Accueil » Posts tagged 'Nicolas Sarkozy'

Tag Archives: Nicolas Sarkozy

Lettre ouverte à François Hollande sur la situation préoccupante en Côte d’Ivoire

ONG Convergences pour la Paix et le Développement de l’Afrique C/O
claude_koudou@yahoo.fr
Paris, le 8 Mai 2015

A
Monsieur François Hollande
Président de la République française
Palais de l’Elysée
55, Rue du Faubourg Saint Honoré
75007 Paris

Objet : Lettre ouverte sur la situation préoccupante en Côte d’Ivoire

Monsieur le Président de la République,

En ce jour du 8 Mai 2015, nous venons très respectueusement, par cette lettre vous inviter à partager avec nous, nos préoccupations sur la situation socio-politique en Côte d’Ivoire. Mais d’abord, bien que l’historique soit connu, il convient en notre sens de rappeler des faits avant de faire des propositions : (suite…)

Lettre ouverte de l’écrivain et homme politique ivoirien Bernard Dadié à François Hollande

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR FRANCOIS HOLLANDE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

MONSIEUR LE PRESIDENT,

C’est avec le cœur lourd et l’âme pleine d’amertume que je vous écris. Bernard Binlin Dadie

En effet dans ma tendre enfance, on m’a appris à chanter la douce France, la France de la liberté, de l’égalité et de la fraternité ; et malgré les coups de chicottes qu’on assénait à nos parents victimes des travaux forcés, je chantais tous les matins « la Marseillaise ». J’en étais arrivé même à croire que j’étais un descendant des gaulois.

Et voici que dans mon vieil âge, je tombe de très haut. Toutes mes illusions se sont évanouies.

Aujourd’hui je vois une France dans toute sa laideur, tuant, assassinant, bombardant des peuples faibles aux mains nues, justifiant l’adage « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

Aujourd’hui la France est devenue le bourreau de tous les peuples d’Afrique qui courageusement avec détermination sont montés à l’assaut des nazis qui voulaient la détruire.

Shakespeare disait : « celui qui répand son sang avec le mien sera mon frère ».

Non seulement la France ignore cette vérité profonde mais elle s’évertue à semer la souffrance et la mort dans ses anciennes colonies démontrant ainsi que la vie des noirs n’a aucune valeur à ses yeux.

Et quand elle ne le fait pas elle-même, elle charge ses « sous-préfets » de la sale besogne.

Nous avons cru un moment que tout cela était le fait de la droite française. Si votre arrivée au pouvoir avait donné de l’espoir aux peuples Africains, aujourd’hui ils ont tous déchanté.

Ainsi, que ce soit la droite ou la gauche, c’est toujours la même politique de la négation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Tel le chien qui ne change jamais sa façon de s’asseoir, la France reste toujours le pays de conquête coloniale.

Aujourd’hui, « le sous-préfet » installé en Côte d’Ivoire à coups de bombe par SARKOZY au nom de la France, fait massacrer les populations ivoiriennes, violer nos sœurs, nos mères, fait enlever des enfants pour des sacrifices rituels, transformer certaines régions en régions de peuplement en exterminant les autochtones sans que cela ne vous émeuve.

La France sous votre règne est semblable à ses trois petits singes qui se ferment les yeux, se bouchent les oreilles et se ferment la bouche. Ainsi tel Ponce PILATE, la France se lave honteusement les mains devant la souffrance et le désespoir qu’elle a provoqué chez les ivoiriens.

Votre sous-préfet, monsieur le Président, joue bien son rôle à lui assigné par votre prédécesseur, Monsieur SARKOZY et entériné par vous.

Conformément aux consignes reçues de la France, pour conserver le pouvoir afin que le France continue de piller la Côte d’Ivoire, OUATTARA tente par tous les moyens de museler, voire, de tuer toute opposition. Et petit à petit, il finit par devenir allergique à toute l’opposition. Alors il ferme tout : propriétés privées, espaces privés. Tout ce qui peut servir de lieu de réunion pour l’opposition est systématiquement investi par sa police (QG de campagne du Président Laurent GBAGBO- la prestigieuse fondation Harris MEMEL FOTE- la résidence privée du Président GBAGBO).

Alors que nous pouvons sainement et fructueusement coopérer dans la dignité et le respect mutuel.

Réveillez-vous Monsieur le Président de la France des droits de l’homme car il ne vous reste plus beaucoup de temps pour essayer de marquer positivement l’histoire.

A moins que les droits de l’homme pour vous ne valent que pour la France. Si tel est le cas, nous en prendrons alors acte.

Mais, que OUATTARA se souvienne que le peuple de Côte d’Ivoire semble être son prisonnier, mais lui est prisonnier de ses propres turpitudes et avec lui ses parrains. Et quand le peuple se lèvera pour briser ses chaînes, ce qui ne saurait tarder. Lui il restera toujours prisonnier de ses crimes et de ses actes ignominieux, sans recours.

Loin de sombrer dans le désarroi, le peuple de Côte d’ivoire exprime son espoir pour dire :

Quel[le] que soit la longueur de la nuit, le jour finit toujours par se lever.

Fait à Abidjan le 13 Avril 2015

POUR LE CNRD,
LE PRESIDENT
BERNARD BINLIN DADIE

(Source : CNRD CNRD, 20 avril 2015)

Simone Gbagbo à ses juges : je veux « donner ma part de vérité »

Intervention de Simone Gbagbo devant les juges de Ouattara (23/02/2015)

Source de la transcription : Steve Beko, 5 mars 2015

INTERVENTION DE MADAME SIMONE EHIVET GBAGBO

Monsieur le Président,
Je tiens à saluer la mémoire de toutes les personnes qui ont perdu la vie durant cette période douloureuse que traverse la Côte d’Ivoire.

Je compatis également aux souffrances et à la douleur de toutes les personnes blessées, mutilées, physiquement, moralement. Toutes ces personnes qui ont été pillées et qui ont perdu leurs biens et qui sont aujourd’hui désemparées.

Je salue enfin toutes les personnes qui se retrouvent en exil du fait de la crise postélectorale. Je salue la Cour, et suis ravie de comparaitre afin de donner ma part de vérité sur les poursuites dont je fais l’objet. Tellement de choses ont été dites !!! (suite…)

Interpellation du gouvernement et des parlementaires français

Côte d’Ivoire : il faut que cessent les crimes politiques, avec la complicité du gouvernement français (5 janvier 2015)

C’est un procès kafkaïen que subissent une centaine de responsables politiques dont Simone Gbagbo à Abidjan, depuis le vendredi 26 décembre 2014. Des centaines d’opposants sont incarcérés depuis bientôt quatre ans dans des conditions indignes; emprisonnés sans jugement, certains font une grève de la faim à répétition pour demander leur libération. D’autres ont tout simplement disparu, probablement liquidés par le régime. Un ethnocide d’envergure, assorti d’expropriations de terres au profit de ressortissants du groupe ethnique d’Alassane Ouattara, perdure à l’ouest du pays. Les dictateurs françafricains jouissent d’une impunité insolente ainsi que les chefs de guerre piliers du régime ivoirien actuel tandis que Laurent Gbagbo et ses proches sont les seuls à être poursuivis, pour leur responsabilité réelle ou supposée dans la crise postélectorale tant devant les juridictions nationales (Cour d’assises d’Abidjan) qu’internationales (CPI). A contrario du droit des Etats et des peuples à la souveraineté, c’est la loi du plus fort qui s’exprime ainsi.

Le drame que vit le peuple ivoirien dure depuis trop longtemps, depuis principalement que les présidents français, J. Chirac, N. Sarkozy et désormais F. Hollande s’occupent des affaires intérieures de son pays, fort convoité économiquement. Cette situation d’exception, qui fait suite à l’expérience souverainiste menée par l’équipe de L. Gbagbo, perdure dans la censure et l’indifférence générales. Jusqu’à quand ? En notre nom, et comme dans d’autres pays d’Afrique francophone -au Tchad, au Congo Brazzaville, au Togo, en République démocratique du Congo …- ce n’est pas seulement de délinquance politico-financière dont il s’agit, mais de complicité active à l’égard de crimes de guerre. La militarisation progressive des relations Afrique-France, au prétexte de la montée d’un djihadisme combattant, traduit l’impasse historique à laquelle conduit une telle politique.

La démocratisation de ces relations est une nécessité, d’autant plus à promouvoir par un gouvernement issu du suffrage populaire et de gauche. La mobilisation des citoyens, élus et partis politiques français est une condition essentielle pour que cesse le scandale néo-colonial.

Nous demandons instamment

– que le gouvernement Valls conditionne le maintien de la coopération avec son homologue ivoirien à un strict respect des droits de l’homme et de l’opposition politique dans ce pays

– qu’il négocie l’envoi d’observateurs indépendants aux procès en cours et à venir

– que la demande de parlementaires d’ouvrir une commission d’enquête en France portant sur le rôle, la mission et la responsabilité des forces françaises (principalement Licorne) dans la crise politique en Côte d’Ivoire soit enfin agréée

– que les relations Afrique-France fassent l’objet d’un débat national ouvert et sans tabou. La montée de forces réactionnaires et xénophobes l’atteste : il est urgent d’en finir avec une gestion mortifère, au profit d’une politique de co-développement transparente et contrôlée par citoyens, élus, médias et justice.

Interpellation à l’initiative des associations suivantes : Comité pour la libération des prisonniers politiques ivoiriens, Femmes en résistance, Inter-Collectif Afrique (ICA).

Contact (pour soutien d’autres organisations) : karine.ballon2 [AT] orange.fr, boudetm [AT] wanadoo.fr

————————————————–

Documents de référence

Demandes parlementaires d’ouvrir une commission d’enquête parlementaire en France concernant le bilan d’activités de la force Licorne
http://www.assembleenationale.fr/14/propositions/pion0131.asp (2012)
http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3647.asp (2011)

Reportage de la RAI (chaîne de télévision italienne) sur les responsabilités françaises dans la guerre civile en Côte d’Ivoire
http://www.youtube.com/watch?v=eSumHaxLh4U&feature=youtu.be

Articles de journaux (Jeune Afrique, Gri-Gri international)
http://www.legrigriinternational.com/2014/12/on-a-sorti-laurent-gbagbo-on-a-installe-alassane-ouattara-sans-aucune-polemique-nicolas-sarkozy-premiergaou.html

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20141224155254/justice-simone-gbagbo-laurent-gbagbo-fpi-justice-c-te-d-ivoire-cinq-choses-savoir-sur-le-proc-s-de-simone-gbagbo.html?utm_source=Newsletters+%3A+Jeune+Afrique&utm_campaign=64070f3579-Newsletter_quotidienne_mailchimp26122014&utm_medium=email&utm_term=0_9e88e09281-64070f3579-337591833

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20141015184449/

Blogs associatifs et citoyens

Femmes en résistance
http://contrepoids-infos.blogspot.fr/

Inter-Collectif Afrique (ICA)
https://fraternafrique.wordpress.com/

Indignez-vous http://indignez-vous.hautetfort.com/

Soutien et liberté https://soutienetliberte.wordpress.com/


Albert BOURGI : « L’Afrique a constamment à l’esprit que Ouattara est arrivé dans les fourgons de l’armée coloniale française »

Interview du Pr. Albert Bourgi par EventNewsTv
Albert Bourgi dénonce la balade de Hollande à Abidjan. Eventnewtv Presse, 19 juillet 2014. [Vidéo, 24 mn]