. Car trop c’est trop, la Jfpi jouera sa partition sans faiblesse pour mettre un terme aux souffrances des Ivoiriens par des moyens démocratiques. Le pouvoir sera tenu pour responsable de tout ce qui adviendra, s’il ne favorise pas les conditions d’une réconciliation vraie, à commencer par la libération de ces hommes et femmes de valeur injustement détenus.
La dynamique initiée par Koua Justin et poursuivi[e] par Dahi Nestor sera perpétuée par Dieti Abraham. Nous achevons nos propos par un appel à tous nos militants et démocrates du monde entier. Nous sommes sur la bonne voie. Restons plus que jamais mobilisés et à l’écoute des mots d’ordre imminents. Dieu aime la Côte d’Ivoire et Laurent Gbagbo.

Diéti Abraham, Secrétaire national par intérim de la Jfpi

(Source : Le Nouveau Courrier n° 1313, 10 juillet 2015, p. 4)

Alerte répression !

Mise à jour du 11/07/2015
Le 10 juillet au soir, Nestor Dahi a été conduit à la prison de Dimbokro, ville située au Sud-Est de Yamoussoukro. Les personnes qui avaient été enlevées en même temps que lui – parce que présentes sur les lieux au même moment – ont été remises en liberté après plusieurs jours de détention arbitraire. La dispersion des militants politiques aux quatre coins du pays est une pratique habituelle du régime de Ouattara depuis sa prise du pouvoir le 11 avril 2011.

Selon plusieurs sources, Nestor Dahi qui remplace à la tête des jeunes du FPI Justin Koua depuis l’emprisonnement de celui-ci le 4 mai dernier, vient lui-même d’être enlevé le mardi soir 7 juillet 2015. Il aurait été localisé à la Préfecture de Police.

Peut-on encore douter du fait que le cycle infernal de la répression politique et de la chasse aux opposants est inhérent au régime d’Alassane Ouattara ?

Nouvelles 2013-06-17

Mise à jour : 21 juin 2013

Harcèlement des cadres politiques incarcérés à la MACA (Abidjan) : le journal Notre Voie rapporte que, le 20 juin à 5 h du matin, les cellules d’Abou Drahamane Sangaré et d’Alphonse Douati, tous deux anciens ministres, ont été fouillées de fond en comble sous le prétexte qu’elles pourraient receler des armes ; deux jours avant, la fille d’Alphonse Douati venue rendre visite à son père avait été complètement déshabillée par un responsable FRCI de la MACA.

Visite aux prisonniers de la MACA : des dons collectés par l’OFFPI (Organisation des Femmes du FPI) à l’occasion de la célébration de la Fête des mère ont été remis aux détenus politiques de la MACA. La délégation composée d’hommes et de femmes du FPI a pu s’entretenir entre autres avec Abou Drahamane Sangaré, Alphonse Douati et Justin Koua.

– Après l’arrestation de Justin Koua, Secrétaire national par intérim de la JFPI (Jeunesse du Front Populaire Ivoirien), son successeur, Nestor Dahi, a pris à son tour, et sans attendre, la tête de l’opération prévue « Eveil des consciences » en allant, accompagné de plusieurs autres responsables et militants, à la rencontre des populations du Département d’Akoupé, en pays Attié.
Pour plus de détails : http://www.notrevoie.com/a_la_une.asp?id=52252

– Selon EventnewsTv, une épidémie de tuberculose sévirait à la prison de Katiola, mettant gravement en danger la vie des prisonniers, dont une partie est constituée de prisonniers politiques.

Danièle Boni Claverie, Présidente de l’URD (Union républicaine pour la démocratie), membre de la Plate-forme APN (Agir pour la Paix et la Nation), s’est exprimée devant RFI dans les termes suivants :
« Nous constatons qu’actuellement la réconciliation n’a pas bougé d’un iota, et j’ajouterais qu’au fur et à mesure que le temps passe, les frustrations, elles, ne font que se renforcer. » http://www.rfi.fr/afrique/20130616-daniele-boni-claverie-reconciliation-cote-ivoire-cpd-apn-reunion-fpi